Sommaire

© IstockUne étude de l’Agence de santé publique britannique a affirmé en 2017 qu’un homme de 50 ans sur dix avait le cœur d’une personne âgée de 60 ans. Mais pourquoi notre âge cardiaque ne correspond-il pas toujours à notre âge réel ?

Vieillissement du cœur : un processus normal…

Tout d’abord, il faut noter que le vieillissement du cœur est un processus normal : "Le vieillissement s’accompagne d’une altération de tous les organes, explique le professeur Denis Angoulvant, cardiologue. Le cœur est un muscle qui se contracte en permanence : il a des propriétés mécaniques qui font qu’il est élastique. Il se dilate quand il se remplit de sang et se contracte fortement pour l’éjecter. Avec l’âge, le cœur vieillit, et perd notamment de sa souplesse et de son élasticité, comme la peau d’ailleurs. Il devient alors un peu rigide."

… qui peut survenir plus tôt que prévu : l’athérosclérose en cause

En revanche, ce processus de vieillissement et d’altération du fonctionnement du cœur va survenir plus tôt chez certaines personnes, "en raison de facteurs de risque qui vont accélérer les maladies cardiovasculaires" : l’hypertension, l’hypercholestérolémie, le diabète, le tabac, le surpoids (facteurs de risque dits modifiables) ou encore l’hérédité et le sexe (les hommes étant plus à risque).

S’ils sont considérés comme des facteurs de risque cardiovasculaire, c’est parce qu’ils entraînent la survenue d’athérosclérose, défini par l’Inserm comme "le dépôt d’une plaque essentiellement composée de lipides sur la paroi des artères" pouvant provoquer un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral (AVC) : "Cette maladie ne touche pas directement le cœur, précise le Pr Angoulvant. Elle touche les artères en général mais plus particulièrement les artères du cœur (appelées artères coronaires) : lorsqu’elles sont malades, elles vont entraîner des maladies du cœur puisque ce sont elles qui lui apportent le sang dont il a besoin pour fonctionner. L’athérosclérose correspond donc à un processus de vieillissement plus ou moins accéléré de la paroi des artères."

Prévention des maladies cardiovasculaires = réduction de leurs facteurs de risque

Prévention des maladies cardiovasculaires = réduction de leurs facteurs de risque© IstockC’est donc la prévention de cette athérosclérose qui va permettre de réduire les risques de maladies cardiovasculaires : "On ne peut pas enlever cette plaque sur la paroi des artères, mais on peut éviter qu’elle se développe trop vite." Et la prévention ne va pas sans un dépistage précoce : "Si on est capable d’identifier assez tôt les facteurs de risque modifiables, on va pouvoir mettre en route les mesures de prévention."

Ainsi, il convient de :

- Surveiller régulièrement sa tension artérielle, car "l’hypertension fait obstacle au travail du cœur, explique le Pr Angoulvant. Le cœur éjecte du sang dans les artères, dans lesquelles la pression est trop élevée. Du coup, il va vieillir plus vite car il va se rigidifier plus vite" ;

- Arrêter le tabac, "fumer une cigarette entraînant directement un stress sur la paroi artérielle" ;

- Dépister et traiter un diabète et/ou une hypercholestérolémie, "selon les indications de votre médecin" ;

- Modérer sa consommation d’alcool, car "l’alcool est un toxique qui va agir directement sur le muscle cardiaque et donc favoriser l’apparition de certaines maladies du cœur" ;

- Gérer son stress, car celui-ci entraînerait une surproduction d’hormones et d’adrénaline susceptible de favoriser l’apparition de maladies cardiovasculaires mais également un mode de vie malsain (plus grande consommation d’alcool, de tabac, etc.) ;

- Pratiquer une activité physique régulière, la sédentarité provoquant bon nombre de problèmes de santé, à raison de "trois séances de 40 minutes par semaine" (natation, vélo, course à pied, etc.) ;

- Adopter un régime alimentaire équilibré, en "évitant les apports caloriques trop importants : pas trop de viandes, des laitages (fromage) en quantité raisonnable, intégrer des légumes frais, c’est-à-dire éviter les pesticides, ne pas grignoter entre les repas et bien répartir les quantités sur la journée".

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Remerciements au professeur Denis Angoulvant, cardiologue.

"Athérosclérose". Inserm. Mis à jour le 28 février 2014.

Vidéo : Le fonctionnement du coeur

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.