"Une affaire hors du commun et complexe", c'est ainsi qu'a qualifié le procureur Tony Badenoch le procès de Simon Bramhall à Birmingham (Royaume-Uni). Ce chirurgien anglais de 53 ans est accusé de coup et blessures pour avoir gravé ses initiales sur les foies de deux patients, rapporte Le Figaro.fr. Des faits dont l'accusé a avoué être coupable. C'est lors de deux opérations effectuées à l'hôpital Queen Elizabeth de Birmigham en 2013 que le chirurgien a inscrit ses initiailes "SB" à l'aide d'un laser à gaz argon, outil médical servant pour éviter les saignements intensifs.

Une affaire sans précédent

Selon Le Figaro.fr, c'est lors d'une opération de suivi que la signature laissée par Simon Bramhall a été découverte sur l'une des deux victimes. Selon les déclarations du procureur, rapportées par le média d'actualité, "le fait pour le Dr Bramhall de graver ses initiales sur le foie d'un patient n'était pas un incident isolé, mais un acte répété à deux occasions". Un acte effectué devant d'autres personnes présentes lors de l'intervention. Selon nos confrères, l'accusé serait maintenu en liberté sous caution jusqu'à ce que le verdict soit rendu le 12 janvier prochain. Une décision qui sera difficile à prendre juridiquement parlant étant donné que c'est la première fois qu'un cas comme ça se déclare.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Vidéo : Top 3 des aliments nocifs pour le foie

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.