Ecouter l'article :

Il n'y a pas une mais quatre types de maladies d'Alzheimer. Alors que 900 000 personnes sont atteintes d'Alzheimer en France, une étude internationale publiée dans la revue Nature Medicine a démontré que l a propagation de la maladie se fait en réalité de quatre manières distinctes. Comme le rapporte neurosciencenews.com, les chercheurs révèlent ces quatre schémas distincts d'Alzheimer qui entraînent des symptômes et des pronostics différents chez ceux qui en souffrent. "Cela suggère que la maladie d'Alzheimer est une maladie encore plus hétérogène qu'on ne le pensait jusqu'à présent", explique Jacob Vo-gel de l'Université McGill, auteur principal de l'étude. Ces travaux sont une collaboration entre des sites en Suède, au Canada, aux États-Unis et en Corée.

Différentes régions du cerveau touchées

Pour rappel, les causes de la maladie sont l’accumulation de plaques amyloïdes et de protéine Tau dans le cerveau, qui causent respectivement des lésions cérébrales et une obstruction des neurones. Or, cette nouvelle étude internationale vient de démontrer que la protéine Tau se propage selon plusieurs schémas différents. Grâce à la technologie d’imagerie médicale TEP (tomographie par émission de positons), les chercheurs ont en effet surveillé comment s'accumulait la protéine chez les 1143 participants à l'expérience et ont identifié quatre sous-types de propagation de la maladie.

Les chercheurs ont en effet découvert que différentes régions du cerveau étaient touchées dans ces sous-types de la maladie. "La prévalence des sous-groupes variait entre 18 et 30%, ce qui signifie que toutes ces variantes de la maladie d'Alzheimer sont en fait assez courantes et qu'aucune ne domine comme nous le pensions auparavant", explique Oskar Hansson, professeur de neurologie à l'université de Lund, qui a supervisé l'étude. Dans 33% des cas, les chercheurs ont identifié que la protéine Tau se propageait dans le lobe temporal et affectait la mémoire. Dans le deuxième sous-type de la maladie, qui concerne 18% des ca), la protéine se déploie dans le reste du cortex cérébral, entraînant ainsi des difficultés avec les fonctions exécutives.

Vers des traitements plus individualisés ?

Le troisième sous-type de la maladie, 30% des cas, montre une accumulation de la protéine Tau dans le cortex visuel. Les personnes touchées par ce développement de la maladie ont des difficultés à s’orienter, à distinguer les formes et les contours, la distance, le mouvement et l’emplacement des objets par rapport à d’autres objets. Le dernier sous-type, pour 19% des cas, se caractérise par une propagation de Tau de manière asymétrique dans l’hémisphère gauche du cerveau. Il affecte les capacités de langage des personnes qui en souffrent.

"Parce que différentes régions du cerveau sont affectées différemment dans les quatre sous-types de la maladie d'Alzheimer, les patients développent des symptômes et des pronostics différents. Ces connaissances sont importantes pour les médecins qui évaluent les patients atteints de la maladie d'Alzheimer et nous amènent également à nous demander si les quatre sous-types pourraient répondre différemment à différents traitements", conclut Oskar Hansson. Selon le professeur de neurologie, "la recherche sur divers médicaments qui réduisent la quantité de protéine de tau dans le cerveau est très active et il sera passionnant de voir si leur efficacité varie en fonction du sous-type d'Alzheimer".

Sources

Four distinct trajectories of tau deposition identified in Alzheimer’s disease, 29 avril 2021. 

https://www.nature.com/articles/s41591-021-01309-6

Alzheimer’s Disease Is Composed of Four Distinct Subtypes, neurosciencenews.com, 29 avril 2021. 

https://neurosciencenews.com/alzheimers-subtypes-18311/

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.