Le jeûne intermittent pourrait être dangereux pour la santé, notamment chez les adultes âgés de 40 ans et plus. En effet, selon une nouvelle étude publiée le 10 août 2022 dans le Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics, le fait de ne prendre qu'un seul repas par jour est associé à un risque accru de mortalité.

"Sauter le petit-déjeuner augmente les risques de maladies cardiovasculaires, tandis que ne pas manger de déjeuner ou de dîner accroît la mortalité, et ce, toutes causes confondues", indiquent les chercheurs dans leur étude. "Ces dangers existent même chez les personnes qui prennent trois repas par jour, car prendre deux repas à plus ou moins 4 heures d’intervalles est également associé à un risque plus élevé de mortalité."

Prendre un seul repas par jour augmente les risques de mortalité

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont analysé les données de plus de 24 000 adultes américains âgés de 40 ans et plus, ayant participé à l'enquête nationale sur la santé et la nutrition (NHANES) entre 1999 et 2014. "Sur la base de ces résultats, nous recommandons de prendre au moins deux à trois repas répartis tout au long de la journée", indique l’auteur principal de l’étude Yangbo Sun.

Alors que le jeûne intermittent a longtemps été vanté comme étant une solution pour la perte de poids, la santé métabolique ou encore la prévention des maladies, cette étude démontre que ce régime pourrait avoir quelques dangers. "Ces résultats sont importants pour tous ceux qui prennent moins de trois repas par jour", expliquent les experts. "Nos recherches ont en effet révélé que les personnes qui ne prennent qu'un seul repas par jour sont plus susceptibles de mourir que celles qui prennent plusieurs repas quotidiens."

Jeûne intermittent : manger à des intervalles plus court perturbe le métabolisme

Pour cause, lorsque vous sautez des repas, les scientifiques expliquent que vous risquez d’ingérer une plus grande charge énergétique, ce qui peut ralentir votre métabolisme, et même le détériorer. "Cette logique peut également expliquer le lien entre un intervalle de repas plus court et la mortalité, car un temps plus court entre les repas entraînerait une charge énergétique plus importante au cours de la période donnée", révèle Wei Bao, auteur de l’étude.

Néanmoins, les scientifiques rappellent que des recherches complémentaires doivent être faites pour confirmer ces résultats.

Les habitudes alimentaires peuvent avoir un impact sur votre santé mentale

Il est important de rappeler que nos habitudes alimentaires font partie intégrante de notre quotidien. Il peut donc être difficile de les changer. D’ailleurs, une étude publiée dans le Journal of Personalized Medicine rend compte de l’influence négative que peut avoir un mauvais comportement alimentaire sur la santé mentale.

"La restauration rapide, le fait de ne pas prendre de petit-déjeuner, la caféine et les aliments à indice glycémique élevé, sont tous associés à une détresse mentale chez les femmes matures", explique Lina Begdache, professeure assistante dans la santé et le bien-être, et auteure principale de l'étude.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://medicalxpress.com/news/2022-11-meals-fasting-linked-mortality.html

https://www.eatthis.com/news-unhealthy-diet-women-mental-health/

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.