Pour beaucoup la sodomie est associée à l’idée de douleur. Et en effet sans les bons préliminaires, les pratiques anales peuvent rapidement apporter plus de souffrance que de plaisir. Le sexologue Sébastien Landry explique "la sodomie peut être douloureuse si la première pénétration est trop rapide ou alors trop brutale". Mais il y a aussi d’autres causes possibles. "Si la personne qui reçoit la sodomie, a son anus contracté et non relâché, s'il y a un manque de lubrification, un manque de stimulation de l'anus au préalable ou un blocage psychologique par rapport à cette pratique", ajoute l’expert.

Et en effet pour une sodomie sans douleur, la règle d'or, c'est d'en avoir envie ! On oublie les crispations : l'anxiété est le meilleur moyen d'avoir mal. Alors si cette pratique est rarement proposée au premier rendez-vous, rien n'empêche de tester la sodomie avec un partenaire de confiance.

Sodomie sans douleur : les précautions à prendre

L'envie doit être partagée et chacun doit respecter ses limites : si l'un souhaite arrêter, il ne faut pas s'obstiner. Se connaitre est aussi indispensable. Le sexologue Sébastien Landry confirme "Avant votre première sodomie, il est important de découvrir votre corps. Commencez par stimuler votre anus lors de la masturbation : caresser, insérer un doigt afin de vous habituer aux sensations".

Si la région anale est une zone érogène du corps, l’anus n’est pas aussi réactif que les organes génitaux. Il faut parfois le stimuler plusieurs pour "éveiller sa sensibilité”. Les préliminaires s'avèrent ainsi incontournables. L’anulingus est l'un des moyens de découvrir les sensations du plaisir anal à deux. Il s’agit de stimuler l'anus de son partenaire avec la langue.

Le désir fait une bonne partie du travail, mais vous devez aussi donner à votre corps les outils pour un plaisir sans douleur. Le lubrifiant sera un accessoire indispensable et sur lequel il ne faudra pas lésiner. "Il faut utiliser un lubrifiant, car l’anus ne lubrifie pas comme un vagin", précise le spécialiste. Le préservatif est aussi recommandé, pour plus de confort.

Le moment de la pénétration venu, votre partenaire devra faire preuve de douceur et de patience, il ne faut ni forcer ni aller trop vite. "Pour éviter les douleurs, les premières minutes de pratiques anales doivent être lentes afin que l’anus se dilate doucement", explique Sébastien Landry.

Sodomie : les meilleures positions pour les débutants

Nul besoin de jouer les maîtres du Kamasutra pendant un rapport sexuel, le principal est d’adopter une position dans laquelle on se sent bien. C’est d’autant plus vrai lors de la sodomie. Toutefois, Sébastien Landry cite deux positions pouvant faciliter la pénétration anale :

  • La chaise : comme son nom le laisse deviner, l'individu qui reçoit la sodomie est assis sur son partenaire lui-même installé sur une chaise. L’avantage de cette position selon notre expert, "la personne contrôle la pénétration en venant s'asseoir sur le pénis de son partenaire".
  • L’éléphant : la personne pénétrée est allongée sur le ventre, tandis que le partenaire s’allonge sur son dos. “En étant allongé complètement sur le ventre, il est plus simple de se relâcher pour recevoir la sodomie”, indique le sexologue.

> Comparez votre mutuelle et augmentez le nombre de séances en médecine douce !

Sources

Merci au sexologue Sébastien Landry 

mots-clés : Sodomie, Sexe, Rapport sexuel
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.