Sommaire

Quitter son conjoint sans le faire souffrir, c'est mission impossible si la rupture est à sens unique. On peut néanmoins essayer de le faire souffrir le moins possible en appliquant quelques règles. Le choix du lieu, du moment, ce que l'on décide de dire ou non, la détermination qu'on y met, les explications que l'on apporte... ce ne sont pas des détails. Le point avec le psychologue Sébastien Garnero.

Quand et où mettre fin à une relation amoureuse ?

Le choix du lieu pour la personne qui quitte, ou celle qui est quittée, est important. On n'annonce pas une séparation n'importe où. « L’idéal est de choisir un lieu qui vous corresponde en tant que couple, où vous vous sentiez à l’aise pour vous exprimer librement dans les paroles, mais aussi les émotions fortes qu'on ressent dans ce moment fort », explique le psychologue et sexologue parisien Sébastien Garnero.

Rompre en respectant l'autre, c'est aussi respecter sa pudeur. C’est-à-dire qu'il est préférable de ne pas choisir un moment où des témoins seraient présents ou un lieu public où la personne ne pourra pas, par pudeur, exprimer ses sentiments. « Une histoire de couple est avant tout une histoire intime, et prendre à témoin d’autres personnes comme les amis, la famille ou des anonymes n’est absolument pas appropriée. Ainsi les lieux publics sont inadaptés de même que toutes situations où d’autres personnes pourraient être prises à témoin », développe notre expert.

Il faut avoir le temps d'échanger et de s'écouter

Celui-ci conseille également de choisir un moment où l'autre est disponible pour écouter, comprendre et échanger. « Choisir un moment propice où l’autre peut être à l’écoute et disposé à le faire est essentiel pour que la rupture puisse se faire de façon plus sereine », note le professionnel.

Si la personne avec laquelle on veut rompre traverse un moment difficile (chômage, perte d'un proche), alors on pourra temporiser. Mais la bienveillance envers l'autre, c'est aussi la sincérité, car il peut ne jamais y avoir de bon moment pour annoncer cette décision difficile. « En fonction de son partenaire, et d’éventuelles fragilités, il peut être nécessaire d’envisager une certaine préparation pour que cette rupture puisse se faire en douceur. Mais si on ne veut plus être en couple avec son partenaire, être honnête est l'essentiel », commente Sébastien Garnero.

On peut éventuellement attendre ce fameux bon moment (qui viendra... ou pas), mais ce qui compte surtout, c'est de faire preuve d'encore plus de tact et d'empathie, si l'on sait la personne fragile.

Rupture : faut-il envoyer des signaux en amont ?

Même s'il y a parfois un aveuglement, la rupture est bien souvent la fin d'un processus de séparation, déjà enclenché depuis un moment. Pas besoin, donc, de « préparer » la rupture en amont, chacun s'est déjà rendu compte que le couple formé par le duo allait mal.

« Avant d’en arriver à une rupture définitive, de nombreux signaux d’alerte ont été envoyés par l’un des partenaires, voire les deux. Et sans s’en rendre compte, en réalité, une rupture s’inscrit la plupart du temps dans une spirale de dysfonctionnements au sein d'un couple qui n’a pas réussi à régler ses difficultés, n’a pas cherché à le faire ou présente des incompatibilités évidentes ». Inutile donc de préparer le terrain, la mauvaise santé de votre couple l'aura déjà fait à votre place.

La rupture par SMS, c'est non !

Une rupture, c'est en face à face. On oublie tout de suite une annonce de séparation par SMS ou sur la messagerie d'un réseau social, il faut assumer sa décision et prendre ses responsabilités envers la personne dont on ne veut plus partager la vie. Outre le manque de considération pour la personne quittée, celle-ci sera en plus privée des explications qu'elle mérite, ce qui pourra engendrer une frustration et une colère supplémentaires.

