Votre démarche peut-elle influencer vos risques d’avoir de l’arthrose ? C’est en tout cas ce qu’avance une étude publiée par des chercheurs de l’Université de Sydney, en Australie, le 28 octobre dernier dans la revue Osteoarthritis and Cartilage. Ils révèlent que votre façon de marcher peut contribuer à favoriser le développement d’arthrose si vous mettez plus de pression sur vos hanches et vos genoux. Votre démarche pourrait donc avoir un impact sur le risque d’apparition et d’aggravation de l’arthrose du genou ou de la hanche. Détecter et modifier ces mauvaises habitudes de marche très tôt pourrait donc limiter le risque d’apparition de cette pathologie articulaire.

Arthrose : modifier sa manière de marcher

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs.de l'Université de Sydney, en collaboration avec des chercheurs de l'Université de la Colombie-Britannique, au Canada, ont analysé toute la littérature disponible sur les liens entre la façon dont les gens marchent, y compris la façon dont ils placent leur poids et la pression sur leurs articulations dans leurs membres inférieurs, et le risque de développer ou d'aggraver l'arthrose. Après un examen de 23 recherches sur le sujet compilant les données de plus de 4 000 personnes pour examiner les différents types de mouvements articulaires impliqués pendant la marche, les scientifiques ont découvert que "certains signes pendant la marche étaient associés à des risques accrus d'apparition et de progression de l'arthrose de la hanches et du genou". "Identifier les signes à regarder pendant la marche est une tâche assez complexe car vous pouvez observer tant d'articulations à différents moments", a confié Mme Nicole D'Souza, qui a mené cette analyse. Les chercheurs ont notamment constaté que chez les personnes qui ont le genou qui se déplace légèrement vers l'extérieur et vers l'intérieur à chaque fois qu'elles font un pas, le risque d’aggravation de l’arthrose du genou est deux fois plus important.

Réduire les charges articulaires néfastes

La façon dont les gens marchent et appuient sur leurs articulations au fil du temps a donc un impact non seulement sur les personnes atteintes d'arthrose à un stade précoce ou intermédiaire, mais également sur les personnes en bonne santé. "Il s'agit de la première étude à confirmer que certaines biomécaniques ou mouvements humains sont associés à l'apparition et à l'aggravation de l'arthrose", a expliqué Mme Nicole D'Souza. Elle ajoute que "l'arthrose est incurable et est la principale cause d'invalidité et de douleur chronique en Australie". Selon elle, "les résultats de cette étude sont significatifs, car ces facteurs de risque peuvent être recherchés dans un laboratoire de biomécanique et sont modifiables par certaines thérapies".

Les chercheurs rappellent que nos habitudes de marche se développent souvent inconsciemment et que de nombreux facteurs peuvent influencer notre façon de marcher. C’est notamment le cas de notre taille, de notre poids et de notre vitesse de marche. Problème, ces mouvements sont très petits et indétectables à moins que des professionnels paramédicaux spécialement formés ne les examinent spécifiquement. Chaque pas que nous faisons en marchant est rendu possible par une chaîne complexe de mouvements dans nos articulations et nos muscles. "Notre équipe de recherche explore actuellement des moyens de réduire les charges articulaires néfastes chez les personnes souffrant d'arthrose du genou, et nous menons des essais de différentes méthodes de marche dans notre nouveau laboratoire de biomécanique à la pointe de la technologie", conclut l’auteure principale de l’étude.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Are biomechanics during gait associated with the structural disease onset and progression of lower limb osteoarthritis? A systematic review and meta-analysis, 28 octobre 2021. 

https://www.oarsijournal.com/article/S1063-4584(21)00941-9/fulltext#%20

mots-clés : Arthrose du genou
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.