Les hommes qui font du sport régulièrement tiennent plus longtemps sous la couette

Des chercheurs turques révèlent en détails le temps de performances sexuelles des hommes en fonction du temps d'activité sportive qu'ils pratiquent.

Publicité

© Fotolia
Messieurs si vous n'aviez pas la motivation de vous mettre au sport cette étude va peut-être vous convaincre. Menée par les chercheurs de The Ankara Training and Research Hospital (Turquie), publiée dans le Urology Journal, cette recherche montre que les hommes qui font régulièrement de l'exercice sont plus performants sous la couette. En plus de ce détail, il est apparu que les hommes qui sont victimes d'éjaculation précoce sont plus sédentaires que les autres.

Publicité
Publicité

20 secondes de performances pour ceux qui ne font pas d'exercice

Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques turques ont séparé 250 volontaires, tous âgés entre 18 et 45 ans, en deux groupes en fonction de leur fréquence d'activité sportive. Pendant six mois chaque sujet et leur partenaire ont dû enregistrer la durée de leur performance sexuelle du début de la pénétration jusqu'à l'éjaculation. Dans un premier temps : les résultats ont révélé que, parmi les hommes qui pratiquent de l'exercice, aucun n'a été victime d'éjaculation précoce (on définit ce trouble avec un temps de pénétration inférieur à une minute). En revanche, parmi ceux qui ne font pas de sport, 27% l'étaient.

En ce concerne la performance du temps de pénétration : les hommes qui pratiquent du sport ont tenu entre 2 et 25 minutes et les autres entre 20 secondes et 7 minutes.
Plus en détail : Les hommes qui pratiquent de la course, du vélo ou de la musculation pendant 40 minutes chaque jour ont tenu 5 minutes et 30 secondes en moyenne. Les hommes qui ne pratiquent même pas une marche d'au moins 30 minutes par semaine ont tenu trois minutes et même 20 secondes parfois.

Troubles de l'érection : quel médecin consulter ?

Le médecin généraliste est le premier professionnel vers qui se tourner en cas de problème d’érection. Il contrôlera alors les antécédents de santé du patient et effectuera sans doute un bilan complet avec contrôle du cholestérol, de l’hypertension artérielle, du taux de glycémie afin d’écarter des pathologies plus sérieuses. Il peut prescrire des traitements pour lutter contre les problèmes érectiles, mais si ceux-ci sont inefficaces, il orientera son patient vers un urologue.L’urologue approfondira les examens et les tests afin de déterminer la cause des problèmes d’érection. C’est lui qui sera disposé à effectuer des interventions chirurgicales si cela s’avère nécessaire comme pour les maladies de la prostate. Il réalisera éventuellement une pléthysmographie pour vérifier que le patient a des érections nocturnes ou non. S’il s’avère que oui, la dysfonction érectile pourra alors être considérée comme un problème psychologique et le patient sera orienté vers un sexologue.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X