Virus du West Nile: 3 personnes infectées à Nice

L'agence régionale de santé de la région PACA annonce 3 cas de personnes infectées par le virus du West Nile et appelle la population à se protéger contre le moustique tigre, principal vecteur de cette maladie. 

Publicité

Après la dengue et le chikungunya, les moustique s auraient-il importé le virus du West Nile dans le Sud de la France ? Un communiqué de l'Agence de Santé Régionale de la région Provence Alpes Côtes d'Azur (Paca) publié le 9 août 2018 alerte les habitants des Alpes Maritimes de la découverte de 3 cas de personnes infectées par ce virus rare à Nice.

55 cas déjà déclarés en Europe

"Ces trois cas témoignent d’une probable circulation du virus West Nile dans le département", peut-on lire dans l'annonce. Aujourd'hui les personnes infectées seraient "guéries et en bonne santé. 55 autres cas en Europe auraient été déclarés, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) en Europe : en Italie, en Grèce, en Hongrie et en Roumanie. Éteint en 2014, le virus du West Nile n'avait plus contaminé de personnes en France jusqu'en octobre 2017, où l'Agence régionale de santé PACA avait annoncé le cas d'un homme ayant été touché. Depuis le propagation du virus est soumise en France à un triple dispositif de surveillance chez les humains, les chevaux et les animaux .

Publicité
Publicité

Selon l'ARS, "Des investigations complémentaires sont actuellement menées par les autorités afin de documenter la circulation virale dans les Alpes-Maritimes." En attendant, l'agence appelle les professionnels de santé à être vigilants et avertir du moindre symptômes suspects. "Des mesures supplémentaires de sécurisation des dons de sang et des prélèvements d’organes des habitants des Alpes-Maritimes ont temporairement été mises en oeuvre."

Qu'est-ce que le virus du Nil ?

Les moustiques Culex et les oiseaux sont les réservoirs de ce virus. L’insecte s’infecte en piquant des oiseaux eux-mêmes infectés. Il peut ensuite transmettre ce virus à sa prochaine victime, qu’elle soit humaine ou animale. Dans les cas les plus rare mais néanmoins existant, la pathologie se traduit par des manifestations neurologiques comme une méningite (inflammation des méninges, membranes qui entourent le cerveau) ou une encéphalite (inflammation du cerveau).Le virus du Nil peut également provoquer un œdème cérébral ou de la moelle épinière et entraîner un coma, une paralysie et même le décès. Ces réactions graves sont surtout constatées chez les personnes de plus de 65 ans ou immunodéprimées.

Quels symptômes ? L’infection passe la plupart du temps inaperçue: 80% des infections humaines sont asymptomatiques. Dans les autres cas, la maladie se présente sous la forme d’un état grippal avec une fièvre, des maux de tête, des courbatures et une éruption cutanée qui se résorbe en 7 à 10 jours.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X