Sommaire

Vous avez tendance à suivre l’avis des gens pour prendre des décisions, ou au contraire, c’est de vous que les décisions collectives découlent ? Une idée reçue consiste à se dire que certaines personnes sont des leaders nés, et que d’autres ne sauront rien faire d’autre que de suivre l’avis de leur entourage. Ces aprioris ont la vie dure, pourtant, il est possible de changer d’état d’esprit en fournissant un travail sur soi, estime Bernard Anselem, neuropsychologue, que nous avons interviewé.

L’estime de soi, un facteur prédominant

Il est difficile de lutter contre soi-même, et de se faire violence pour faire fi des commentaires de son entourage, du moins pour les personnes dites “influençables”. Qu'est ce qui différencie vraiment ces derniers des personnes dites “influentes” ? Il pourrait s’agir de sa propre perception, selon Bernard Anselem : "l’estime de soi, d’après les psychologues, reflète l'évaluation personnelle de sa propre valeur. L’estime de soi dépend de deux sources, d’une part la confiance en soi provenant de l’évaluation consciente de nos réussites et échecs, d’autre part une estime “inconditionnelle”, perception instinctive de soi non consciente : je me sens digne (ou pas) d’estime quelles que soient les circonstances."

Il s’agirait donc d’une confiance en soi refoulée, des qualités que l’on remet sans cesse en doute, qui ne pourront pas - d’après nous - égaler celles de nos collègues ou amis. La confiance en soi est un sentiment qui varie énormément, pour le Dr Anselem : "Elle dépend directement des événements extérieurs, elle varie donc en fonction des résultats (réussites, échecs, avis des autres, acquisition de compétences) et reste vulnérable aux difficultés, réelles ou imaginaires, aux émotions négatives (craintes, anxiété, culpabilité, etc.). La confiance en soi est instable et obéit aux montagnes russes de l’existence." Alors que l’estime inconditionnelle est stable, indépendante des événements extérieurs.

La famille, vectrice d’influence de la personnalité

Les profils d’individus influençables sont nombreux et variés. Un élément paraît commun à l’ensemble des personnes influençables, c’est une estime inconditionnelle basse souvent en rapport avec une histoire familiale vécue pendant la petite enfance, d’après Bernard Anselem.

"L’enfance joue un rôle énorme, les modèles de vision du monde se mettent en place à cette époque. Ces personnes qui ont pu avoir des difficultés durant l’enfance vont avoir une estime basse quels que soient leurs résultats, car elles avaient déjà une image d’elles-mêmes dégradée durant l’enfance.” Heureusement cette estime basse peut s’améliorer en travaillant son autocompassion.

Découvrez la coque de masque qui vous aide à mieux respirer sous votre masque !

Sources

Remerciement au Dr Bernard Anselem, neurochirurgien et auteur du livre "Ces émotions qui nous dirigent". https://www.alpen.mc/forme-et-bien-etre/355-le-cerveau-ces-emotions-qui-nous-dirigent-9782359344615.html

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.