Tachycardie et maladie du cœur

En temps normal, c’est-à-dire en dehors de toute pathologie et au repos, le cœur d’un adulte a un rythme de 60 à 90 battements par minute (bpm). En revanche, lorsque quelqu’un présente une tachycardie, son rythme cardiaque est augmenté, généralement au-delà de 100 bpm et il peut également battre de façon irrégulière. L’origine de ce trouble est généralement due à une anomalie du cœur qui produit des signaux électriques trop rapprochés (fibrillation auriculaire), mais de nombreuses origines sont possibles : une fatigue du cœur qui ne se contracte pas suffisamment, un trouble congénital (tachycardie supraventriculaire par exemple) ou une pathologie cardiaque. Ainsi, en cas d’insuffisance cardiaque par exemple, un signal électrique va être envoyé au cœur afin qu’il batte plus rapidement pour pallier l’irrigation défaillante.

Risques liés à cette maladie du cœur

Parfois, la tachycardie ne se traduit par aucun symptôme significatif et n’entraîne aucune complication. Néanmoins, il arrive aussi qu’elle perturbe fortement le fonctionnement cardiaque, entraîne une insuffisance cardiaque et qu’elle fasse courir des risques cardiovasculaires, notamment un accident vasculaire cérébral, voire un infarctus du myocarde. Dans ces deux cas, le risque de décès est très élevé et c’est pourquoi il ne faut pas négliger ce type de pathologie. Par ailleurs, certaines formes de tachycardies telles que la tachycardie ventriculaire qui résulte d’une anomalie dans les signaux électriques au niveau des ventricules (lesquels ne se remplissent pas et ne se contractent pas efficacement) peuvent constituer une urgence vitale.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.