Sommaire

L’été, serait-il la saison des fantasmes? Vraisemblablement, si l’on en croit la dernière étude Ifop (2014) menée sur les Français. Réalisée auprès d’un échantillon national représentatif de 2 000 personnes, l’enquête confirmait l’idée selon laquelle l’été serait le moment idéal pour s’adonner aux plaisirs de la chair et s’évader loin des barrières et trains-trains du quotidien.

D’après les résultats, plus d’un Français sur deux (56%) ferait plus souvent l’amour durant la saison estivale. Plus croustillant encore, plus de la moitié d’entre eux souhaiterait profiter des vacances d’été pour réaliser des fantasmes. Synonyme de liberté à la fois du corps et de l’esprit, l’été semble résolument le moment opportun pour réveiller un désir souvent en stand-by.

Or, les fantasmes, aussi nombreux soient-ils, pourraient en dire plus sur votre personnalité que vous ne le pensez. C’est en tout cas la théorie du chercheur Justin Lehmiller, interrogé par Medisite, à l’origine de la plus grande enquête jamais réalisée sur les fantasmes sexuels des Américains. Son étude a duré deux ans et a été menée sur plus de 4 000 personnes, de 18 à 87 ans, provenant de tous horizons. À travers son livre Tell Me What You Want (Hachette Book Group, NY, 2018), le scientifique décrypte les fantasmes les plus intimes et nous explique comment ils peuvent révéler notre personnalité.

"Cela vous aidera à comprendre vos propres désirs sexuels et comment les atteindre dans vos relations, mais aussi à comprendre pourquoi votre partenaire peut avoir des penchants sexuels différents des vôtres", rapporte l’auteur.

Ce dernier a identifié sept fantasmes particulièrement fréquents chez les Américains.

"J’utilise les résultats de mon enquête pour vous aider à mieux comprendre pourquoi certaines choses excitent certaines personnes plus que d’autres", décrit le psychologue. Et pour cause, il se trouve que vos fantasmes seraient en fait le fruit de votre passé et de votre personnalité. On les aborde.

Vous fantasmez sur l’amour passionnel : une peur de l’abandon

Elle nous dévore, elle nous transporte, elle nous consume. La passion ne connaît pas de demi-mesure. Rien ne peut décrire la passion amoureuse à la justesse du ressenti. C’est une sensation si agréable "d’avoir l’autre dans la peau". Pour certains du moins.

Si vous fantasmez sur les relations passionnelles, voire interdites, cela signifie que vous pourriez en fait avoir peur de l’abandon, selon Justin Lehmiller. Vos besoins émotionnels peuvent se manifester à travers un fantasme extrêmement romantique et passionné.

Les personnes qui ont peur de l’abandon "sont plus susceptibles d’avoir des images romantiques et passionnées dans leurs fantasmes parce qu’elles essaient d’atténuer ce sentiment d’insécurité qu’elles ont", traduit le chercheur. En rêvant d’un amour passionnel, ces personnes peuvent alors se détendre et se concentrer sur l’objet de leur désir.

Vous fantasmez sur les plans à trois : un besoin d’être au centre de l’attention

Le plan à trois fait partie des fantasmes les plus fréquents. "Les relations sexuelles avec plusieurs partenaires sont un élément essentiel des fantasmes des Américains, partage Justin Lehmiller dans son livre. Lorsqu’on leur a demandé de décrire leur fantasme sexuel préféré, le sexe en groupe était de loin le thème le couramment abordé".

En outre, lorsque le chercheur leur a demandé des détails, 89 % ont déclaré fantasmer sur les plans à trois, 74 % sur les orgies et 61 % sur les gangbang. Ce terme est utilisé dans les médias au sens de forme de sexualité de groupe librement consentie entre une femme et plusieurs hommes.

Si les hommes semblent plus susceptibles de rêver à ce genre de fantasme, les femmes ne s’en privent pas non plus.

Vous fantasmez sur les plans à trois : un besoin d’être au centre de l’attention© Istock

Plan à trois : besoin d’attention ou d’aventure ?

Au cours de ses recherches, le psychologue a découvert que les plans à trois étaient un des fantasmes souvent imaginé par les personnes qui aiment avoir toute l'attention portée sur eux. Ces personnes-là ont un grand besoin d’attention.

Petite nuance pour les personnes qui rêvent de s’inviter dans un couple déjà formé pour prendre du plaisir à trois. Ces dernières peuvent avoir soif d’aventure. Elles veulent s’évader du quotidien.

