Sommaire

Avoir envie de le tromper, est-ce normal ?

Oui ! Parce que le quotidien prend souvent une teinte monotone et manque d'imprévu, il est fréquent de penser, après quelques années de vie de couple, que l'herbe est plus verte ailleurs.

Qu'importe les images qui vous viennent en tête : simple échange romantique ou étreinte torride. "Envisager l'infidélité est très fréquent... et peut toujours arriver", confirme Joëlle Mignot, psychologue clinicienne. Ce désir est souvent révélateur d'une faille. "Ce n'est pas toujours conscient, mais peut vouloir dire qu'il y a de la place pour un autre."

Conseil : Faites un point sur vos motivations profondes. Il y a bien des raisons d'être infidèle : la vengeance souvent, mais aussi le besoin de se sentir de nouveau désirable (et désirée), un manque d'attention de la part de son conjoint... ou encore, bien sûr, une rencontre ! Avoir envie de tromper son conjoint est assez commun, encore faut-il peser le pour et le contre...

Où commence vraiment l'infidélité ?

Être fidèle au fond, ça veut dire quoi ? Malgré une évolution de la société où la liberté individuelle et la culture du "moi d'abord" ont tendance à prendre le pas sur le "nous", la notion de fidélité renvoie encore pour beaucoup à des valeurs sacrées (mariage, amour unique...).

"On peut en effet être fidèle pour plusieurs raisons", indique Joëlle Mignot. "Pour des raisons de morale, des raisons religieuses et de croyance, mais être fidèle signifie aussi être fidèle à soi-même !"

Conseil : Demandez-vous ce que vous seriez prête à accepter si les rôles étaient inversés... Qu'accepterait selon vous votre conjoint ? En clair, ne vous mettez pas d'interdits là où il n'y en a pas.

L'important, c'est de savoir où se situent les valeurs essentielles à vos yeux.

Désir profond ou passade... comment savoir ?

Comment faire la différence entre une envie passagère et un désir profond ? "La notion de désir implique forcément l'autre, un autre", explique Joëlle Mignot, sexologue. "L'envie, elle, est d'ordre physiologique et peut être assimilée à une pulsion, comme lors d'une envie de manger (du chocolat par exemple !)." Un bon baromètre de l'état de la situation : vos sentiments. Si un autre semble remplacer petit à petit votre conjoint dans votre coeur, c'est peut-être le signe qu'il s'agit bien plus d'une passade...

Conseil : Apprenez à être plus à l'écoute. A votre écoute. Cette envie de nouveauté est-elle récurrente ou juste une passade, un fantasme ? "Il ne faut pas non plus confondre le fantasme et le désir", précise Joëlle Mignot. Le fantasme relève du domaine de l'imaginaire.

En revanche, le désir peut cacher un manque et donc révéler un véritable besoin.

Vous vous sentez coupable ?

Les femmes dissocient rarement sexe et sentiments et n'envisagent donc pas l'infidélité de la même manière que les hommes. Résultat : votre conscience vous joue des tours et vous vous sentez coupable. "Pour une grande majorité de femmes, penser, c'est déjà faire", explique Joëlle Mignot. Le fantasme relève de l'imaginaire, même si parfois il dissimule un désir refoulé...

Pas de panique donc. "Mais si 'penser' entraîne effectivement 'faire', alors oui, le sentiment de culpabilité a lieu d'être"...

Conseil : Prenez du recul et regardez la situation honnêtement. Pour l'heure qu'avez-vous vraiment à vous reprocher ? Votre pseudo infidélité est de l'ordre du virtuel et n'a rien de répréhensible. Personne ne peut vous reprocher d'avoir l'esprit vagabond ! Il y a d'ailleurs fort à parier que c'est déjà arrivé à votre conjoint...

L'infidélité, juste une question d'années ?

Manque de communication, manque d'attention, de preuves d'amour, d'imprévu... C'est forcément parce que vous vous côtoyez depuis des années que l'envie d'aller voir ailleurs vous titille ? Pas nécessairement ! "La maturité aidant, on est capable de plus s'investir dans une relation", indique Joëlle Mignot.

Conseil : Faites le point sur vos attentes. D'un point de vue personnel et conjugal. "L'infidélité a toujours du sens", souligne la sexologue. Le couple constitue un terrain de compromis qui entraîne nécessairement un certain nombre de frustrations.

C'est en identifiant ces frustrations que vous pourrez trouver des solutions (autres que l'adultère) pour satisfaire vos besoins et vos envies sans que l'autre en pâtisse...

Faut-il lui en parler ?

Faut-il aborder la question avec sa moitié ? Il y a fort à parier qu'un "Chéri, je crois que je vais prendre un amant !" aurait du mal à passer... L'ennui, c'est que vous êtes assaillie de questions et que vous aimeriez pouvoir les partager.

