On associe souvent la saison des champignons à l’automne. Pourtant, il en pousse aussi beaucoup durant l’été.

En été, de fait, le climat est plus chaud et la terre commence à s’assécher. C’est la girolle qui pousse au début de l’été. Elle pousse surtout si le climat est suffisamment pluvieux et doux. Les cèpes d’été sont présents en forêt durant tout l’été, encore faut-il les trouver. La trompette de la mort, se trouve généralement durant la dernière quinzaine d’août, il est possible de la trouver dès juillet si le temps le permet.

Tous ces champignons sont bien comestibles sans risque d’intoxication. Pour éviter tout risque, il est conseillé de ne ramasser que les champignons que l’on connaît, certains ressemblent aux espèces comestibles, mais sont en fait hautement toxiques. De plus, certains champignons vénéneux poussent aux endroits où vous avez cueilli des champignons comestibles l’année précédente. Au moindre doute, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes conseille de ne pas consommer la récolte avant de l’avoir fait contrôler par un pharmacien ou une association de mycologie.

Cependant, il arrive parfois que le cueilleur se trompe et consomme un champignon qui n'aurait pas dû l'être.

Champignons : pensez à garder la récolte

Si vous avez ingéré un champignon vénéneux, les symptômes commencent généralement par des troubles digestifs : nausées, diarrhées, vomissements, douleurs abdominales… Si les symptômes apparaissent rapidement, entre une et deux heures après ingestion, le pronostic de l’intoxication est bon. En revanche, si les symptômes sont plus tardifs, entre quelques heures et quelques jours plus tard, il faut agir rapidement. Plus le délai augmente, plus le risque d’intoxication grave est important.

Une fois que les symptômes sont là, il est important d’appeler immédiatement le centre antipoison ou le 15 en mentionnant la consommation. Il est essentiel d’agir vite : l’état de la personne intoxiquée peut s’aggraver rapidement.

Il est alors utile de noter les heures des derniers repas mais également la survenue des premiers signes d’intoxication. Enfin, gardez les restes de votre cueillette. Cela va permettre aux médecins d’identifier quelle espèce de champignons vous avez consommée.

Il est important que toutes les personnes ayant consommé les mêmes champignons consultent également le médecin, même si elles ne semblent pas souffrir d’intoxication.

Sources

Champignons et intoxications, L'ARS Auvergne-Rhône-Alpes

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.