Alcool : peut-on boire pendant l'allaitement ?

Votre médecin vous l’a sûrement déjà dit : alcool et grossesse ne font pas bon ménage. Alcool et allaitement non plus d’ailleurs, même si ce n’est pas vraiment pour les mêmes raisons : explications.

Publicité

© Istock

Alcool et allaitement : est-ce qu’il y a des risques ?

Si vous buvez de l’alcool pendant l’allaitement, il va tout d’abord aller dans votre sang puis dans votre lait. Plus vous buvez, plus la dose d’alcool dans votre lait est importante. Cela peut avoir des répercussions sur :

Publicité
Publicité

- la qualité de l’allaitement. L’alcool peut en effet réduire la production de lait et l’empêcher de s’écouler correctement ;

- la santé de bébé. Le principal risque est de le rendre somnolent et de l’empêcher de téter suffisamment. S’il ne se nourrit pas assez bien, sa croissance peut être ralentie…

Bon à savoir : normalement, boire de l’alcool durant l’allaitement n’endommage pas le cerveau de bébé. Seule une consommation très importante (proche de l’alcoolisme) constitue un risque de séquelles neurologiques, en particulier quand elle a lieu durant les 3 premiers mois de l’enfant : il s’agit d’une période importante pour son développement cérébral.

Faut-il viser à tout prix le « 0 alcool » durant l’allaitement ?

Non. Les risques ne sont pas aussi forts que ceux liés à la consommation d’alcool durant la grossesse : les règles sont donc un peu plus souples. En pratique, vous devez éviter l’alcool autant que possible mais pouvez boire occasionnellement un verre durant l’allaitement. A l’occasion d’un anniversaire ou des fêtes de fin d’année, par exemple.

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X