Coronavirus : les traitements a ne surtout pas arreter !

"La prise d'anti-inflammatoires non-stéroïdiens (ibuprofène, cortisone, ...) ou stéroïdiens (corticoïdes, dérivés de la cortisone) pourrait être un facteur d'aggravation de l’infection. En cas de fièvre, prenez du paracétamol". La semaine passée, Olivier Véran, Ministre de la Santé, nous mettait en garde contre certains médicaments susceptibles de nous mettre en danger en cas de coronavirus. Une façon d’alerter contre l’automédication.

En effet, ces médicaments pourraient être la cause de complications infectieuses. Ils auraient tendance à atténuer l’inflammation en cas d’infection. Vous passerez ainsi à côté des signes de gravité ou pourrez éventuellement retarder votre diagnostic et prise en charge.

Sont concernés par cette mise en garde les médicaments contenant de l’ibuprofène (Advil®, Antarène®, Rhinadvil®, Spedifen®, Upfen®, Nurofen®… et leurs génériques), régulièrement utilisés contre les douleurs en automédication, mais aussi les médicaments à base de cortisone et pris par voie orale (Prednisone® et Cortancyl®).

Attention à ne pas mal interpréter cette information. Ces recommandations ne s’appliquent pas à tout le monde. Les personnes souffrant de maladies chroniques ne doivent évidemment pas envisager l’arrêt de leurs traitements. Pourquoi ? Tout simplement car dans ces cas de figure, les risques liés à l'arrêt des médicaments peuvent être plus grands que les bénéfices.

Maladie chronique : l’arrêt d’un traitement vous met en danger

L’arrêt d’un traitement pour une maladie chronique fait surtout courir le risque d’une rechute, potentiellement encore plus préjudiciable en cas d’infection par le coronavirus. Si vous êtes atteint d'une pathologie chronique, n'arrêtez pas votre traitement, surtout si vous ne présentez pas de symptômes. En cas de doute ou de symptômes inhabituels, rapprochez-vous de votre médecin et demandez-lui son avis. Lui seul pourra prendre une décision quant à la poursuite ou à l'arrêt du traitement.

N’arrêtez pas un traitement prescrit par votre médecin

Si vous avez un doute, vous pouvez également consulter le site de la Société française de pharmacologie et de Thérapeutique. Les Centres régionaux de pharmacovigilance ont signalé pour leur part qu’ils étaient à la disposition des patients pour répondre à leurs questions.

Enfin, en vous rendant sur Covid19-medicaments.com, vous pourrez aussi vous faire une idée en entrant le nom de votre médicament et les conditions dans lesquelles vous le prenez. Le site pourra vous orienter.

À titre d’exemple : vous notez dans la barre de recherche "ANTARENE 200 mg, comprimé pelliculé". Ensuite, on vous demande si vous prenez ce traitement de façon quotidienne pour traiter une maladie chronique et s’il a été prescrit par votre médecin. Si ce n’est pas le cas, le site vous recommande de cesser le dit traitement. "Ce médicament pourrait potentiellement aggraver les symptômes du Covid-19", peut-on lire.

Or, au contraire, si vous stipulez que ce traitement vous été prescrit par votre médecin dans le cadre d’une maladie chronique, le site vous préconise de ne surtout pas arrêter le traitement. En outre, il est important de rappeler de n'arrêter aucun de vos traitements habituels sans en discuter avec un médecin ou pharmacien au préalable.

On passe en revue, dans notre diaporama, plusieurs médicaments à ne surtout pas arrêter et les personnes concernées. Attention, cette liste n’est pas exhaustive.

Asthmatiques : n’arrêtez surtout pas vos corticoïdes inhalés

1/3
Coronavirus : les traitements à ne surtout pas arrêter !

Si le ministre de la Santé a fait savoir que la prise d'anti-inflammatoires (ibuprofène, cortisone, ...) pourrait être un facteur d'aggravation de l'infection, cette information est à relativiser pour les asthmatiques. En effet, le traitement de fond repose souvent sur les corticoïdes inhalés qui permettent de contrôler l’inflammation bronchique et les symptômes.

