Bracelets anti-moustiques : 4 dangers a connaitre

Alors que la saison des moustiques bat son plein, vous êtes nombreux à miser sur les répulsifs pour les éloigner. Attention, certains sont moins inoffensifs qu’ils n’en ont l’air. Faire fuir les moustiques, oui, mais pas à n’importe quel prix. Les bracelets anti-moustiques ont récemment fait l’objet de plusieurs signalements auprès des centres antipoisons. Ils ont été mis en cause pour certains incidents survenus principalement chez les jeunes enfants, mais pas uniquement. L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) rappelait dernièrement que les bracelets anti-moustiques pouvaient être dangereux, à la fois pour les enfants, mais aussi pour les adultes.

Bracelet anti-moustique : des cas de brûlures cutanées

"Les bracelets répulsifs contre les insectes se présentent sous la forme d’un bracelet, le plus souvent en matière plastique, sur lequel est fixé une plaquette ou une capsule qui libère un mélange odorant à base d’huiles essentielles extraites de plantes", décrit l’Anses. Des substances chimiques volatiles peuvent être également ajoutées au mélange. Au bout d’un certain temps d’utilisation, le dispositif doit être, selon les modèles, remplacé (clip interchangeable) ou bien rechargé à l’aide d’une solution fournie avec le bracelet, ou achetée à la demande.

Les Centres antipoison (CAP) ont alerté l’Anses d’un cas de brûlure cutanée survenue chez un petit enfant portant un bracelet anti-moustique entré en contact avec sa joue pendant la sieste. Malheureusement, ce cas n’est pas isolé. En outre, certains adultes ont aussi fait les frais des dangers de ce gadget. On passe en revue les risques dans notre diaporama.

Bracelet anti-moustique : d’où vient le risque ?

"La grande majorité des substances entrant dans la composition de ces dispositifs sont potentiellement des irritants cutanés et oculaires, ce qui explique les réactions à type de brûlures ou d’érythèmes observés à la suite de la mise en contact accidentelle du liquide du dispositif directement avec la peau ou les muqueuses, alerte l’Anses. Ces réactions apparaissent d’autant plus intenses que le contact avec la capsule ou la plaquette a été prolongé et qu’elle implique des zones particulièrement fragiles comme le visage d’un jeune enfant".

En outre, un phénomène mécanique dû au bracelet en matière plastique exacerbant l’irritation locale n’est pas à exclure, "comme chez les deux sujets adultes ayant développé des réactions qualifiées d’abrasives", décrit l’Agence.

Le géraniol est un constituant fréquemment retrouvé dans ces dispositifs ; c’est une substance parfumante qu’on retrouve aussi dans la composition de nombreux produits ménagers (nettoyants), cosmétiques (savons, shampooings), parfums. Elle est susceptible d’entrainer une irritation sévère, oculaire et cutanée, ainsi qu'une sensibilisation cutanée.

Découvrez dans notre diaporama les dangers auxquels vous vous exposez si vous utilisez ce genre de répulsifs.

Moustique : comment se protéger autrement ?

Vous pouvez lutter contre les moustiques autrement qu’avec le bracelet. Commencez par éliminer toutes les sources d’eau stagnante dans votre jardin, sur votre balcon ou le rebord de votre fenêtre : boîte vide, pot de fleur, etc. Lorsque vous sortez vous balader, portez des vêtements longs et amples, en particulier si vous comptez vous rendre près d’un point d’eau.

Des cas de brûlures du second degré à cause d’un bracelet anti-moustique

1/5
Bracelets anti-moustiques : 4 dangers à connaître

L’Anses a répertorié un certain nombre de cas de personnes ayant subi des dommages liées à l’exposition aux bracelets anti-moustiques. Les personnes étaient des adultes, des enfants et un nourrisson de 4 mois. 

"Un enfant de 3 ans dont le bracelet était resté en contact avec sa joue pendant la durée de sa sieste présentait au réveil une rougeur correspondant à l’empreinte du bracelet, qui a évolué en 24 heures vers une brûlure du second degré", annonce l’Anses. Ses lésions ont disparu en cinq jours avec un traitement symptomatique.

Bracelet anti-moustique : un cas de convulsions

2/5
Bracelets anti-moustiques : 4 dangers à connaître

Un nourrisson portant le bracelet a présenté des convulsions, probablement en raison d’un passage du produit dans le sang par la peau. 

"Dans ce cas, il est possible que des substances contenues dans le bracelet aient pénétré l’organisme à partir de la peau et soient responsables de la symptomatologie, le dispositif contenant un mélange d’huiles essentielles et d’extraits végétaux dont certains ont des propriétés neurotoxiques", décrit l’Anses. 

Bracelets anti-moustiques : des risques d’éruption cutanée

3/5
Bracelets anti-moustiques : 4 dangers à connaître

Un autre enfant a présenté une éruption généralisée après un contact buccal. Plusieurs contacts oculaires ont également été rapportés.  Chez l’adulte, les incidents sont moins sérieux : il s’agit d’irritations liées au port du bracelet en plastique. 

Cette réaction est en accord avec les propriétés sensibilisantes du géraniol (notamment), contenu dans le dispositif.

Dans la plupart des cas de victimes des bracelets anti-moustiques recensés par l’Anses, la voie d’exposition était exclusivement ou principalement cutanée et avait entrainé des réactions locales de type irritation ou des réactions générales, plus ou moins sévères. 

Bracelet anti-moustique : des réactions oculaires

4/5
Bracelets anti-moustiques : 4 dangers à connaître

Des réactions oculaires ont également été recensées par l’Anses. "Par ailleurs, parmi les cinq cas de contact oculaire, quatre seraient dus à une projection suite à la rupture de la capsule lors de la manipulation (par jeu ?) par des jeunes enfants, posant ainsi la question de la solidité de ce type de dispositifs".

Bracelets anti-moustiques : faites-vous partie des personnes à risque ?

5/5
Bracelets anti-moustiques : 4 dangers à connaître

"Ces bracelets, du fait des propriétés revendiquées de certaines substances qui les composent, sont soumis à la réglementation des produits biocides. Certaines substances actives étant en cours d’évaluation, les bracelets ne sont pas encore soumis à autorisation de mise sur le marché et peuvent être commercialisés pendant cette période transitoire", alerte l’Anses.

Ainsi, l’Anses recommande de proscrire leur utilisation chez les nourrissons et les jeunes enfants ; "la consigne recommandant d’éviter tout contact direct de la face active du bracelet avec la peau devrait également figurer sur les conditionnements".

Les personnes allergiques et les femmes enceintes devraient également éviter d’avoir recours à ce gadget : les huiles essentielles utilisées contre les moustiques (géraniol) sont souvent allergisantes, irritantes, et déconseillées à certains publics car elles contiennent des terpènes (une classe d'hydrocarbures, produits par de nombreuses plantes).

Sources

Réactions cutanées et oculaires provoquées par des bracelets répulsifs contre les insectes, Anses, 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Quelles sont les maladies transmises par les moustiques ?