Boire trop de café augmenterait les symptômes liés à Alzheimer

Publié le 04 Avril 2018 par Laurène Levy, journaliste santé
La caféine contenue dans le café pourrait agir de façon néfaste sur certains symptômes liés à une maladie d’Alzheimer débutante en les exacerbant. Explications. 
Publicité

© Adobe StockLe café et la maladie d’Alzheimer font-ils bon ménage ? Alors que de précédentes études scientifiques suggèrent que le café, grâce à la caféine qu’il contient, aiderait à prévenir la démence, cette boisson chaude pourrait aggraver les symptômes chez les personnes souffrant d’un début de maladie d’Alzheimer. C’est ce que montrent des chercheurs en neurosciences et en psychiatrie de l’université autonome de Barcelone (Espagne) et de l’Institut Karolinska de Solna (Suède) dans une étude qu’ils publient dans la revue Frontiers in Pharmacology. Selon eux, le café pourrait aggraver les symptômes neuropsychiatriques liés à un début d’Alzheimer. Également appelés symptômes comportementaux et psychologiques de démence, ces signes regroupent notamment l’anxiété, l’apathie, la dépression, les hallucinations ou encore la paranoïa.

Publicité
Publicité

Consommation de caféine et hausse de l’anxiété

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont réalisé leurs travaux sur des souris mâles adultes réparties en deux groupes : les rongeurs du premier groupe présentaient une mutation génétique qui les expose davantage aux risques cognitifs et aux symptômes neuropsychiatriques liés à la démence, tandis que ceux du second groupe ne présentaient aucune mutation. Pendant sept mois, les scientifiques leur ont administré soit de l’eau soit de l’eau additionnée d’une faible dose de caféine correspondant de façon proportionnelle à la taille de l’animal à la dose de caféine absorbée par un humain lorsqu’il boit trois cafés par jour. Résultat : les souris des deux groupes semblent être différemment influencées par la caféine. Ainsi, les souris mutantes avec un profil à risque de démence présentent une augmentation de la néophobie - la peur de la nouveauté - et des autres comportements liés à l’anxiété, ce qui exacerbe leurs symptômes neuropsychiatriques.

Effet de la caféine : des souris aux humains

De ces résultats, les chercheurs tirent la conclusion que le café pourrait avoir un impact négatif sur les symptômes de démence, ce qui remet en question les précédentes études sur l’effet bénéfique de la caféine. "Nos observations des effets néfastes de la caféine sur un modèle de la maladie d'Alzheimer ainsi que des observations cliniques antérieures suggèrent qu'une exacerbation des symptômes comportementaux et psychologiques de démence peut interférer en partie avec les effets cognitifs bénéfiques de la caféine" souligne en effet la docteure Lydia Giménez-Llort, co-auteure de l’étude, dans un communiqué de l'université de Barcelone. Reste à savoir si ces résultats obtenus sur des souris s’appliquent bien aux humains. Mais, selon la docteure Raquel Baeta-Corral, également co-auteure de l’étude, "les souris développent la maladie d'Alzheimer de façon très similaire aux patients humains présentant une forme précoce de la maladie […] ce qui en fait un modèle valablepour déterminer si les avantages de la caféine seront en mesure de compenser ses effets négatifs supposés" Des études plus approfondies sont actuellement tout de même nécessaires pour arbitrer le rôle du café sur la maladie d’Alzheimer.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X