Sommaire

On ne se sent plus admiré

On ne se sent plus admiré"Même s'il n'y a pas de généralités, l'infidélité est souvent avant tout liée à un dysfonctionnement dans le couple", rappelle Camille Richet, psychologue et thérapeute de couple. Elle peut, par exemple, être déclenchée par un éloignement croissant au sein du couple : lorsqu'il n'y a plus d'envies, de projets ou de passions communes, ou que l'on n'ose plus se dire les choses.

Pourquoi ? "On peut avoir le sentiment de moins exister dans le couple, on s'éloigne, on passe plus de temps avec des gens extérieurs (amis, collègues...) avec qui on se sent exister individuellement", note la psychologue. Des déséquilibres, avec l'impression que l'un domine l'autre dans le couple, sont aussi un facteur de risque : "Les deux conjoints peuvent alors ressentir le besoin de tromper leur partenaire, l'un parce qu'il n'arrive plus à admirer l'autre donc à avoir du désir pour lui, l'autre parce qu'il ne se sent pas désiré ni admiré par son partenaire et n'existe que dans les yeux d'une personne extérieure", résume Camille Rochet.

Une instasfaction sexuelle ?

Une instasfaction sexuelle ?Bien sûr, une baisse de désir pour son/sa partenaire, des relations sexuelles qui s'espacent peuvent renforcer l'envie d'aller voir ailleurs, pour satisfaire ses besoins. "Mais en réalité, sauf lorsqu'il ne se passe plus rien depuis des mois, ce n'est pas la première cause d'infidélité, ni la seule."

Pourquoi ? Bien souvent, les patients infidèles me disent que ça se passait plutôt bien dans leur intimité de couple", ajoute la spécialiste. Les problèmes d'intimité physique ne sont en effet que la conséquence de dysfonctionnements et d'un éloignement dans le couple. Et ce sont surtout ces problèmes-là qui entraînent l'infidélité.

Pour se venger

Pour se vengerMême si ce n'est pas le cas de figure le plus fréquent, l'infidélité peut être déclenchée par le désir de se venger ou "d'égaliser" lorsque l’autre a été infidèle.
Pourquoi ? "Lorsqu'on est trompé, la souffrance et on peut avoir l'idée qu'en trompant à notre tour, on souffrira moins, on se sera moins "sacrifié(e)" pour rien", estime Camille Richet.

Pour autant, le fait de "remettre les compteurs à zéro" ne pourra pas suffire à effacer le traumatisme ni remplacer une vraie discussion au sein du couple pour comprendre l'origine de la première infidélité.

On a besoin de nouvelles choses

On a besoin de nouvelles chosesQue ce soit chez l'homme ou chez la femme, la "crise de milieu de vie", qui peut survenir vers 40 ou 50 ans, est un grand classique. "C'est un moment où la peur de vieillir pousse à remettre sa vie et ses choix en question.
Pourquoi ? Lorsqu'on se sent déçu, pas accompli au niveau personnel ou professionnel, on peut avoir tendance à projeter ses problèmes sur son conjoint plutôt que de les affronter", explique la psychologue. On peut ne plus supporter par exemple l'image de soi que l'autre nous renvoie. A cela s'ajoute souvent un besoin de revivre des émotions fortes, d'expérimenter de nouvelles choses... pour se sentir plus jeune et plus vivant, même si ça ne dure pas. C'est donc une période délicate, pendant laquelle on est plus susceptible de céder à l'infidélité.

On se sent étouffé

On se sent étoufféLorsque le conjoint(e) vit une épreuve difficile type deuil, maladie, chômage, etc... ce n'est pas forcément lui qui risque d'être infidèle.
Pourquoi ? "En fait, c’est l'autre conjoint qui peut se sentir étouffé parce qu'il ressent beaucoup de pression : il doit assurer, rassurer l'autre et l'entourer. A force, cela peut jouer sur son désir et le pousser à aller voir ailleurs", note la thérapeute. Il est donc essentiel, même lorsque l'autre traverse une période difficile, de s'autoriser aussi à prendre du temps pour soi, à exprimer ses émotions, à dire quand on ne se sent pas bien... plutôt que de vouloir tout prendre sur soi.

Pour faire réagir l'autre

Pour faire réagir l'autreL'infidélité peut être un moyen de se faire entendre lorsqu'on n'arrive pas à faire passer un message et à faire comprendre ses désirs ou ses volontés à son/sa conjoint(e). "J'entend parfois mes patients dire après 'Je te l'avais pourtant dit 50 fois, j'ai dû en arriver là pour que tu comprennes'", raconte Camille Rochet.

Pourquoi ? Il arrive aussi qu'on n'ose tout simplement pas exprimer ce qui ne va pas, de peur de créer des conflits au sein du couple. "Dans les deux cas, le fait d'être infidèle peut être une façon, le plus souvent inconsciente, d'essayer de faire réagir l'autre, de dire ' je ne vais pas bien, notre couple ne me suffit pas pour aller bien '", note la psychologue.

La solution : il est donc essentiel de beaucoup se parler et communiquer au sein du couple pour éviter d'en arriver à ce genre de situation ou l'infidélité devient un moyen d'expression détourné.

Des déplacements professionnels répétés

Des déplacements professionnels répétésLorsque l'un des deux conjoints est amené à effectuer des déplacements répétés pour son travail, c'est souvent un facteur de risque d'infidélité.

Pourquoi ? "Ce n'est pas tant le fait d'être "sans surveillance" loin de l'autre, que le fait de se sentir seul loin de sa famille, de vivre des choses qu'on ne peut pas partager avec son conjoint, de s'ennuyer... qui risque d'entraîner un dérapage", précise Camille Rochet. On prend également d'autres habitudes comme celle de regarder des films pornographiques ou de dîner avec des collègues et on est placé dans un autre environnement, déconnecté de sa vie familiale, parfois dans un univers assez luxueux. Tous ces éléments peuvent favoriser le passage à l'acte.

Se retrouver seul avec quelqu'un d'autre


Se retrouver seul avec quelqu'un d'autreMême si le fait de se retrouver seul(e), sans son/sa conjoint(e) facilite la tromperie, ce n'est jamais la seule cause.

Pourquoi ? "Dans l'infidélité, il y a toujours une rencontre entre un sentiment de déception qui s'installe progressivement dans le couple et une occasion de passer à l'acte. On a en effet tendance à idéaliser une personne extérieure au couple (collègue, ami, parent d'élève, partenaire de sport, etc) et à la comparer systématiquement à son/sa conjoint(e), chez qui on ne trouve pas ou plus les mêmes qualités", rappelle Camille Richet. C'est ce sentiment insidieux qui peut déclencher le passage à l'acte lorsque l'occasion se présentera avec l'autre personne, qu'il s'agisse par exemple un séminaire professionnel, d'un départ en vacances décalé sans son conjoint ou d'une soirée entre collègues.

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

Le blog de Camille Richet autour de la psychologie du couple : http://www.anoustous.com/

Vidéo : Ce que vous ne savez pas sur le sexe après 50 ans

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.