Vous rêvez d’être dominé par votre partenaire : cela cache une anxiété liée au sexe

La soumission, ou le fait d’être dominé par un partenaire sexuel est un autre fantasme relativement populaire, chez les hommes comme les femmes.

Ce fantasme entre dans la catégorie BDSM ("bondage, discipline, domination, soumission, sado-masochisme"). "Tous ces fantasmes concernent l’échange de pouvoir entre deux partenaires", selon l’auteur.

La soumission nous évite de devoir prendre les devants

Quelqu’un qui rêve d’être dominé pourrait souffrir d’anxiété liée au sexe. Si la personne est à ce point attirée par une forme de soumission, c’est parce que cela lui évite de devoir prendre les devants. Mais c’est aussi "une sorte d’expérience très libératrice qui leur permet de se vider la tête et d’entrer dans l’instant", a décrit Justin Lehmiller.

La soumission nous évite de devoir prendre les devants© Istock

60 % des participants ont fantasmé sur le fait d’infliger de la douleur physique à quelqu’un

Autre fait marquant révélé par l’étude du psychologue, le sadomasochisme, ou l’envie de lier plaisir et douleur est un autre fantasme américain extrêmement populaire. "En fait 60 % des participants ont fantasmé sur le fait d’infliger de la douleur physique à quelqu’un d’autre pendant les rapports sexuels, tandis que 65 % ont déclaré avoir fantasmé sur la douleur physique en elle-même pendant les rapports", révèle le chercheur.

"Croyez-le ou non, les femmes étaient plus susceptibles d’avoir fantasmé à la fois sur le fait de donner de la douleur et d’en recevoir. Avec des chiffres comme ceux-ci, il n’est pas surprenant que Fifty Shades of Grey [Cinquante Nuances de Grey, romance érotique écrite par la romancière britannique E. L. James, ndlr] ait eu une telle résonance culturelle", explique Justin Lehmiller.

Ces fantasmes révélateurs de vos idées politiques…

Les fantasmes ne révèlent pas uniquement votre personnalité, mais peuvent aussi en dire long sur vos partis politiques, selon les informations de Justin Lehmiller.

"Les tendances politiques des Américains en disent long sur la nature de leur fantasme sexuel", estime le scientifique.

Ces fantasmes révélateurs de vos idées politiques…© Istock

Les républicains plus susceptibles de fantasmer sur des activités sexuelles "immorales"

À titre de précision, comparés aux démocrates, "les républicains étaient plus susceptibles de fantasmer sur des activités sexuelles qui sont généralement considérées comme immorales – comme l’infidélité et les orgies – ou tabou – comme le voyeurisme. Mes recherches suggèrent que plus nous nous imposons des restrictions politiques et morales dans notre sexualité, plus nous fantasmons intensément sur l’idée de nous en libérer", écrit Justin Lehmiller.

À quel âge fantasme-t-on le plus ?

Selon le constat de Justin Lehmiller, c’est après la quarantaine qu’on nourrit le plus de fantasme. Les personnes dans la quarantaine et la cinquantaine, qui sont en couple, ont tendance à fantasmer plus que les jeunes.

"C’est souvent le cas dans les relations monogames"

Selon le chercheur, cette tendance s’explique par le fait que ces personnes ont besoin de sortir des convenances auxquelles elles ont été jusqu’alors habituées pour tester quelque chose de nouveau.

"Et je pense que lorsque ce besoin de nouveauté est justifié, ce qui est souvent le cas dans ces relations monogames à long terme, les gens utilisent leurs fantasmes comme une sorte de moyen de se libérer et de répondre à ce besoin de nouveauté", décrit l’auteur.

"C’est souvent le cas dans les relations monogames"© Istock

Pourquoi plus des deux tiers des personnes ne réalisent jamais leurs fantasmes ?

Hélas, moins d’un tiers des participants ont assuré au psychologue avoir déjà mis en scène leurs fantasmes sexuels. Les autres ont déclaré s’abstenir pour diverses raisons. "Mais surtout en raison de l’incertitude quant à la manière d’agir et la crainte que son partenaire désapprouve et ne soit pas disposé à participer à l’activité".

> Comparez votre mutuelle et augmentez le nombre de séances en médecine douce !

Sources

Tell Me What You Want: The Science of Sexual Desire and How it Can Help You Improve Your Sex Life, Justin J. Lehmiller, 12 juillet 2018

Enquête sur les pulsions et fantasmes des Français en été, Ifop, 23 juin 2017

mots-clés : Faire l'amour
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.