Sommaire

Toute vérité est-elle bonne à dire ?

Toute vérité est-elle bonne à dire ?"En tout cas, la chose indispensable à exprimer, c’est sa position par rapport à l’autre. Pouvoir se dire si l’on est satisfait ou insatisfait de la relation, y compris sur le plan sexuel, en toute confiance, sans redouter les conflits est un critère de bonne relation. Mais cela demande une position adulte, car il faut aussi être en capacité d’entendre ce que l’autre exprime", estime Alain Faucher, sexologue et psychanalyste. Quant à avouer ses éventuels coups de griffe au contrat : "Si l’on veut que le couple dure, mieux vaut en général éviter d’en faire état." Ce qui n’empêche pas de s’interroger sur ce qu’ils révèlent.

Avoir son jardin secret, indispensable ?

Avoir son jardin secret, indispensable ?Difficile d’être capable de se mettre en lien avec autrui si l’on n’est pas soi-même en équilibre et en paix avec soi-même. Le jardin secret, peut, pour certains, constituer un refuge où se ressourcer afin d’être capable d’aller vers les autres. Un lieu d’épanouissement. "Pour les hommes le travail occupe souvent cette fonction", note Alain Faucher. "A force de cultiver des passions chacun de son côté, on peut cependant finir par vivre deux vies séparées, parallèles. Certains s’en accommodent fort bien, mais le niveau d’intimité du couple est bas. Et lorsque l’une de ces occupations disparaît, au moment du départ à la retraite par exemple, le couple risque de ne plus pouvoir se retrouver."

Garder un peu de mystère… surtout au début !

Garder un peu de mystère… surtout au début !Ne pas tout révéler de soi est souvent considéré comme une façon d’attiser le désir. Une affirmation toutefois, à nuancer pour Alain Faucher. "Le mystère c’est excitant dans les premiers temps, mais au bout de vingt ans, ce qui fait tenir le couple, c’est la capacité de développer une intimité à deux. En réalité, mieux on se connaît, mieux on entre en relation, et plus le désir peut persister au fil du temps."

Faut-il parler de ses ex ?

Faut-il parler de ses ex ?Pour certains, parler de ses expériences précédentes, c’est jouer cartes sur table, cependant, là aussi, ce n’est pas forcément une bonne idée. "La jalousie et la rivalité sont des sentiments, des émotions que tout le monde éprouve à des degrés plus ou moins élevés. Parler de ses ex, risque d’amener son (sa) partenaire à entrer dans cette spirale, car il peut alors s’imaginer être comparé à la précédente personne. En revanche, au fil du temps, lorsque la confiance est bien établie dans le couple, lorsque chacun est sûr de sa place auprès de l’autre, on peut parler de ces anciennes amours pour ce qu’elles sont : des expériences de vie, des morceaux de son passé."

Savoir se poser des questions

Savoir se poser des questionsEntre partenaires, la parole renforce l’intimité. "Pour qu’un couple dure, il faut parvenir à faire du « 1 » avec du « 2 »", souligne Alain Faucher. "Ce qui implique d’être intéressé par la relation, de s’interroger avec honnêteté sur ce que l’on vit ensemble, sur notre vision du couple et celle de notre compagne ou compagnon." Cela implique aussi un travail de fond car, comme le rappelle le psychanalyste et sexologue, "nous avons tous un inconscient qui nous conduit à être ambivalent, en quelque sorte à dire « blanc » alors que l’on désire « noir » . Aussi, quand je dis quelque chose consciemment, je ne suis pas sûr de sa validité profonde". Etre ouvert à ses propres ambivalence empêche les positions trop tranchées, et ouvre à la tolérance et à la souplesse. Alors, mieux que capable de tout dire, on devient capable de tout entendre de l’autre.

Ne pas entrer dans la spirale de la jalousie pathologique


Ne pas entrer dans la spirale de la jalousie pathologiqueParler de soi, de sa journée, de ses activités est bien sûr une forme de partage. C’est d’une certaine façon accepter de faire entrer l’autre dans sa vie. Autre chose est de répondre tous les soirs à des interrogatoires de gendarmerie. Ce qui peut être le cas avec un(e) jaloux(se) pathologique. Celui (celle)-ci, afin d’être rassurée, demandera toujours plus de détails, plus de preuves. Cette spirale peut être arrêtée grâce à un travail sur soi : en interrogeant l’origine de cette angoisse. Mais en matière de jalousie, "il convient d’être attentif : attiser la jalousie de l’autre peut être une forme de manipulation, sans que ce mécanisme soit forcément conscient", estime Alain Faucher.

> Comparez votre mutuelle et augmentez le nombre de séances en médecine douce !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.