Myorelaxant : peut-on soigner une lombalgie avec ce médicament ?

Certifié par nos experts médicaux MedisitePlus de huit personnes sur dix souffriront un jour de lombalgie aiguë ou chronique. Elle représente la première cause de limitation de l’activité chez les personnes de plus de 45 ans et peut être à l’origine d’un handicap chronique. Le nombre d’arrêts de travail en lien avec une lombalgie est en constante augmentation et cela peut aller jusqu’à l’incapacité totale chez certains professionnels. Alors, quelles sont les causes principales des lombalgies, comment les soulager pour qu’elles ne deviennent pas un handicap ?

Qu’est-ce qu’une lombalgie ?

La colonne vertébrale est constituée de l’empilement des vertèbres cervicales, dorsales et lombaires. Ces vertèbres entourent et protègent la moelle épinière et, entre elles, émergent les racines nerveuses. Entre chaque vertèbre, un disque intervertébral cartilagineux joue le rôle d’amortisseur. La lombalgie est une douleur située dans la zone des vertèbres lombaires, en raison d’une inflammation de cette zone. Les causes les plus fréquemment rencontrées sont :

  • la lombalgie mécanique ou lumbago, qui correspond à une contracture très douloureuse des muscles para-vertébraux, souvent liée à un faux mouvement ou un port de charge trop lourde ;
  • la hernie discale qui correspond à la saillie du disque intervertébral, comprimant ainsi la moelle ou la racine du nerf ;
  • l’arthrose lombaire : liée au vieillissement articulaire, l’arthrose est responsable de la formation d’ostéophytes qui peuvent irriter le nerf ;
  • les tassements de vertèbres, conséquences de l’ostéoporose ou d’un traumatisme lombaire ;
  • les maladies rhumatologiques inflammatoires chroniques.

Pourquoi utiliser des myorelaxants pour traiter une lombalgie ?

Les tensions musculaires dues à la compensation par une attitude antalgique, des défauts de postures chroniques ou le stress sont responsables d’une grande part de la douleur et de la limitation de mobilité.

Les médicaments myorelaxants ont une action décontracturante musculaire. Ils représentent donc un bon traitement d’appoint dans les douleurs lombaires aiguës ou chroniques.

Comment utiliser les myorelaxants au cours d’une lombalgie et quels sont les effets secondaires ?

Il existe plusieurs types de médicaments myorelaxants utilisables en cas de lombalgie, mais ils ne sont pas dénués d’effets indésirables. Leur utilisation doit donc respecter strictement la prescription médicale :

  • la méphénésine existe sous forme de comprimé ou pommade. Elle peut être délivrée sans ordonnance par le pharmacien, mais ce médicament peut induire une somnolence et son utilisation est déconseillée pendant la grossesse ;
  • le méthocarbamol est le décontracturant musculaire le plus souvent prescrit pour la lombalgie. Il est délivré sur ordonnance et remboursé par la Sécurité Sociale. Il existe en comprimé et en crème. Il peut aussi provoquer de la somnolence et ne doit pas être associé à l’alcool ou à certains antidépresseurs. Il est à éviter chez les personnes âgées, pendant la grossesse ou chez les insuffisants rénaux ;
  • le thiocolchicoside oral n’est plus remboursé. Le risque de malformation fœtale lors de son utilisation pendant la grossesse est important et il peut être à l’origine de somnolence importante, de douleurs abdominales et de diarrhées. Il existe également sous forme injectable.

Pour le traitement de la lombalgie, les myorelaxants sont rarement utilisés seuls et peuvent être associés à des antalgiques simples comme le paracétamol.

Sites d’information et associations

Des sites d’intérêts et associations sur le traitement de la lombalgie commune sont consultables sur internet. Il s’agit :

Aidez Unicef à venir en aide aux enfants démunis ! Découvrez le leg

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Mal de dos