Sommaire

Les "petites" lèvres sont souvent plus longues que les grandes

Les "petites" lèvres sont souvent plus longues que les grandes© FotoliaAvoir les petites lèvres (situées à l'intérieur) qui dépassent des grandes lèvres (situées à l'extérieur) peut être source de complexe. Pourtant, ça n'a rien d'anormal. D'après les médecins qui en voient toute la journée, les petites lèvres peuvent être plus ou moins longues et dépassent des grandes lèvres chez environ 8 femmes sur 10. On est donc loin de l'image classique de la vulve en forme d'abricot, avec de toutes petites petites lèvres qui dépassent à peine. "Les femmes qui complexent ou s'interrogent sur l’aspect de leur sexe ont souvent en tête une image qui s'appuie sur le seul endroit où on peut voir des vulves, à savoir les films pornographiques. Or, les femmes qui apparaissent dans ces films répondent à certains critères, sont souvent jeunes, voire refaites, et ne sont pas représentatives de la diversité des sexes féminins ", rassure le Dr Sylvain Mimoun, gynécologue et sexologue.

Elles ne sont pas forcément roses

L'aspect des lèvres vaginales varie énormément d'une personne à l'autre et il existe presque autant de "modèles" que de femmes. En ce qui concerne leur couleur, elles peuvent prendre au moins 50 nuances de gris, de rose, de noir... Et leur teinte n'a rien à voir avec celle de la peau. "Les lèvres sont souvent plus foncées que la peau. Et il est normal que leur couleur ne soit pas uniforme, qu'il puisse y avoir des points noirs ou rouges, des zones plus claires ou plus pigmentées par endroit... Il ne faut pas s'inquiéter, sauf si quelque chose de nouveau apparaît subitement, auquel cas mieux vaut consulter un dermatologue", rappelle le Dr Mimoun. De même, pas d'inquiétude s'il existe sur les lèvres des petits points granuleux, comme des petits boutons : cela n'a rien de pathologique et il n'est pas nécessaire de les enlever.

Elles sont toujours asymétriques

"Une vulve n'est jamais symétrique, on observe toujours des différences entre les deux côtés des lèvres", note le sexologue. Il peut en effet y avoir une différence plus ou moins visible de largeur, de longueur, d'épaisseur... entre les petites lèvres. On retrouve d'ailleurs cette même asymétrie dans le sexe masculin, entre les deux bourses de l'homme.

Leur taille n'a aucun lien avec la masturbation

Leur taille n'a aucun lien avec la masturbation© FotoliaSi les petites lèvres sont longues et dépassent des grandes lèvres, ce n'est jamais lié à la masturbation. "Cette idée fausse faisait juste partie au 18ème siècle des arguments de l'Eglise contre la masturbation féminine", rappelle le Dr Mimoun. Si l'aspect des lèvres est propre à chacune, il peut évoluer au cours de la vie, essentiellement sous l'action des hormones. Elles grandissent généralement au moment de la puberté, puis grossissent lors des grossesses (mais elles dégonflent après, d'où l'impression parfois que leur apparence a changé). "Avec la ménopause, les lèvres peuvent s'atrophier légèrement et être un peu moins gonflées, mais cela n'empêche en rien les rapports sexuels et le plaisir, sauf si cela entraîne un vrai blocage psychologique. Il est donc inutile de chercher à les regonfler avec de l'acide hyaluronique par exemple", ajoute le sexologue.

Elles n'ont pas le même aspect au repos et pendant un rapport

Elles n'ont pas le même aspect au repos et pendant un rapport© Fotolia,anna bizonSous l'effet de l’excitation sexuelle, les petites lèvres gonflent et se déplient (elle perdent leur aspect souvent "froissé" au repos) en raison de l'afflux de sang car elles contiennent des éléments érectiles, comme le sexe masculin. Leur teinte peut aussi se foncer à ce moment-là et elles peuvent rester gonflées plusieurs minutes après la fin d'un rapport sexuel.

Ce sont des zones érogènes à part entière

Ce sont des zones érogènes à part entière© FotoliaPetites et grandes lèvres sont une zone érogène à part entière car elles sont très innervées, même si les sensations sont généralement moins intenses qu'au niveau du clitoris. Elles peuvent donc aussi être caressées, massées, léchées... Sous l'effet du plaisir, elles gonflent et l'intérieur des petites lèvres s'humidifie, formant un "vestibule" qui accueille le pénis et favorise la pénétration. Elles ont donc un vrai rôle dans le plaisir sexuel.

On peut les faire opérer... seulement si c'est très gênant

On peut les faire opérer... seulement si c'est très gênant© FotoliaL'opération qui consiste à réparer ou changer l'aspect des petites et grandes lèvres existe et s'appelle la nymphoplastie. Celle-ci peut avoir un but esthétique (par exemple réduire des lèvres qui dépassent) ou médical, par exemple après un accouchement traumatique ou si elles entraînent une gêne mécanique lors des rapports sexuels, des douleurs, des frottements et des irritations à la marche... "Comme avec toute chirurgie, il peut y avoir un risque de séquelles douloureuses ou de pertes de sensations, au risque de diminuer le plaisir lors des rapports sexuels. Elle devrait donc être réservée aux cas médicaux et non aux demandes purement esthétiques. L'essentiel c'est que les femmes aient une vulve fonctionnelle, qui leur apporte du plaisir. Bien souvent, cela suffit à faire oublier les complexes et les interrogations", conclut le Dr Mimoun.

> Un expert santé à votre écoute !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.