Sommaire

La sodomie est sale

La sodomie est sale© Adobe StockPuisqu’elle a lieu dans un organe servant à l’évacuation des selles, de nombreuses personnes ont peur du contact avec des éventuelles selles. Si vous êtes passé(e) par les toilettes avant et avez fait une toilette externe, il n’y a pourtant pas de risque d’accident. "C’est la fonction du rectum de retenir les matières fécales pour qu’elles ne stagnent pas dans le sphincter anal et l’anus. Le rectum est généralement propre lorsqu’il est vide" explique Nathalie Giraud-Desforges, sexothérapeute et thérapeute de couple.

Pour ceux qui veulent une totale propreté, il est possible de faire un lavement anal quelques heures avant. "Mais ces lavements comme les lavements vaginaux sont peuvent être agressifs pour la muqueuse" prévient la sexothérapeute. "Une douche avant suffit et pour être totalement sûr, le port du préservatif est conseillé pour éviter tout risque de MST, ces maladies sexuellement transmissibles".

Attention en revanche à ne pas passer de l’anus au vagin que ce soit avec un doigt, un sextoy ou le pénis car il y a un risque d’apporter des bactéries dans le vagin.

La sodomie est humiliante

La sodomie serait humiliante pour la personne qui la "subit". En réalité, "elle est humiliante si elle n’est pas faite dans le respect et le consentement mutuels, et s’il n’y a pas de respect, on peut se sentir rabaissé dans toute pratique sexuelle. Et sans consentement, cela s’appelle être forcé et s’apparenter à de l’abus voire du viol" corrige Nathalie Giraud-Desforges. Celui ou celle qui se fait prendre par derrière ne se place pas en position d’infériorité. Il ou elle se donne, offre comme un cadeau si la personne accueille librement l’autre. Et c’est le cas pour les autres pratiques sexuelles également.

La sodomie fait mal

La sodomie fait mal© Adobe StockLa sodomie ne doit pas faire mal. Si une douleur apparaît, c’est qu’il y a un risque à continuer, un risque de blessure. Il faut donc interrompre la pénétration. "Il y a douleur lorsqu’il n’y a pas de préparation, pas de prémilitaires ou bien encore si le partenaire n’en a pas envie et qu’il n’y a pas d’excitation" informe Nathalie Giraud-Desforges. "L’anus est une zone sensible, très vascularisée, très réactive au toucher qui peut être une zone de très grand plaisir si et seulement si il y a de l’excitation et suffisamment de préliminaires. L’utilisation d’un lubrifiant intime, voire la salive comme lubrification, est par ailleurs fortement conseillée, car il n’y en pas naturellement dans l’anus ou le rectum".

La sodomie est un signe refoulé d’homosexualité chez l’homme

La sodomie est un signe refoulé d’homosexualité chez l’homme© Adobe StockUn homme qui voudrait se faire sodomiser (avec un doigt ou la langue ou un god) aurait des tendances homosexuelles. Voilà un cliché qui a la vie dure ! Pourtant "il s’agit juste d’un homme curieux qui veut découvrir une autre zone très érogène. Homme ou femme, même anus, même source de plaisir, à l’entrée du moins ! Si la sodomie est bonne pour la femme, elle l’est aussi pour l’homme, encore plus même car la jouissance est additionnelle avec la présence de la prostate" corrige Nathalie Giraud-Desforges.

La sodomie est bestiale

La sodomie est bestiale© Adobe StockCette pratique sexuelle est accusée de nous renvoyer au rang de bête. Elle est pourtant éloignée du but naturel de l’acte sexuel qui est la procréation. "On sort de la zone de procréation pour entrer dans celle de la récréation" souligne Nathalie Giraud-Desforges. La sodomie implique au contraire beaucoup le mental et l’émotionnel. Elle demande de l’humanité et une grande attention à l’autre.

La sodomie favorise l’apparition d’hémorroïdes

La sodomie favorise l’apparition d’hémorroïdes© Adobe StockEn réalité, si elle est correctement effectuée, la sodomie n’a pas de raison d’être un facteur de création d’hémorroïdes. "C’est le mouvement inverse, celui qui consiste à pousser, qui crée des hémorroïdes" informe Nathalie Giraud-Desforges.

Les principaux facteurs de risque d’hémorroïdes sont la constipation, un effort violent comme l’accouchement. Il n’y a que si elle est à l’origine d’irritation ou de lésions que la sodomie constitue un facteur aggravant d’hémorroïdes.
En revanche, avoir des hémorroïdes est une contre-indication à la pratique de la sodomie car cela peut être douloureux.

La sodomie entraîne des troubles du transit

La sodomie entraîne des troubles du transit© Adobe StockLa sodomie empêcherait l’évacuation des déchets de l’organisme et provoquerait de la constipation. Aucune raison pour que cette pratique sexuelle ait de telles conséquences. Le travail des muscles de la zone anale et des sphincters améliorerait plutôt leur tonus.

Il y a un risque de déchirure anale lors de la sodomie

Il y a un risque de déchirure anale lors de la sodomie© Adobe StockCela est vrai uniquement si la sodomie est faite avec brutalité ou est faite sans envie, car les parois anales, composés de tissus sensibles, sont susceptibles aux lésions . "S’il y a excitation, le muscle anal s’ouvre et se dilate" informe Nathalie Giraud-Desforges. "Il ne peut se déchirer que s’il est forcé". Une personne qui a envie de cette pratique sexuelle et est détendue avec un partenaire patient et attentif ne risque pas de lésion anale. En revanche, toute sensation de douleur à la pénétration est à prendre en compte pour éviter de potentielles lésions.

Il n’y a pas de lubrification anale

Il n’y a pas de lubrification anale© Adobe StockOn entend souvent dire que contrairement au vagin, il n’y a pas de lubrification de la zone anale. "C’est vrai, il n’y pas de lubrification naturelle ! Or, il y a bien un suintement qui est un signe d’excitation lors de la stimulation anale, lors des mouvements de va-et-vient" affirme Nathalie Giraud-Desforges. Il s’agit de mucus sécrété par la muqueuse anale, dont la fonction première est de prévenir l’assèchement des cavités. Ce mucus, assez épais, ne remplace pas au départ l’utilisation de lubrifiant".

Sources

Remerciements à Nathalie Giraud-Desforges, Sexothérapeute, Thérapeute de couple, Animatrice de stages Tantra, Fondatrice de Piment Rose.

Vidéo : Mode d'emploi : pratiquer la sodomie sans danger

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.