Les doses de radioactivité libérées ont en partie anéanti la faune et la flore près du site de Tchernobyl. Par la suite, des malformations ont été observées chez les animaux, comme chez ce veau né avec deux têtes.

© Arte

Petite fille hospitalisée à Kiev (Ukraine) pour un cancer en 1993. Après la catastrophe de Tchernobyl, de nombreux enfants furent hospitalisés dans les environs de la centrale.

© Greenpeace / David Sims

Après la catastrophe, de nombreux enfants sont nés malformés.

Site de la centrale de Tchernobyl, dévasté après l'explosion, en 1986.

Les anomalies congénitales se sont multipliées après la catastrophe de Tchernobyl.

Collège déserté d'Illinsty en Ukraine, neuf ans après la catastrophe.

© Greenpeace / Clive Shirley

Enfant souffrant de malformations suite à l'incident nucléaire de Tchernobyl, en 1986.

© Greenpeace / Vitaly Barzdyka

Un "liquidateur", une personne venue déblayer le site aussitôt après la catastrophe, souffre de problèmes cardiaques. Photo de 1995.

© Greenpeace / Clive Shirley

La catastrophe a décimé de nombreux animaux.

Les "liquidateurs" sont les premiers hommes civils et militaires à s'être rendus sur le site après l'explosion pour le déblayer. Le bilan humain chez les "liquidateurs" est controversé.Selon l'ONG Union Tchernobyl, 10% des 600 000 liquidateurs russes et ukrainiens seraient morts des suites de leur exposition, et une grande partie des survivants serait handicapée.

Neuf ans après la catastrophe, les équipes de l'ONG Greenpeace mesurent encore des taux de radioactivité importants près de la centrale ukrainienne.

© Greenpeace / Steve Morgan

Le site de Tchernobyl après la catastrophe.

Un sarcophage a été construit entre 1986 et 1988 autour du réacteur détruit. Ce coffrage ne serait aujourd'hui plus totalement étanche...

© Greenpeace / David Sims

Débarrassez-vous des moustiques avec la lampe Vortex

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.