8 huiles essentielles antivirales à diffuser chez soi en urgence !

Certifié par nos experts médicaux MedisiteToute l'année, les virus peuvent proliférer dans les foyers. Heureusement, la diffusion de certaines huiles essentielles contribue à assainir votre intérieur.

Si vous, ou l’un de vos proches, est malade, votre foyer peut rapidement devenir une boîte de pétri pour les virus. Outre le respect de quelques règles d’hygiène basique dans son habitation - la garder propre et rangée, aérer 10 à 20 minutes par jour, changer régulièrement les draps et les serviettes… - il est aussi possible de limiter la prolifération des virus grâce à l’aromathérapie.

Certaines huiles essentielles possèdent, en effet, des propriétés assainissantes et antivirales. Dans ce diaporama, nous faisons le point sur celles que l’on peut diffuser dans son intérieur, afin de tuer les bactéries et d’inactiver les virus.

Diffusion d’huiles essentielles : les précautions d’usage

Pour diffuser des huiles essentielles, il suffit la plupart du temps d’en déposer quelques gouttes dans un diffuseur. Toutefois, la quantité d'huile à verser dépend du type de ce dernier. Il en existe, en effet, plusieurs sortes :

  • Le diffuseur par nébulisation, qui sépare et diffuse les molécules des huiles essentielles par pulsion d'air.
  • Le diffuseur humidificateur par ultrasons, qui transforme un mélange d’eau et d’huile situé dans son réservoir en une brume légère.
  • Le diffuseur par ventilation, qui propulse des microparticules d’huile essentielle grâce à un souffle d’air.
  • Le diffuseur par chaleur douce, qui diffuse l’huile par une chaleur régulée, qui ne doit pas dépasser 45 °C pour conserver leurs propriétés.
  • Le diffuseur nomade fonctionne sans électricité et peut prendre plusieurs formes : éponge, céramique, diffuseur USB… Ils sont adaptés aux petites pièces.

Néanmoins, la diffusion d’huiles essentielles doit respecter quelques précautions d’usage. En premier lieu, sachez qu’elles ne sont pas toutes compatibles avec la diffusion ; certaines peuvent, au contraire, s’avérer irritantes pour les voies respiratoires.

C’est notamment le cas des HE de thym à thymol ou à carvacrol, thym à feuilles de sarriette (ou thym blanc), girofle, cannelle feuille ou encore sarriette. "Ce sont des huiles riches en phénols, molécules qui sont trop agressifs pour la muqueuse bronchique", explique Romain Vicente, naturopathe et auteur de Je Jeûne ! (éd. Eyrolles).

"D'autres peuvent être nocives pour les neurones, comme le romarin camphre, la lavande aspic ou la menthe poivrée, parce qu'elles contiennent des cétones", ajoute Virginie Brevard, Docteur en Pharmacie, Aromathérapeute et Olfactothérapeute, co-auteure de "Soigner ses enfants efficacement et sans danger grâce aux huiles essentielles et aux hydrolats" (éd. Eyrolles). 

"En revanche, les agrumes et la lavande vraie sont de bonnes huiles à utiliser en diffusion", précise Romain Vicente.  

Huiles essentielles : lisez bien les contre-indications

En outre, plusieurs huiles essentielles sont utilisables en diffusion, mais incompatibles avec certaines pathologies comme l’asthme et l'épilepsie (ou convulsions), ou encore à éviter en présence d’enfants, de femmes enceintes ou d’animaux.

"Les chats et les chiens peuvent être sensibles à la diffusion d’huiles essentielles et réagir par une agressivité, éternuements ou fuite. Il conviendra dans ce cas de diffuser hors de leur présence", explique le Dr Brevard.

Combien de temps diffuser une huile essentielle ? 

"Ne les diffusez jamais dans une chambre d'enfant en sa présence", ajoute l'experte. "Diffusez au moins 30 minutes avant sa présence, et seulement pendant 10 minutes d'affilée, de préférence avec un diffuseur humidificateur à ultrasons. Dans la pièce à vivre, le temps de diffusion préconisé est de 20 à 30 minutes, trois fois par jour".

Des propos qui rejoignent ceux du naturopathe Romain Vicente, qui recommande également de ne pas diffuser vos huiles essentielles en continu. "Dans une chambre d'adulte, on peut le faire une demi-heure le matin et une demi-heure l'après-midi, par exemple". 

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci à Romain Vicente, naturopathe et auteur de "Je jeûne" (éd. Eyrolles).

Merci à Virginie Brevard, Docteur en Pharmacie, Aromathérapeute et Olfactothérapeute, co-auteure de "Soigner ses enfants efficacement et sans danger grâce aux huiles essentielles et aux hydrolats" (éd. Eyrolles). 

La rédaction vous recommande sur Amazon :