8 huiles essentielles antivirales a diffuser chez soi en urgence !

Si vous, ou l’un de vos proches, est malade, votre foyer peut rapidement devenir une boîte de pétri pour les virus. Outre le respect de quelques règles d’hygiène basique dans son habitation - la garder propre et rangée, aérer 10 à 20 minutes par jour, changer régulièrement les draps et les serviettes… - il est aussi possible de limiter la prolifération des virus grâce à l’aromathérapie.

Certaines huiles essentielles possèdent, en effet, des propriétés assainissantes et antivirales. Dans ce diaporama, nous faisons le point sur celles que l’on peut diffuser dans son intérieur, afin de tuer les bactéries et d’inactiver les virus.

Diffusion d’huiles essentielles : les précautions d’usage

Pour diffuser des huiles essentielles, il suffit la plupart du temps d’en déposer quelques gouttes dans un diffuseur. Toutefois, la quantité d'huile à verser dépend du type de ce dernier. Il en existe, en effet, plusieurs sortes :

  • Le diffuseur par nébulisation, qui sépare et diffuse les molécules des huiles essentielles par pulsion d'air.
  • Le diffuseur humidificateur par ultrasons, qui transforme un mélange d’eau et d’huile situé dans son réservoir en une brume légère.
  • Le diffuseur par ventilation, qui propulse des microparticules d’huile essentielle grâce à un souffle d’air.
  • Le diffuseur par chaleur douce, qui diffuse l’huile par une chaleur régulée, qui ne doit pas dépasser 45 °C pour conserver leurs propriétés.
  • Le diffuseur nomade fonctionne sans électricité et peut prendre plusieurs formes : éponge, céramique, diffuseur USB… Ils sont adaptés aux petites pièces.

Néanmoins, la diffusion d’huiles essentielles doit respecter quelques précautions d’usage. En premier lieu, sachez qu’elles ne sont pas toutes compatibles avec la diffusion ; certaines peuvent, au contraire, s’avérer irritantes pour les voies respiratoires.

C’est notamment le cas des HE de thym à thymol ou à carvacrol, thym à feuilles de sarriette (ou thym blanc), girofle, cannelle feuille ou encore sarriette. "Ce sont des huiles riches en phénols, molécules qui sont trop agressifs pour la muqueuse bronchique", explique Romain Vicente, naturopathe et auteur de Je Jeûne ! (éd. Eyrolles).

"D'autres peuvent être nocives pour les neurones, comme le romarin camphre, la lavande aspic ou la menthe poivrée, parce qu'elles contiennent des cétones", ajoute Virginie Brevard, Docteur en Pharmacie, Aromathérapeute et Olfactothérapeute, co-auteure de "Soigner ses enfants efficacement et sans danger grâce aux huiles essentielles et aux hydrolats" (éd. Eyrolles). 

"En revanche, les agrumes et la lavande vraie sont de bonnes huiles à utiliser en diffusion", précise Romain Vicente.  

Huiles essentielles : lisez bien les contre-indications

En outre, plusieurs huiles essentielles sont utilisables en diffusion, mais incompatibles avec certaines pathologies comme l’asthme et l'épilepsie (ou convulsions), ou encore à éviter en présence d’enfants, de femmes enceintes ou d’animaux.

"Les chats et les chiens peuvent être sensibles à la diffusion d’huiles essentielles et réagir par une agressivité, éternuements ou fuite. Il conviendra dans ce cas de diffuser hors de leur présence", explique le Dr Brevard.

Combien de temps diffuser une huile essentielle ? 

"Ne les diffusez jamais dans une chambre d'enfant en sa présence", ajoute l'experte. "Diffusez au moins 30 minutes avant sa présence, et seulement pendant 10 minutes d'affilée, de préférence avec un diffuseur humidificateur à ultrasons. Dans la pièce à vivre, le temps de diffusion préconisé est de 20 à 30 minutes, trois fois par jour".

Des propos qui rejoignent ceux du naturopathe Romain Vicente, qui recommande également de ne pas diffuser vos huiles essentielles en continu. "Dans une chambre d'adulte, on peut le faire une demi-heure le matin et une demi-heure l'après-midi, par exemple". 

Il convient donc de bien lire la notice de vos huiles ou de se renseigner sur leurs contre-indications avant emploi. Pensez aussi à aérer régulièrement votre pièce, et éviter la diffusion dans les espaces confinés. "Pour potentialiser l’action prévention virale, il est conseillé de choisir 2 à 3 huiles essentielles de la liste et de préparer une synergie", conseille la pharmacienne. 