"Simples interrogations ou vrais doutes, mieux vaut en parler à un tiers", conseille Joëlle Mignot. "En abordant le sujet avec son conjoint, il risque de se créer tout un monde de doutes, mais également de développer un sentiment d'abandon, car l'infidélité cache aussi l'idée de vouloir se débarrasser de l'autre."

Conseil : Confiez-vous à une amie proche. Une oreille féminine sera bien plus réceptive à vos interrogations et il est toujours plus aisé de se confier à une amie qui nous connaît bien et ne risque pas de nous juger.

De plus, "ces questions nous concernent d'abord nous en tant qu'individu, avant de concerner le couple", précise la sexologue.

Êtes-vous prête ?

C'est certainement la question la plus délicate. Si le désir de nouveauté (à plus forte raison si on a déjà rencontré quelqu'un) est fort, le désir de préserver son couple l'est souvent tout autant. Ce choix vous appartient. "C'est évidemment une décision très personnelle", confirme Joëlle Mignot.

Mais si votre "autre" vie prend le pas sur votre vie "réelle", que vous êtes moins disponible pour les autres ou que la présence de votre mari vous est parfois insupportable, c'est peut-être l'heure des vraies questions : faut-il passer à l'acte ?

Conseil : Posez-vous une question essentielle : pourquoi le faites-vous ? Pour l'aventure, l'excitation de transgresser un interdit, pour vous rassurer, pour blesser l'autre ? Car ce genre de décision pèse bien sûr sur soi mais pose aussi la question des conséquences sur le couple.

"C'est pourquoi, avant de décider quoi que ce soit, mieux vaut prendre son temps et bien y réfléchir", insiste la sexologue.

Quelles seraient les conséquences ?

C'est un peu le revers de la médaille. Passés les moments d'excitation, vient l'heure des questions et de l'angoisse qui va avec.

Regrets, remords, c'est le temps des "j'aurais peut-être pas dû" et des "suis-je prête à en assumer les conséquences ?". "Il s'agit là de questions rationalisantes, auxquelles on ne trouve pas toujours de réponses. Les conséquences vont surtout dépendre de la valeur du couple d'origine", explique Joëlle Mignot.

Conseil : Au lieu de vous focaliser sur l'avenir hypothétique de votre couple, concentrez-vous d'abord sur vous. "Car tout dépend aussi du sens que cette infidélité a à vos yeux" indique la sexologue.

En d'autres termes, soyez d'abord en accord avec vous-même avant d'envisager la suite et de prendre des décisions qui pourraient s'avérer dommageables.

Comment gérer l'après ?

Parce que l'amour parle de liberté, mais aussi de durée, votre dilemme est désormais de négocier cette envie d'ailleurs sans pour autant mettre votre couple en danger. "Une infidélité peut toujours déboucher sur une rupture, voire sur la formation d'un nouveau couple", indique Joëlle Mignot.

"Mais il faut aussi garder à l'esprit qu'une rencontre constitue un moment d'aveuglement." C'est en effet l'heure des lendemains qui chantent, où l'on ne voit que ce qui nous plaît chez l'autre.

Conseil : Ne précipitez rien et accordez-vous du temps. "Dans un premier temps, mieux vaut calmer le jeu", conseille la sexologue. "Mieux vaut attendre un peu et voir ce qui se passe dans le couple, mais aussi pour chaque individu."

Prendre le temps de la réflexion, c'est certes jouer la carte de la sécurité, mais une carte qui peut être salutaire.

Avouer ou ne pas avouer, telle est la question...

Que ce soit par honnêteté vis-à-vis de votre conjoint, ou parce qu'un horrible sentiment de culpabilité vous étreint, vous vous posez la question de l'aveu. Pourtant vous redoutez tout autant sa réaction et les conséquences que cela pourrait avoir sur votre vie.

"Avouer peut être utile pour éclairer son couple mais encore faut-il que l'autre soit capable de l'entendre", prévient Joëlle Mignot.

Conseil : Gardez à l'esprit que toute vérité n'est pas toujours bonne à dire. Si ce petit coup de canif au contrat était sans conséquences, il est peut-être préférable de ne pas en parler pour ne pas blesser l'autre inutilement. S'il s'agit de quelque chose de plus sérieux qui devient une source de malaise, dans ce cas il est sans doute mieux d'évoquer le sujet. "Cela dépend aussi de ce qu'on veut faire de son couple", explique la sexologue.

"L'infidélité peut être vécue comme une forme de liberté ou une libération par rapport au couple. Mais elle peut aussi être un signal d'alarme".

> Comparez votre mutuelle et augmentez le nombre de séances en médecine douce !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.