Sommaire

Une douleur au bras gauche peut être le signe d'une douleur musculaire, d'un pincement nerveux, d'une blessure osseuse ou encore d'une douleur du cœur. Mais quand devez-vous vous inquiéter ? Comment distinguer la douleur annonçant un infarctus de celle évoquant une simple fatigue musculaire ? On fait le point.

Mal au bras gauche : différents types de douleurs

Avant de lister les causes possibles d'une douleur au bras gauche, voyons ensemble les différents types de douleur. En voici les principales :

  • Une douleur brève qui survient lors d’un mouvement précis ;
  • Une douleur irradiante ou lancinante ;
  • Une douleur vive faisant suite à un traumatisme ;
  • Une douleur accompagnée d’une déformation ou d’un gonflement du bras ;
  • Une douleur qui s’intensifie lorsque l’on utilise le bras ;
  • Une sensation de décharges électriques, de brûlures ou de fourmillements qui ne s’accentuent pas avec l’effort ;
  • Une douleur qui apparaît soudainement lors d’un effort, irradie dans le bras gauche et ne s'atténue pas au repos (celle-ci n'est pas anodine, il s’agit peut-être d’un infarctus du myocarde) ;

Si ce "mal de bras" à gauche s’accompagne de malaises, de douleurs dans l'épaule, la poitrine ou la mâchoire ainsi que d’essoufflement, appelez tout de suite les urgences.

De même si, suite à un traumatisme, vous avez entendu un craquement, que la douleur est vive et/ou vos mouvements très limités, appelez le SAMU (15).

Douleur au bras gauche : l'intérêt de l'examen clinique

Une douleur au bras doit être traitée en fonction de son origine. Toutefois, en raison de la multiplicité des causes possibles, cet exercice est difficile, et ce, même pour le médecin. Celui-ci doit estimer si cette douleur est bien liée au bras ou si elle traduit un problème venu d’ailleurs.

Lors de l'examen clinique, il faut demander l'âge du patient (les personnes âgées peuvent souffrir d'arthrose...), s'il y a eu traumatisme ou pas (chute, fracture, tendinite...), si la douleur est isolée dans le bras gauche, si la personne a des antécédents ou non, mais aussi les traitements qu'il prend", explique le Dr Ballongue. Le but ? "Déterminer au mieux l'origine de la douleur".

Bien évidemment, la fréquence de la douleur, l'histoire de la maladie (quand est apparu ce mal de bras ?), les facteurs déclenchants ou calmants sont autant d'éléments importants à prendre en compte. Toutes ces informations récoltées permettront d'établir un diagnostic.

Une radiographie peut également être faite afin de confirmer ou infirmer ce dernier. Si le spécialiste pense que la cause se situe ailleurs que dans le bras, des examens plus poussés peuvent être menés.

Finalement, comment savoir si une douleur au bras gauche est grave ?

Vous ne pouvez pas le savoir. Seul un médecin peut déterminer si votre douleur au bras gauche est grave ou non.

En revanche, si vous êtes à risque (antécédents cardiaques), âgé et que la douleur au bras gauche est vive, prudence. Il est possible que vous soyez en train de faire une crise cardiaque.

Voyons désormais quels signes doivent vous alerter en cas de douleur au bras gauche et quelles pathologies se cachent derrière.

Douleur intense au bras gauche : un signe possible de crise cardiaque

Douleur intense au bras gauche : un signe possible de crise cardiaque© Istock

Comme dit précédemment, la douleur au bras gauche peut être le signe d'une crise cardiaque.

Dans cette situation, la douleur est vive, soudaine et accompagnée d'une douleur thoracique. Elle peut irradier vers l’épaule gauche et/ou la mâchoire du côté gauche.

Pour autant, ces symptômes majeurs ne sont pas toujours présents.

Il arrive que d'autres signes se manifestent tels que : des problèmes digestifs (nausées, vomissements, etc.), une perte de connaissance, des palpitations, etc. Ce type de symptômes ne doit pas être pris à la légère. Au moindre doute, il est préférable d'appeler les urgences.

Douleur vive et bras qui ne peut plus bouger : un signe de fracture

Douleur vive et bras qui ne peut plus bouger : un signe de fracture© Istock

Si vous ressentez une douleur très vive à votre bras gauche à la suite d'une chute, il est possible qu'il soit cassé. Vous ne pourrez alors plus bouger votre bras.

Sachez que la fracture peut-être suivie d'un gonflement de l'avant-bras ou du poignet. Un hématome peut parfois également apparaître. En cas de fractures déplacées, l'avant-bras ou la main ne sont plus dans leur position habituelle.

Dans tous les cas, ces signes doivent vous amener à passer une radiographie aux urgences.

Douleur réveillée par le mouvement : gare à la tendinite !

Douleur réveillée par le mouvement : gare à la tendinite !© Istock

Une douleur au bras gauche peut évoquer une tendinite. Celle-ci survient lors d'un effort (par exemple lorsque l'on a trop forcé sur son bras suite à des travaux).

La douleur est vive, localisée lors des mouvements et progressive. Au repos, vous souffrez moins, et cette douleur peut être atténuée par du froid (glace) ou du chaud.

En outre, comme la majorité de la population est droitière, le bras gauche est un peu plus faible et moins musclé. C'est la raison pour laquelle les blessures sont plus fréquentes de ce côté.

En cas de douleur musculaire, vous pouvez faire une échographie pour confirmer la lésion. L’ostéopathe en complément du kinésithérapeute est efficace sur les tendinites.

Douleur au réveil : une maladie inflammatoire en cause

Douleur au réveil : une maladie inflammatoire en cause © Istock

La douleur du bras gauche, qui survient au réveil, est handicapante et doit vous alerter. Elle peut évoquer la présence d'une maladie inflammatoire, comme l'arthrite.

Cette affection inflammatoire aiguë ou chronique réveille la nuit et survient en début d'effort, lorsque les articulations sont encore "froides". Elle oblige le malade à effectuer un "déverrouillage matinal" de plus d’une demi-heure.

Le gonflement de l’articulation est une autre caractéristique de l’arthrite. En revanche, rougeur et chaleur sont des signes inconstants.

Douleur localisée et fourmillements : une compression d'un nerf ?

Douleur localisée et fourmillements : une compression d'un nerf ?© Istock

Autre cause, cette fois-ci plus méconnue : la compression de la racine d’un nerf (aussi appelée compression discale), qui résulte d'une maladie du disque intervertébral : la hernie discale.

Elle provoque une douleur localisée (bras, cou, épaule, etc, selon le nerf touché) qui est aggravée lorsque les muscles de cette zone sont sollicités : mouvements, toux, éternuements, efforts...

Cette douleur peut également être aggravée par la position assise prolongée, la position debout, ou la position couchée sur le ventre.

Lorsque cette hernie discale se situe au niveau des cervicales, la douleur dans l’épaule ou le bras peut s’accompagner de fourmillements ou d’engourdissement dans le bras, l’avant-bras ou la main (la hernie compresse les fibres sensitives du nerf et perturbe la conduction nerveuse).

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Douleurs au bras gauche et ostéopathie, Ostéopathes.paris.

Les symptômes et les complications de la hernie discale, Eureka santé, 26 mars 2020.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.