"Il ne faut surtout pas arrêter vos corticoïdes inhalés. Le meilleur moyen de bien traverser l'épidémie est en effet d'avoir un asthme contrôlé. Les corticoïdes inhalés ne baissent pas les défenses immunitaires chez les personnes asthmatiques aux doses habituelles, contrairement à la cortisone prise par voie générale. En ce qui concerne les corticoïdes par voie générale, la dose minimale pour contrôler l'asthme doit être poursuivie, selon les conseils de votre médecin qui jugera s'il faut adapter ou non", rapporte l’association Asthme & Allergie.

"Il est important aussi de dire et de répéter que les personnes asthmatiques n’ont pas plus de risques d’être contaminées par le Covid-19 que le reste de la population, à condition que l’asthme soit bien contrôlé", explique Madeleine Epstein, allergologue et vice-présidente du Syndicat français des allergologues (Syfal), à 60 Millions de Consommateurs.

Si vous souffrez de fièvre ou syndrome grippal, ne prenez pas seul la décision de l’arrêter brutalement. Contactez votre médecin et voyez avec lui comment adapter le traitement avec la maladie.

Rhumatisme : n’arrêtez pas les anti-inflammatoires

2/3
Coronavirus : les traitements à ne surtout pas arrêter !

Certes, le Ministre de la Santé met en garde contre les anti-inflammatoires dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Néanmoins, si vous souffrez de rhumatisme inflammatoire, comme la spondylarthrite, il est plus judicieux de poursuivre le traitement. Les médicaments anti-inflammatoires (corticoïdes type cortisone, Prednisone®, Prednisolone®) réduisent la douleur et la raideur des articulations.

Il y a davantage de bénéfices à poursuivre le traitement que de risques si vous le cessez.

Hypertension : les inhibiteurs de l'ECA ne doivent pas être arrêtés

3/3
Coronavirus : les traitements à ne surtout pas arrêter !

D’après une étude menée par des scientifiques de l'hôpital universitaire de Bâle, en Suisse, et de l'université de Thessalonique en Grèce, les personnes souffrant d'hypertension artérielle pourraient être plus à risque de présenter des symptômes graves ou mortels en cas d'infection au virus SARS-CoV-2, en raison de l'action de leurs médicaments.

Cette étude explique que les inhibiteurs de l'ECA et les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (des médicaments utilisés notamment dans le traitement de l’hypertension artérielle, ndlr) peuvent modifier la forme des cellules d'une personne de manière à ce que le coronavirus puisse plus facilement les infecter.

Néanmoins, les scientifiques ne conseillent pas aux patients atteints d'hypertension d’interrompre leur traitement, ce qui serait particulièrement dangereux, mais ils indiquent simplement qu’il est crucial de considérer ces personnes comme étant particulièrement à risque de développer une forme sévère d’infection au Covid-19. 

En outre, la Société européenne d’hypertension (ESH) estime qu’il n’existe actuellement aucune preuve claire que l’hypertension en soi soit associée à un risque accru d’infection par COVID-19. Les risques liés à l'arrêt des médicaments hypertenseurs peuvent donc être plus grands que les bénéfices.

En arrêtant subitement leur traitement, les personnes atteintes d'hypertension peuvent souffrir de graves troubles cardiaques. Les inhibiteurs de l'ECA réduisent le risque d'être de crise cardiaque en ouvrant les vaisseaux sanguins et en facilitant le travail pour votre cœur.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Merci au Dr Hugo Chaix

Déclaration de la Société européenne d’hypertension (ESH) sur l’hypertension, concernant les bloqueurs du système Rénine Angiotensine et la maladie COVID-19 causée par le coronavirus SARS-CoV-2, Société européenne d’hypertension (ESH), 17 mars 2020

Asthmatiques ou allergiques, n’arrêtez pas votre traitement, 60 Millions de consommateurs

Covid19 : soyez vigilants sur les médicaments, covid19-medicaments.com

Société Française de Pharmacologie et de Thérapeutique

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.