"Notre système immunitaire n'est pas activé en permanence, explique John F. Brooks II, Ph.D, professeur d'immunologie et de microbiologie à l'UTSW et dirigeant d'une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique Cell. Il y a des moments au cours desquels le corps est plus préparé à combattre les infections".

Cette étude scientifique a permis de démontrer que la capacité de l'organisme à lutter contre les intoxications alimentaires dépendait de l'heure à laquelle le repas était ingéré. Si l'immunité est optimale, le corps produit un composé antimicrobien lorsqu'il se retrouve exposé à des bactéries nocives. La réponse immunitaire permet alors de vous protéger contre une éventuelle intoxication en cas d'ingestion d'un aliment contaminé. Or, il se trouve qu'à certains moments, l'organisme ne serait pas en mesure de produire cet antimicrobien. L'immunité n'est, en effet, pas aussi efficace à toutes les heures de la journée. Explications.

L'immunité serait moins efficace pendant la nuit

En cas d'intoxication alimentaire, des agents pathogènes attaquent notre organisme, comme à un château-fort, dont l’acidité gastrique représenterait les douves et les défenses immunitaires, les remparts. Les pathogènes ont deux moyens de faire des dégâts. Ces derniers peuvent pénétrer et se multiplier dans les cellules du tube digestif : on parle d’une invasion. Mais certains d’entre eux, comme les Escherichia coli entéro-hémorragiques, sécrètent une toxine qui va se diffuser dans l’organisme à partir du tube digestif. Ces dernières peuvent s’attaquer aux cellules des vaisseaux sanguins et entraîner de graves conséquences suite à des lésions du rein, voire du cerveau.

Les chercheurs sont partis du principe que l'immunité antibactérienne pouvait changer au niveau des intestins selon le rythme circadien. Il s'agit de l'horloge interne d'un corps humain prenant la forme d'un cycle de 24 heures et régie pas certains processus physiologiques comme le sommeil et l'alimentation.

Pour prouver cette théorie, les chercheurs ont analysé la capacité des souris à lutter contre les maladies d'origine alimentaire en fonction du cycle circadien.

"Ces résultats me font réfléchir à deux fois avant de piller le réfrigérateur la nuit"

Les chercheurs ont volontairement infecté des souris avec des bactéries. Il s'est trouvé que les animaux présentant des charges bactériennes et des taux de mortalité plus élevés sont ceux qui étaient exposés à une bactérie une fois le soleil couché.

Au contraire, les souris exposées à la bactérie au lever du soleil auraient mieux lutté contre l'infection.

"Ces résultats me font réfléchir à deux fois avant de me réveiller au milieu de la nuit et de piller le réfrigérateur, résume l'un des auteurs de l'étude. Il paraît plus dangereux de manger une salade de pommes de terre chargée de bactéries lorsque vos défenses intestinales sont au plus bas [c’est-à-dire une fois le soleil couché, ndlr]".

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore !

Sources

The microbiota coordinates diurnal rhythms in innate immunity with the circadian clock, Cell, 28 juillet 2021

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.