Sommaire

S’empêcher de se masturber parce qu’on est en couple

Non, la masturbation n’est pas un pis-aller pour célibataires ! Se faire plaisir toute seule permet ensuite de guider son partenaire. "C’est le meilleur moyen d’apprendre à connaître son corps, ce que l’on aime vraiment et les fantasmes qui nous excitent le plus", confirme le Dr Cudicio.

Le conseil : Ne vous bridez pas dans la découverte de votre corps. Laissez-vous aller petit à petit à quelques caresses et découvrez les plaisirs de la stimulation du clitoris et du vagin.

Croire que toutes les positions se valent

Ce n’est pas parce qu’on ne parvient pas à atteindre l’orgasme en missionnaire qu’on n’y arrivera pas d’une autre manière ! Chaque position produit une stimulation différente.

Le conseil : Il faut tester différentes options. Par exemple, la position où la femme est assise sur son partenaire permet d’ajouter une stimulation clitoridienne.

Passer trop vite les préliminaires

Passer trop vite les préliminaires© Fotolia,anna bizon

©iStock

Sans excitation, pas de lubrification ni d’orgasme. Or, sans préliminaire, une femme n’est presque jamais assez excitée pour la pénétration.

Le conseil : "Il existe différentes formes de préliminaires, précise le sexologue Patrice Cudicio. Des textos coquins, ou des regards, sont déjà une mise en condition. Viennent ensuite les caresses avant la pénétration." Si ces dernières sont importantes, attention à ne pas tout focaliser uniquement sur le clitoris !

Se mettre trop de pression

Quand on veut absolument arriver à l’orgasme, ou que l’on se demande comment donner plus de plaisir à son partenaire… on crée des tensions là où il faudrait un relâchement.

Le conseil : "Pour faire monter le plaisir jusqu’à l’orgasme, la femme ne doit penser qu’à elle et se focaliser sur ses émotions pour amplifier les sensations", explique le Dr Cudicio.

Focaliser sur ses complexes

Focaliser sur ses complexes© photographee

©iStock

Une chose est certaine : on ne peut pas jouir si on ne se sent pas belle et désirable.

Le conseil : "Le mieux est de contourner le problème, par exemple en utilisant de la lingerie", conseille le sexologue. Une guépière peut aider à camoufler un petit ventre, tout en mettant en valeur cette belle poitrine.

Dire "oui" à tout

Pour faire plaisir, on accepte parfois des pratiques qu’on n’apprécie pas, comme la sodomie. Pour le Dr Cudicio, c’est une erreur majeure : "Se forcer, créer des tensions, voire du dégoût ou de la douleur, casse immédiatement l’excitation et le processus revient à la case départ."

Le conseil : Ne vous forcez pas si vous n'avez pas envie de tester une nouvelle pratique. Parlez-en avec votre partenaire et laissez le temps faire.

Brider ses fantasmes

Brider ses fantasmesLes fantasmes sont indispensables au processus d’excitation. Or, on a tendance à s’interdire certaines pensées, notamment par peur de tromper mentalement son conjoint. Erreur.

Le conseil : "En matière de fantasmes, tout est permis car le désir et l’excitation qui en découlent sont très bénéfiques pour le couple" explique le spécialiste. Donc ne freinez pas vos pensées, laissez-vous aller et osez même en parler avec votre partenaire. Vous pourriez découvrir à deux de nouveaux plaisirs.

Boire pour se détendre

Après une ou deux coupes, on peut se sentir plus belle et entreprenante... mais gare à la suite !

Le conseil : "Il ne faut pas dépasser cette dose, recommande notre sexologue. Si l’alcool lève les inhibitions, il bloque aussi l’excitation et l’orgasme."

mots-clés : Préliminaires, Sodomie
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.