Maladies cardiovasculaires : le risque est réduit de 96% si vous êtes en mesure de faire 40 pompes !

Publié le 18 Février 2019 par Morgane Garnier, Journaliste Santé

Selon une étude américaine, plus vous êtes capable de faire des pompes, moins vous avez de risques de développer une maladie cardiovasculaire. Un test prédictif si fiable qu'il devrait être considéré par les médecins lors des examens de routine, affirment les chercheurs.

Publicité

Faire des pompes ne sert pas qu'à développer votre musculature, messieurs. Cet exercice physique serait également un bon indicateur de votre santé cardiovasculaire : selon une étude américaine publiée le 15 février 2019 dans la très sérieuse revue JAMA Network Open, les hommes qui arrivent à faire plus de 40 pompes d'affilée auraient un risque de maladies cardiovasculaires diminué de 96% pendant dix ans !

Plus de maladies cardiovasculaires chez les hommes qui n'arrivent à faire que 10 pompes

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont analysé les données de santé de 1104 pompiers âgés de 39,6 ans en moyenne, collectées pendant les dix années de suivi, entre 2000 et 2010. Chaque année, leur tolérance à l'effort était testée lors d'exercices de pompes et sur un tapis de course. Des examens physiques complémentaires avec interrogatoires étaient également réalisés.

Publicité

Pendant le suivi, les chercheurs ont rapporté 37 accidents cardiovasculaires, dont un seul parmi les hommes qui réussissaient à enchaîner plus de 40 pompes. Ils ont ainsi pu calculer que ceux qui étaient capables d'en faire autant avaient un risque de maladies cardiovasculaires significativement moindre comparés à ceux qui en faisaient moins de dix.

Publicité

Une méthode d'évaluation des risques cardiovasculaires que les médecins devraient considérer, selon les chercheurs

Le test des pompes s'est d'ailleurs révélé plus fiable que celui sur le tapis de course : voilà pourquoi selon Justin Yang, directeur de l'étude, "la capacité à faire des pompes pourrait être une méthode simple pour évaluer le risque de maladies cardiovasculaireset en plus, celle-ci ne coûte rien". A noter toutefois que ces résultats ne concernent que des hommes actifs, et qu'il n'est pour l'instant pas possible de savoir s'ils s'appliquent également aux femmes ou aux hommes d'un autre âge et moins actifs.

Tout de même, "cette étude souligne l'importance de la condition physique sur la santé mais également de son évaluation lors des consultations chez un médecin", concluent les auteurs de l'étude. Vous pouvez donc d'ores et déjà vous y mettre !

Sport après 65 ans : à quoi doit-on faire attention ?

Selon les recommandations du ministère des Sports, les personnes âgées de 65 ans et plus en bonne santé doivent "réaliser des activités d'intensité modérée de type aérobie (en endurance) pour un minimum de 30 minutes par jour, 5 jours par semaine ou d’intensité plus élevée 20 minutes par jour, 3 jours par semaine ou un combiné des deux". Toutefois :

  • "Il est important de tenir compte, chez ces personnes, de la variabilité de la sensation de l’intensité de l’effort d’un individu à l’autre en fonction de sa condition physique, de sa pathologie, de sa tolérance de l’effort.
  • Ces activités aérobies viennent en sus de l’activité quotidienne normale.
  • Les adultes de cette classe d’âge dont la mobilité est réduite devraient pratiquer une activité physique visant à améliorer l’équilibre et à prévenir les chutes au moins trois jours par semaine.
  • Lorsque des personnes âgées ne peuvent pas pratiquer la quantité recommandée d’activité physique en raison de leur état de santé, elles devraient être aussi actives physiquement que leurs capacités et leur état le leur permettent."
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X