AVC silencieux : les signes qui doivent alerter

Les caractéristiques d’un AVC silencieux ? Il ne montre aucun signe majeur comparé à un AVC "classique". Il peut alors se répéter et endommager considérablement le cerveau sur du long terme. 

L’AIT : un signe d’alerte

<span style="background-color: transparent;">L’AIT : un signe d’alerte </span>© Istock

Un accident ischémique transitoire (AIT) se traduit par "un déficit neurologique focalisé d’origine ischémique dont les symptômes régressent rapidement", explique le Dr Ménage, neurologue.

Pour l’OMS : "Un AIT est la perte brutale d’une fonction cérébrale ou oculaire durant moins de 24 heures supposée due à une embolie ou à une thrombose vasculaire".

Ainsi, les AIT surviennent lors d’une baisse de la tension artérielle des artères du cerveau. La pression dans les vaisseaux sanguins devient insuffisante pour véhiculer le sang vers les neurones. L'oxygénation des ces derniers (cellules cérébrales) n’est alors plus assurée convenablement. On peut parler aussi de mini-AVC.

Pour le Dr Ménage, neurologue, effectivement, "il peut être annonciateur d’un AVC constitué et donc impose de bien décrire le déroulement des signes de l’AIT pour en rechercher la cause et prévenir la survenue d’un AVC qui est une urgence neurovasculaire".

Pour le Dr Leger, neurologue aux urgences cérébro-vasculaire à l’Hôpital de la Salpétrière (Paris), "l’AIT est un problème qui survient de façon très brève. Mais il est la plupart du temps le syndrome d’alerte de l’AVC".

Le problème des AIT c'est que ses symptômes apparaissent très brièvement. Ils peuvent être discrets et ne pas attirer l’attention de la personne. Il faut donc toujours en parler à son médecin.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.