Sommaire

Une douleur chronique correspond à une douleur intense, qui persiste sur le long terme et dont les traitements restent inefficaces depuis plus de trois mois. Lorsqu’elles sont mal soulagées, elles peuvent altérer la qualité de vie au quotidien. "Plus la douleur dure, plus elle risque de s’installer et de devenir permanente, et donc chronique à terme", explique auprès de Medisite Sébastien Garnero, psychologue. Même si la cause de la douleur initiale aiguë a quasiment disparu, la personne continue à la ressentir de façon diffuse et intermittente. "C’est ce qui épuise l’organisme et le psychisme."

Sur le long terme, celles-ci peuvent entraîner des troubles de l'humeur ou de graves conséquences psychologiques comme la dépression. "Lorsqu'on est atteint de douleurs chroniques, il y a une phase d'acceptation qui doit être traversée", explique Johanna Rozenblum, psychologue. "Lorsque les prises en charge somatiques ne fonctionnent pas, apprendre à vivre avec ses maux devient un vrai enjeu."

Acceptez que la douleur fasse partie de votre quotidien

Les douleurs chroniques ont souvent un point d’origine physique ou métabolique. En effet, il existe plusieurs maladies ou situations qui peuvent engendrer des douleurs chroniques. C’est notamment le cas de l’arthrose qui provoque des douleurs articulaires, les lombalgies, la fibromyalgie ou encore les règles douloureuses. Les douleurs associées à des maladies chroniques, comme le lupus, la migraine ou la polyarthrite rhumatoïde, sont également mises en cause.

Pour y faire face, Johanna Rozenblum conseille de faire face à la douleur chronique. "Accepter que la douleur fasse partie de son quotidien, c'est aussi ne plus être en lutte contre elle, c'est apprendre à l'écouter pour travailler sur son psychisme et la supporter", conseille la psychologue. "La douleur ne sera jamais une alliée, mais la cohabitation reste possible."

Lâchez prise

Le stress, le choc traumatique ou encore le deuil font partie des causes psychologiques pouvant déclencher des douleurs chroniques. "En psychologie, on parle de symptômes de conversion", explique Johanna Rozenblum. "Cela arrive lorsque l'épreuve devient trop dure à dépasser. Le corps se met donc à parler."

La psychologue conseille donc de lâcher prise et de ne pas essayer de lutter contre ces douleurs. "Si elle prend le dessus, le corps et l'esprit entrent en lutte contre la douleur", indique la psychologue. "Avec le temps, on risque de s'épuiser et de se résigner, ce qui peut entraîner des symptômes dépressifs liés à cette perte d'espoir."

Demandez de l’aide à un professionnel

Alors que votre corps tente de s’exprimer, une prise en charge psychologique adaptée, mais aussi une relation thérapeutique empathique et soutenante pourra vous aider à surmonter ces douleurs. "Il sera possible de remonter le fil et de comprendre ce que veut exprimer votre corps. Ce qui n'est pas verbalisé pourra continuer à ressortir en douleur physique", indique Johanna Rozenblum.

Pour cela, "il existe des approches thérapeutiques globales médicalisées dans des établissements (CETD) qui prennent en compte l’évaluation et le traitement de la douleur chronique, notamment pour les patients présentant des formes sévères", conseille le psychologue Sébastien Garnero. "Ces centres anti-douleurs ont comme objectifs d’orienter les patients vers les stratégies thérapeutiques qui semblent les plus adaptées à leur problématique. Ils associent approches médicamenteuses et alternatives, physiothérapies, relaxation, hypnose médicale thérapeutique, ou encore psychothérapies…" Bien entendu, c’est avant tout le patient qui pourra déterminer au bout du compte ce qui lui convient le mieux.

Sources

Merci à Johanna Rozenblum, psychologue

Merci à Sébastien Garnero, psychologue

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.