Crise cardiaque : le cœur s’arrête mais pas le cerveau

En cas de crise cardiaque, le coeur s'arrête mais pas nécessairement le reste du corps. Le cerveau, lui, fonctionnerait encore quelques secondes et pourrait même permettre au patient d'être conscient de ce qu'il se passe. 
Adobe Stock

Une crise cardiaque n’est pas forcément synonyme de mort cérébrale. Des chercheurs ont mis en place une étude permettant de justifier cette découverte publiée en décembre 2014 dans le Journal officiel du conseil européen de réanimation. Selon eux, l’arrêt cardiaque d’un patient déclaré comme mort peut tout à fait être conscient durant quelques secondes de tout se qu’il se passe autour de lui. Se déroulant dans cinq hôpitaux au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Autriche, près de 140 personnes ont été interrogées après un arrêt cardiaque. 85 d’entre-elles ont rapporté n’avoir aucun souvenir ni conscience de quoique ce soit pendant l’arrêt cardiaque cependant 55 patients ont quand à eux décrit une "sensation, un souvenir de quelque chose" sans pouvoir exactement formuler de quoi il s’agissait. "Cela suggère que davantage de personnes puisse avoir une activité mentale mais que leurs souvenirs leur échappent, soit en raison des lésions cérébrales consécutives à l’accident, soit en raison de l’effet délétère de la sédation sur la mémoire" commente le Dr Parnia professeur assistant en soins intensifs et chercheur en réanimation, dans un communiqué de l’Université de Southampton (New-York, Etats-Unis).

La conscience peut être présente malgré une conscience cliniquement indétectable

Quelques temps plus tard, 110 patients sur les 140 ont été de nouveau interrogés (ceux qui étaient en état de répondre).

Résultats : 85 personnes qui n’avaient gardé aucun souvenir ont réitéré leurs propos (46 d’entre-elles étaient en état de répondre à cet entretien).

Mais le plus surprenant est que :

  • 9 patients ont rapporté des "sensations", lumière, impression de bien-être, etc, compatibles avec ce qui est décrit lors des expériences de mort imminente (ou near death experience, NDE).
  • 46 ont évoqué des souvenirs précis mais sans rapport avec les descriptions classiques des NDE,
  • 2 personnes ré-interviewées ont été capables de décrire l’épisode de l’arrêt cardiaque et de la réanimation avec des détails visuels et auditifs précis.

Lorsque le cœur s’arrête tout s’arrête. Le sang ne circule plus jusqu’au cerveau ce qui entraine un arrêt instantané de toutes les fonctions du corps. Cependant, le Dr Sam Parnia, explique dans l'étude qu "une cascade de réactions qui conduit à la mort des cellules du cerveau peut durer des heures après l’arrêt du cœur".

Ces recherches soutiennent alors d'autres études qui ont indiqué que la conscience pouvait être présente malgré une conscience cliniquement indétectable. "De la même façon que des chercheurs essaient de comprendre les mécanismes de l’amour, nous essayons de comprendre les mécanismes de la mort grâce aux témoignages des personnes ayant frôlé la mort", conclut le Dr Parnia.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Plus de risques de crises cardiaques en hiver

Source : AWARE—AWAreness during REsuscitation—A prospective study, Official Journal of the european resuscitation council, décembre 2014.
La rédaction vous recommande sur Amazon :