Huile essentielle de Ravintsara (Cinnamomum camphora chémotype cinéole)

1/8
8 huiles essentielles antivirales à diffuser chez soi en urgence !

Propriétés : Antivirale, immunostimulante, antibactérienne, anticatharrale, mucolytique, expectorante. 

Contre-indications en diffusion : personnes épileptiques, sujettes aux convulsions ou asthmatiques.

À défaut, on peut utiliser l'huile essentielle de Saro (Mandravasarotra) (Cinnamosma fragrans), qui propose les mêmes propriétés. 

Huile essentielle de Citron (Citrus limonum)

2/8
8 huiles essentielles antivirales à diffuser chez soi en urgence !

Propriétés : antivirale, bactéricide, antiseptique, anti-nauséeuse. 

Contre-indications en diffusion : aucune.

À savoir : cette huile essentielle est irritante, ne l’appliquez pas pure sur la peau. Elle est aussi photosensibilisante, ne vous exposez pas aux UV dans les 8 h après application. 

Huile essentielle de Niaouli (Melaleuca quinquenervia cineoliferum)

3/8
8 huiles essentielles antivirales à diffuser chez soi en urgence !

Propriétés : antivirale puissante, antibactérienne, antifongique, anti-inflammatoire, expectorante. 

Contre-indications en diffusion : grossesse, enfants de moins de 6 ans, personnes asthmatiques, épileptiques ou sujettes aux convulsions. 

"L'huile essentielle de Niaouli 3D est très efficace comme antibactérien et antiviral", précise Romain Vicente, naturopathe. "Son action est assez large et il n'est pas très cher. En revanche, son odeur est un peu forte, on le diffusera donc moins longtemps que le citron, par exemple". 

Dans la même famille, l'huile essentielle de Tea Tree (Melaleuca alternifolia) possède aussi des propriétés antibactérienne, antivirale et antifongique, et stimule l'immunité. 

Huile essentielle de Laurier noble (Laurus nobilis)

4/8
8 huiles essentielles antivirales à diffuser chez soi en urgence !

Propriétés : antifongique, antibactérienne, antivirale, acaricide, mucolytique et expectorante.

Contre-indications en diffusion : personnes épileptiques, sujettes aux convulsions ou asthmatiques (à tous les âges). 

Huile essentielle de Marjolaine à coquilles ou des jardins (Origanum majorana)

5/8
8 huiles essentielles antivirales à diffuser chez soi en urgence !

Propriétés : antifongique, antibactérienne, tonifiante mais aussi calmante du système nerveux. 

Contre-indications en diffusion : trois premiers mois de grossesse, enfants de moins de 6 ans. 

Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata)

6/8
8 huiles essentielles antivirales à diffuser chez soi en urgence !

Propriétés : antibactérienne, antivirale, immunostimulante, expectorante, mucolytique, décongestionnante nasale. 

Contre-indications en diffusion : trois premiers mois de grossesse, allaitement, enfants de moins de 6 ans, personnes asthmatiques. 

"Cette huile essentielle est efficace contre les affections de la sphère ORL", précise Romain Vicente. "Elle favorise la motricité au niveau des cils respiratoires". 

Huile essentielle de Palmarosa (Cymbopogon martinii)

7/8
8 huiles essentielles antivirales à diffuser chez soi en urgence !

Propriétés : antivirale, antibactérienne, antifongique, stimulante de l’immunité, insectifuge.

Contre-indications en diffusion : aucune.

"Son odeur peut être entêtante, il est préconisé d’associer de l’huile essentielle de citron lors de sa diffusion (en quantité équivalente)", précise Virginie Brevard, Docteur en pharmacie et aromathérapeute. 

Huile essentielle de Bois de rose (Aniba rosaeodora)

8/8
8 huiles essentielles antivirales à diffuser chez soi en urgence !

Propriétés : antivirale, antibactérienne, antifongique, stimulante immunitaire, calmante nerveuse.

Contre-indications en diffusion : aucune.

"Si l'on ne trouve pas cette huile, on peut la remplacer par l'huile essentielle de Bois de Hô (Cinnamomum camphora chémotype linalol), aux propriétés identiques", indique la pharmacienne-aromathérapeute. 

> Comparez votre mutuelle et augmentez le nombre de séances en médecine douce !

Sources

Merci à Romain Vicente, naturopathe et auteur de "Je jeûne" (éd. Eyrolles).

Merci à Virginie Brevard, Docteur en Pharmacie, Aromathérapeute et Olfactothérapeute, co-auteure de "Soigner ses enfants efficacement et sans danger grâce aux huiles essentielles et aux hydrolats" (éd. Eyrolles). 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.