Dopamine, endorphine, sérotonine : les sécrétions du plaisir

Au cours de l'activité sexuelle, le cerveau va libérer différentes substances qui vont agir sur notre ressenti et nos comportements.

La dopamine va être source de plaisir, les endorphines vont être à l'origine d'une sensation de bien-être et d'apaisement, mais aussi d'une baisse de motivation à la poursuite de l'acte sexuel et la prolactine responsable d'une relative inexcitabilité après l'orgasme.

De plus, le cerveau produit une autre molécule : la sérotonine. Cette dernière influe sur le moral. Selon la quantité de sérotonine sécrétée, elle permet de contrôler la montée de l’excitation. Précisément, une augmentation de la sérotonine aide à mieux contrôler l'éjaculation de l’homme.

Le rapport se joue déjà dans le cerveau

Avant d’avoir des conséquences au niveau physique, la relation sexuelle se joue dans le cerveau.

En effet, le cerveau garde la mémoire de certains évènements, comme des agressions. "Le noyau de l'amygdale joue un rôle dans le cerveau émotionnel et permet au passé d’être toujours présent. C’est par exemple cette zone qui remplit la fonction d’alerte" précise le sexologue. Mais cette zone joue également un rôle dans le décodage des images, notamment sexuelles. Dans le syndrome de stress post traumatique, on constate souvent une hyperactivité de l'amygdale, les gens "sursautent pour un rien". Cette hyperactivité peut perturber le décodage sexuel de certaines situations.

Ailleurs dans le cerveau, le cortex préfrontal médial aide le corps à "lâcher prise" condition indispensable pour pouvoir atteindre l'orgasme, sinon l'activité persistance de ses lobes pré-frontaux perturbe les échanges dans d'autres parties du cerveau.

La circulation sanguine augmente

Au moment d’une relation sexuelle, et sous l’impulsion des hormones, le corps subit de nombreux changements.

"Le cerveau joue un rôle dans l’acceptation de la relation sexuelle et dans la montée de l’excitation. De son côté, le cerveau agit sur le corps au moment de cette relation corporelle" explique le sexologue. Il décrit d’ailleurs la relation sexuelle comme un "orage vasculaire". La circulation sanguine augmente dans le petit bassin, c’est d’ailleurs cet afflux sanguin qui permet l’érection du pénis. L’afflux sanguin aide également à la lubrification de la paroi vaginale.

Les lèvres vulvaires augmentent et rougissent

Lors d’une relation sexuelle la taille des grandes et des petites lèvres de la femme augmente et rougissent. "Le vagin se dilate et devient davantage rouge" décrit le Dr Desvaux. Sur le corps de la femme et de l'homme, une rougeur peut également survenir sur la poitrine. Au moment de l’excitation sexuelle, la peau est chaude, c'est là que l'on repousse les draps !

Le cœur s’emballe, la respiration s'accélère, la salivation augmente

D’autres réactions se produisent sur le corps au moment d’une relation sexuelle. Parmi elles : le cœur qui bat plus vite, la respiration peut s’accélérer, la tension artérielle et la salivation augmentent, les pupilles se dilatent, etc.

Chez certaines personnes, les poils se dressent quand les personnes font l’amour et les mamelons peuvent se contracter chez les femmes.

mots-clés : Faire l'amour
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.