Insecticides : 5 plantes qui font les meilleurs repulsifs naturels

Pièges à fourmis, spray anti-moustiques, produits anti-mouches… Les rayons d’insecticides chimiques dans les magasins regorgent de produits plus toxiques les uns que les autres. Ils ont souvent un point commun : une liste très longue d’ingrédients. Et pourtant, “il faut souligner que ces produits se montrent généralement d’une relative efficacité”, avance le journaliste Philippe Chavanne dans son ouvrage Les Insecticides naturels aux Éditions Alpen. “Et cela, même s’il est désormais démontré que les insectes visés offrent, de manière très logique, une résistance de plus en plus grande à ces produits pourtant vantés à longueur de publicités.”

Insecticides chimiques : les dangers de l’effet cocktail pour la santé

L’exposition aux insecticides ne se fait pas uniquement par inhalation. “Dans les faits, l’exposition peut se faire par voie cutanée, respiratoire et orale”, détaille Philippe Chavanne. Autre élément inquiétant, “il est aujourd’hui impossible de prévoir les interactions entre les divers insecticides chimiques qui nous empoisonnent chaque jour davantage”. Néanmoins, il est admis de façon quasi unanime que “la toxicité de certains insecticides peut, au sein de notre organisme, s'additionner à celle de certains de leurs congénères”. Ainsi, le potentiel toxique de certains produits peut être multiplié par la simple présence simultanée d’un ou plusieurs autres insecticides.

Toutes les couches de la population ne sont pas à égalité face aux risques des composants toxico-chimiques de ces produits. Les femmes et les enfants sont en “première ligne”. En effet, l’organisme des femmes possède plus de tissu adipeux que celui des hommes, “i l est donc plus susceptible d’accumuler les redoutables ‘POP’ (Polluants Organiques Persistants, ndlr) qui sont des substances lipophiles”. Les jeunes enfants et les foetus sont quant à eux particulièrement vulnérables car ils sont en plein développement, ce qui augmente les risques de séquelles sur les différents systèmes de croissance.

La nature semble être, une fois encore, notre principale alliée pour éviter les risques liés à l’exposition de ces produits chimiques. “Il existe une multitude de plantes qui font de remarquables insecticides naturels, certaines d’entre elles méritent cependant d’être mises en exergue”. Dans son ouvrage, Philippe Chavanne propose quinze plantes très utiles pour repousser certains insectes, et surtout inoffensives pour notre santé, celle de nos animaux et qui préservent l’environnement. On vous en liste cinq en images.

La badiane

1/5
Insecticides : 5 plantes qui font les meilleurs répulsifs naturels

Également connue sous le nom d’anis étoilée, cette plante permet d’éloigner les mites, les mouches, les mouches piqueuses et les moustiques. “La badiane se présente encore comme une remarquable plante insecticide, du fait de la présence de plusieurs composants chimiques naturels particulièrement efficaces”, détaille Philippe Chavanne dans son livre Les Insecticides naturels

Le citron 

2/5
Insecticides : 5 plantes qui font les meilleurs répulsifs naturels

“Quelques petites gouttes de son huile essentielle ajoutée à la lessive des paniers et des couvertures des chiens et chats permettent d’en éloigner tiques et puces sans risques pour l’animal de compagnie.”

Le clou de girofle

3/5
Insecticides : 5 plantes qui font les meilleurs répulsifs naturels

“En tant qu’insecticide naturel, le clou de girofle est utilisé depuis des milliers d’années pour contrer termites, moustiques, mites et autres mouches ou moucherons.”

Le piment

4/5
Insecticides : 5 plantes qui font les meilleurs répulsifs naturels

“Sous forme de poudre, le piment peut être utilisé pour réaliser divers sprays insecticides pour éloigner la  plupart des insectes rampants, mais aussi les fourmis, les araignées, les cafards, les mites alimentaires…”. 

Le romarin 

5/5
Insecticides : 5 plantes qui font les meilleurs répulsifs naturels

Cette plante éloigne un grand nombre d’indésirables tels que les moustiques, les mouches, les tiques et les puces. C’est d’ailleurs un ingrédient qui entre dans la composition de nombreux shampoings ou colliers anti-puces naturels pour les animaux. “Une fois, séchées, ses feuilles permettent de réaliser des poudres et des petits sachets répulsifs particulièrement efficaces.”

Sources

Les Insecticides naturels, Philippe Chavanne aux Editions Alpen. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.