« Cela peut donner l’impression d’un manque totale de considération et d’empathie, pour quelqu’un avec lequel on a été en couple et que l’on traite comme s’il s’agissait d’un anonyme. Cela ne permet pas l’échange, le contact, l’interaction affective entre les deux membres, ni même la compréhension des éléments en lien avec la rupture. Si on veut une séparation en douceur, une rupture unilatérale de la sorte, sans possibilité pour l’autre d’une quelconque réaction n'est pas envisageable ».

Disparaître du jour au lendemain : une mauvaise idée

Ce qu'on appelle « le ghosting » est également à proscrire, sous peine de laisser l'autre dans une profonde sidération. Pour rappel, cette forme de rupture qui n'en est pas vraiment une, consiste à disparaître, laisser l'autre sans lui donner aucune nouvelle et ne lui fournir aucune explication.

« Seule exception pour des personnes qui vivraient une relation à distance : opter pour une lettre bien rédigée, bienveillante et sincère, et associer un moment de parole via le téléphone ou en visio ce qui permettra malgré tout d’avoir un vrai dialogue », poursuit Sébastien Garnero.

Que faut-il dire lors d'une rupture ?

Le mieux est de se montrer sincère envers la personne avec qui on a partagé une histoire d'amour. La bienveillance et l'empathie dans ce moment douloureux peuvent aider le conjoint quitté à surmonter moins douloureusement cette épreuve. Et il ne faut pas hésiter à motiver sa décision.

« Prendre le temps d’évoquer les raisons de cette rupture et d’être claire et honnête sont particulièrement importants. De même, répondre aux questions de son partenaire est primordial. Je conseille d'exposer les éléments qui amènent à ce constat d’échec de manière concise et claire. La teneur des propos peut permettre d’être suffisamment explicite pour que chacun se rende compte que la situation s’est largement dégradée et que la rupture est un aboutissement logique », développe le psychologue.

Rupture : ce qu'il ne faut pas dire

« Il faut éviter les banalités, les phrases toutes faites, impersonnelles ; mais aussi les propos 'trop forts', blessants, qui peuvent être perçus comme humiliants », dans un moment où la personne quittée est déjà largement fragilisée. Et il ne faut pas oublier qu'une histoire d'amour qui se termine, c'est un couple qui ne fonctionne pas, à deux. On peut avoir des griefs contre son ex mais, dans la perspective de rompre en douceur, il faut également savoir se remettre en question. « Il est essentiel de pouvoir aussi reconnaître une part de ses torts », assure Sebastien Garnero.

Pour notre expert cependant, s'il faut se montrer déterminé et expliquer ses raisons, toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire dans un premier temps, comme le fait d'avoir rencontré une autre personne par exemple. « On n'a pas forcément à rentrer dans les détails pour éviter de rajouter aux fortes émotions déjà ressenties – une rupture peut être relativement brutale. Néanmoins, dans un deuxième temps, une clarification - notamment concernant une rencontre - peut-être nécessaire pour certains », abonde le psychologue.

Ne pas donner de faux-espoirs

Comme explicité plus haut, la rupture est une issue pour un couple qui ne fonctionne plus. Si on réussit à se montrer sûr de soi lors de cette rupture, si on expose ses raisons avec détermination, cette solution peut apparaître comme le moyen de sortir du malaise et du mal-être sentimental dans lequel se trouve le couple. Mais pour cela, il ne faut pas montrer de doutes.

Ne pas laisser place à l’ambiguïté dans la rupture permet aussi d’éviter à l'autre d'entretenir de faux espoirs qui l'empêcheraient de poursuivre sa route de son côté. « Le fait qu'une rupture soit relativement claire et franche permet à chacun de pouvoir entrer dans une phase dite de 'deuil amoureux' sans plus attendre. Cette période de transition est délicate, mais essentielle pour pouvoir se reconstruire en tant que sujet ; puis dans un second temps, à nouveau être capable de s’ouvrir à une autre personne, d'orienter son désir vers un.e autre partenaire amoureux.se et, in fine, d'’envisager de refaire sa vie », poursuit le psychologue.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

Merci au psychologue Sébastien Garnero. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.