Ces aliments vous rendraient aussi accros qu’une drogue !

Ne riez plus la prochaine fois qu'un proche vous parlera de son "addiction" aux chips ou au chocolat. En effet, une telle dépendance à la nourriture est tout à fait possible : plusieurs études l'ont démontré. Certains aliments activent dans le cerveau la même zone que des drogues dures. Et, bien sûr, il ne s'agit pas forcément des plus sains... On vous dresse la liste dans ce diaporama. 

Les aliments gras, sucrés et salés sont les plus addictifs 

Le point commun entre tous ces aliments ? Ils sont soit très gras, très sucrés ou très salés. Et parfois, présentent plusieurs de ces caractéristiques à la fois. "Les aliments très gras et très sucrés stimulent le cerveau de la même manière que les drogues", explique le Pr Joseph Schroeder. 

En 2013, le chercheur américain, assisté par une équipe d'étudiants, a mené des recherches sur la dépendance aux aliments riches en graisse et en sucre, susceptible de contribuer à l'épidémie actuelle d'obésité. Ils ont notamment découvert les biscuits Oreo pouvaient être aussi addictifs que la cocaïne ou la morphine - tout au moins pour les rats de laboratoire.

Aliments à IG élevé : gare à la dépendance... 

Cette même année, des scientifiques du Boston Children's Hospital ont aussi révélé que les aliments à index glycémique élevé (pain blanc, frites, bonbons...) augmentent le débit sanguin dans les zones du cerveau associées à la récompense et au désir.

Dans un article, publié dans l’American Journal of Clinical Nutrition, ils expliquent que "les aliments à IG élevé peuvent favoriser les fringales et induisent des envies de la même manière que certaines substances, comme la nicotine, par exemple". 

Les zones du cerveau associées au plaisir et à la récompense sont stimulées

L'explication est donc relativement simple. Ces aliments, dont nous citons plusieurs exemples dans notre diaporama, stimulent la production de dopamine et/ou d'ocytocine, des hormones associées au plaisir et à la récompense. C'est ce qui explique que l'on a si souvent envie de replonger la main dans le paquet de chips, alors même que l'on n'a pas vraiment faim. 

En prime, les aliments contenant des sucres rapides augmentent rapidement notre niveau d'énergie... Mais cela ne dure pas et, très vite, l'énergie retombe. On parle d'hypoglycémie réactionnelle, et celle-ci occasionne coup de barre et fringale. D'où l'envie de reprendre quelques biscuits. Un vrai cercle vicieux !

Retrouvez le goût d'apprendre ! Des milliers de cours interactifs 100% en ligne sur tous vos sujets préférés !

Sources

Are Oreos addictive? Research says yes, ScienceDaily, 15 octobre 2013. 

Effects of dietary glycemic index on brain regions related to reward and craving in men, The American Journal of Clinical Nutrition, 26 juin 2013. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.