Sommaire

Homme ou femme, le pervers narcissique est mal dans sa peau. C'est une personne malade qui va alors jeter son dévolu sur quelqu’un et le dévaloriser, pour le rendre malade à sa place. On trouve cette sombre espèce dans le couple, mais aussi au travail ou dans certains groupes d'amis. Les pervers narcissiques peuvent réellement détruire ceux qui croisent leur route et excellent dans l’art de la manipulation.

"Les pervers narcissiques sont incapables de rendre heureux qui que ce soit pour la simple et bonne raison qu’ils ne sont pas en capacité de savoir ce dont l’autre a besoin, nous avertit Johanna Rozenblum, psychologue clinicienne et auteure de Hypersensibilité : comment en faire un atout ?(éd. Alpen). Leur sujet est la domination et non pas la satisfaction".

Attention toutefois à ne pas faire usage de cette expression à tort. On a tendance aujourd’hui à parler de pervers narcissique pour évoquer notre dernière peine de cœur. Or, ces derniers - pour être qualifiés comme tel- doivent répondre à un tableau bien précis.

Les pervers narcissiques ne se remettent pas en question

Vous vous êtes déjà demandé si vous faites partie des pervers narcissiques ? Rassurez-vous. A priori, si vous vous posez la question, c’est que ce n’est pas votre cas.

"Les mécanismes pervers sont souvent inconscients et la personne perverse narcissique reste dans le déni de ce qu’elle inflige aux autres, nous assure Johanna Rozenblum. Réussir à se percevoir ou se reconnaître comme un pervers narcissique est très loin d’être habituel".

En effet, selon la psychologue, les personnes qui se remettent en question sont capables de prendre suffisamment de recul et d’analyser leur propre comportement. "Il faut pouvoir accepter la parole de l’autre et entendre les souffrances qu’on lui inflige. Cela ne va malheureusement pas avec les comportements des pervers narcissiques".

En thérapie, nous ne voyons pas de pervers narcissique, mais nous recevons leurs victimes

"Le pervers narcissique étant dans le déni de son fonctionnement psychique ne demande pas d'aide. En thérapie, nous ne voyons pas de pervers narcissique. Nous recevons les victimes qui tentent de se reconstruire", rapporte notre experte.

Admettre qu’elles ont un problème serait équivalent à un effondrement pour ces personnes.

"Si une personne perverse narcissique tente de faire un travail, on va tenter de lui faire reconnaitre les mécanismes mis en place pour assujettir et installer l'emprise. Le risque pour elle étant l'effondrement psychique, elle préfère en général considérer qu'elle va bien et que le problème vient des autres", ajoute Johanna Rozenblum.

Pervers narcissiques : certains signes ne trompent pas

Certains comportements vont être révélateurs et doivent absolument vous alerter. "Un pervers narcissique est un manipulateur qui plonge son ou sa proie dans une spirale de culpabilisation et de dévalorisation qui a vocation à l’empêcher de penser par elle-même, nous décrit Johanna Rozenblum. Attaqués dans leur intégrité physique et psychique, les victimes deviennent les jouets de ces personnalités narcissiques".

Le pervers narcissique est un menteur et un manipulateur

Le pervers narcissique souffre de failles psychologiques qu’il ne peut gérer. Pour s’en libérer, il va les expulser sur sa victime. Il va tenter d’alléger ses névroses en vouant sa haine et son emprise à sa proie.

"Le pervers narcissique choisit sa proie en fonction de sa capacité à se soumettre à lui. Après une lune de miel où il se fera passer pour la personne idéale, il isolera et assujettira sa victime, décrit Johanna Rosenblum. Une fois affaiblit et en perte totale d’autonomie et de confiance, la victime restera aux côtés de son bourreau à se demander ce qu’elle a bien pu faire pour le mettre en colère et tenter de redevenir la personne idéale à ses yeux".

Le pervers narcissique est aussi un menteur pathologique, un manipulateur hors pair. "Il oriente les discussions et réécrit l’histoire pour avoir raison, ajoute la spécialiste. Il sème le doute, il dévalorise jusqu’à faire de sa proie son serviteur et alimenter son besoin de supériorité".

Il va prendre un malin plaisir à rabaisser sa victime et à exceller dans l’art de la culpabilisation. Le pervers narcissique aimera aussi souffler le chaud et le froid : il peut être imbuvable et vous faire culpabiliser un soir... et venir le lendemain avec un beau bouquet de fleur. Résultat : vous vous direz que finalement, votre partenaire n'est pas "si mauvais", voire même, vous penserez que ses critiques étaient méritées.

Comment devient-on pervers narcissique ?

"Beaucoup de pervers narcissiques ont grandi dans un environnement dysfonctionnel avec un parent maltraitant par exemple, explique Johanna Rozenblum. Mettre un masque pour ne pas montrer ses émotions et apprendre à "tuer avant d'être tué" est devenu une façon de survivre à un quotidien familial toxique".

Peut-on soigner un pervers narcissique ?

En principe, le pervers narcissique est dans le déni et ne demande pas d’aide. Or, en admettant que cela soit le cas, la seule façon d’envisager pour lui de s’en sortir va dépendre du travail psychologique et du niveau de prise de conscience. "Mais l’expérience montre qu’avec le temps, les choses s’aggravent", déplore Johanna Rozenblum.

> Comparez votre mutuelle et augmentez le nombre de séances en médecine douce !

Sources

Merci à Johanna Rozenblum, psychologue clinicienne et auteure de Hypersensibilité : comment en faire un atout ? (éd. Alpen)

mots-clés : Pervers narcissique
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.