Sommaire

Vous craignez le cap de la cinquantaine ? Grosse erreur. Si vous saviez toutes les belles choses qui vous attendent. Outre les premières rides, avancer dans l’âge veut surtout dire mieux se connaître, s’épanouir et avoir davantage confiance en soi.

Ce n’est pas un hasard si une vaste étude publiée par l'Insee début 2022 avançait que les Français connaissaient un pic de "satisfaction" entre 50 et 65 ans. De manière globale, ils attribuent à leur bonheur la note de 7,4 sur 10.

La bonne nouvelle, c’est que le bonheur connaitrait un pic après 50 ans. Ce que l’étude appelle la satisfaction générale serait maximale à la fin de l’adolescence et en chute libre jusqu’à 50 ans. Or, dès la cinquantaine, le niveau de bien-être des individus serait à son apogée, et ce, jusqu’à 65 ans.

L’allongement significatif de l’espérance de vie, en bonne santé, peut expliquer ce phénomène. "On assiste à une augmentation significative du nombre de retraités en bonne santé, nous confirme Sébastien Garnero, DR en Psychologie, psychothérapeute et hypnothérapeute. Étant en meilleure santé, les retraités ont une énergie supplémentaire si l’on compare à leurs ancêtres. Cette vitalité incite davantage à vivre pour soi et permet aussi de faire des rencontres, ce qui n’était pas le cas à l’époque".

On peut également citer l’autonomie financière, souvent mentionnée par les quinquagénaires.

Santé au beau fixe, stabilité financière, confiance en soi… Vous êtes nombreux à voir de nombreux avantages à franchir le cap de la cinquantaine. Pour vous donner un avant-goût, Medisite est allé à la rencontre de six quinquagénaires épanouis, qui ne retourneraient en arrière pour rien au monde. Témoignages.

"Je ne fais plus de compromis et je me sens moins obligée de dire oui ou d’inviter"

"À 30 ans, on va se résoudre à inviter la voisine exécrable pour faire plaisir à sa belle-maman. Or, à 50 ans, voire même à 40, la roue a tourné. Aujourd’hui, je sais ce que je veux et ce que je ne veux pas. J’ai conscience que je suis indépendante et qu’après tout, je n’ai pas besoin de la bénédiction des autres tout le temps. J’aime mon âge et j’arrête de vouloir faire plaisir à tout le monde. Je ne fais plus de compromis et je me sens moins obligée de dire oui ou d’inviter. Étant plus jeune, on a tendance à vouloir plaire à tout le monde, à faire des efforts…Et puis finalement, on se rend compte que ce n’est pas toujours réciproque : en face, les autres ne feront pas un quart pour nous faire plaisir. Alors, arrive un jour où on lâche prise et où l’on se dit qu’après tout, on ira quand même au paradis !".

Rose, 57 ans

"Aujourd’hui, je sais que les amis qui sont encore là sont les plus sincères"

"À la cinquantaine, on a vécu assez de choses : des belles comme des mauvaises. Parfois, on est tombé de haut. De mon côté, plusieurs épreuves dans ma vie m’ont aidé à faire le tri et à savoir qui sont mes vrais amis. Et selon moi, il faut avoir un certain âge pour en être sûre, et encore… nous ne sommes pas à l’abri de surprises ! À 20 ans, on pense que notre meilleure amie est tout pour nous. Et pourtant, il suffit d’un divorce ou d’une maladie pour voir les choses autrement. Aujourd’hui, je sais que les amis qui sont encore là sont les plus sincères et les plus dévoués. Et ce ne sont pas forcément sur ceux que j’aurai misés étant plus jeune. Si j’ai un conseil à donner : n’attendez pas 50 ans. Faite le tri avant !"

Maryline, 55 ans

"À 50 ans, on a compris qu’on a qu’une vie"

"Tout ce qui me plombait le moral à 25 ans me semble aujourd’hui tellement dérisoire. C’est normal. À 50 ans, on apprend à relativiser et à revoir nos priorités. On prend conscience de ce qui est vraiment essentiel. Pour ma part, j’ai aussi compris que je n’avais qu’une vie. Et croyez-le ou non, on se sent beaucoup plus léger. Après avoir traversé certaines épreuves, un conflit avec ma femme, une remarque d’une belle-sœur ou un copain vexé pour ne pas avoir été invité au dernier barbecue me semble mineur".

Claude, 52 ans

"Cet âge me permet de me rendre compte de ce que j’ai accompli dans ma vie"

"J’ai commencé à souffler à 50 ans, car je me suis rendue compte de tout ce que je supportais sur mes épaules depuis tant d’années. Aujourd’hui, mes enfants ont terminé leurs études et ils ont une certaine stabilité professionnelle. Pour ma part, j’ai enfin terminé de rembourser mon prêt immobilier (rire) ! … En dehors de tout ça, cet âge me permet de me rendre compte de ce que j’ai accompli dans ma vie : j’ai un métier dans lequel je m’épanouie et je n’ai plus rien à prouver, j’ai des enfants qui sont heureux, et je suis en bonne santé. Me rendre compte de tout cela me procure une grande satisfaction".

Marie-Laure, 59 ans

"À 50 ans, on a davantage confiance en soi"

"Après 50 ans, nous avons davantage confiance en nous. En tout cas, pour ma part. C’est normal, nous avons tous déjà accompli des tas choses. Nous avons tous été déçus aussi. Et surtout, nous avons compris que les épreuves de la vie nous rendaient plus forts. Forcément, en prenant conscience de tout ce qu’on peut surmonter, on apprend à s’aimer et à mieux voir nos qualités".

Isabelle, 55 ans

"J’ai dit adieu à la contraception !"

"Depuis que j’ai 50 ans, je suis plus à l’aise avec ma sexualité. Je suis à l'écoute de mes sensations, de mon corps et je me connais par cœur. Alors, le plaisir peut augmenter. Et surtout, je n’ai plus besoin de prendre de contraception !"

Aurore, 51 ans

"On se rend compte de ce que nous avons accompli dans la vie"

"Bien souvent, les enfants ont fini leurs études et ont trouvé une stabilité professionnelle et parfois personnelle. C'est un vrai soulagement pour les parents. À 50 ans, nous avons terminé de payer notre prêt immobilier. Grâce à tout ça, on se rend compte de ce que nous avons accompli dans la vie et c'est très satisfaisant. Pour ma part, j'ai aussi fait du tri dans mes fréquentations et je ne me sens plus obligée de rien. C'est une pression en moins et ça fait du bien !"

Mythèse, 60 ans

"En fait, on se sent mieux tout simplement !"

"À 50 ans, on fait l'éducation de son enfant (si on en a eu), on a créé sa petite famille. C'est l'épanouissement personnel et professionnel. On se sent beaucoup plus libre et surtout, on a beaucoup plus d'expérience et d'assurance dans la vie... Ce qui fait que nous sommes moins vulnérables. En fait, on se sent mieux tout simplement !"

Isabelle, 61 ans

Sources

https://www.insee.fr/fr/statistiques/6043792#onglet-1

Merci à Sébastien Garnero, psychologue et sexologue clinicien

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.