Faux aliments sains : voici les plus pervers !

Faire attention à sa santé, cela signifie bien souvent aller vers une alimentation plus saine en consommant des produits qui nous paraissent à première vue intéressant nutritionnellement. Mais savez-vous que, parmi ceux qui semblent irréprochables, tous ne le sont pas ? Découverte avec Béatrice de Reynal, docteur en nutrition, directrice de l’agence NutriMarketing et rédactrice en chef de Consultation Nutrition.

Les aliments "light" et "allégés"

Les aliments "light" et "allégés"© Istock

Les produits "light", "allégés" ou encore "à faible teneur calorique" font de plus en plus d’adeptes. Il est cependant important de faire la différence entre certaines allégations :

  • La mention "light" est réservée aux boissons édulcorées, sans sucre ni calories. "Mais elle peut aussi être apposée sur le chocolat light, sans sucre, mais souvent plus gras que le conventionnel", explique Béatrice de Reynal.
  • La mention "allégé" est retrouvée sur les produits qui ont au minimum 30 % de l’élément qui a été allégé. Par exemple : 30 % de sucre en moins.
  • L’allégation "0 % matières grasses" est utilisée dans les laitages totalement allégés en matières grasses. Avec la mention "faible teneur en calorie", on ne doit pas dépasser les 40 kcal/100 g pour un aliment solide ou 20 kcal/100 ml pour les liquides.

En outre, les produits minceur ne seraient pas si sain. Pour diminuer le sucre, les fabricants ont parfois recours à des édulcorants, contestés aujourd’hui par rapport à leur éventuel impact sur la santé, ou au "remplacent par des matières grasses pour compenser la perte de saveurs".

Pour ce qui est de la diminution des matières grasses, "les producteurs sont contraints d’ajouter d’autres ingrédients (fibres, amidons) ou des additifs et du sucre à la place pour donner du goût et une meilleure consistance aux aliments". Autrement dit, des produits loin d’être naturels et qui ne présentent souvent pas d’intérêt nutritionnel (peu de vitamines, d’oligo-éléments…).

En ce qui concerne les boissons "light", si un verre de soda de temps en temps ne pose aucun problème, il est préférable de ne pas en faire sa boisson quotidienne. "Il faut toujours considérer les boissons autres que l’eau comme des boissons facultatives que l’on doit consommer de façon exceptionnelle".

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s): Remerciements à Béatrice de Reynal, docteur en nutrition et directrice de l’agence NutriMarketing, et auteur de  l'ouvrage "Ouvrez l'œil avant d’ouvrir la bouche" aux éditions Robert Laffont.