Démence : le nombre de verres d’alcool dangereux pour le cerveau

Publié le 02 Août 2018 par Morgane Garnier, Journaliste Santé
Une récente étude menée par des chercheurs de l'Inserm basés en France et au Royaume-Uni dévoile que consommer plus de 14 verres d'alcool par semaine présenterait un risque plus élevé de développer une démence à l'âge de la vieillesse.
Publicité

© IstockLa consommation excessive d'alcool peut avoir des conséquences graves sur la santé en entrainant le développement de certaines maladies telles que la cirrhose et l'hypertension ou la survenue d'accidents vasculaires cérébraux et d'infarctus du myocarde. Mais elle a également des effets sur notre cerveau puisqu'elle peut provoquer une démence en vieillessant et ce à partir d'un nombre précis de verres par semaine, comme l'ont observé des chercheurs de l'Inserm au cours d'une étude publiée le 1er août 2018 dans le British Medical Journal.

Publicité

Un risque de démence accru à partir de 14 verres d'alcool

Les travaux sont basés sur l'évaluation de la consommation d'alcool et de la dépendance à ce dernier de 9087 fonctionnaires britanniques âgés de 35 à 55 ans entre 1985 et 1993. Les résultats ont montré que la consommation de plus de 14 unités* d'alcool par semaine, soit 112g d'alcool, était associée à un risque plus élevé de démence comparé à ceux qui en buvaient moins. Pour rappel, Santé Publique France recommande de ne pas consommer plus de dix verres par semaine. Au final, 397 cas de démence ont été recensés et l'âge moyen du diagnostic était de 76 ans.

Publicité

Plus surprenant encore, les abstinents (les personnes qui ont arrêté de consommer de l'alcool) auraient également plus de chance de développer une démence en vieillissant. Selon l'Inserm, cela "s'explique en partie par un risque plus important de maladies cardiométaboliques (groupe de pathologies incluant l’accident vasculaire cérébral, les coronaropathies et le diabète)". Toutefois, "en aucun cas, les résultats observés chez les abstinents ne doivent encourager les personnes ne buvant pas à commencer à boire de l’alcool", indique Séverine Sabia, chercheuse à l'Inserm et principale auteur de l'étude, qui rappelle qu'en France l'alcool est responsable de 49 000 décès chaque année par plusieurs types de maladies. "Ces résultats incitent à préconiser des seuils plus bas de consommation pour favoriser un meilleur vieillissement cognitif."

Démence : qu'est-ce que c'est ?

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, 50 millions de personnes seraient atteintes de démence dans le monde et 10 millions de nouveaux cas apparaisseraient chaque année. La démence englobe les maladies qui affectent les facultés cognitives d’un individu telles que la mémoire, le raisonnement, le calcul, la compréhension, l’apprentissage, le langage ou le jugement. La maladie d'Alzheimer en est la cause la plus courante. La démence touche généralement les personnes âgées bien qu'elle ne soit pas nécesseraiement une conséquence du vieillissement. S'il n'existe pas de traitement efficace permettant d'en guérir, il est important de détecter les premiers signes afin d'améliorer la prise en charge : des pertes momentanées de mémoire et du sens de l'orientation puis des oublis plus graves ou encore une communication difficile en sont les principaux symptômes.

* 1 unité d'alcool = un ballon de vin ou un verre de porto ou une coupe de champagne

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X