Sommaire

Réduire sa consommation de bouteille en plastique, se débarrasser du goût désagréable de l’eau du robinet, faire des économies… les adeptes des carafes filtrantes ne manquent pas d’arguments.

Toutefois, attention ! Elles n’ont pas que des qualités comme le rappelle un avis de l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES).

Carafe filtrante : attention aux contaminants libérés

Si les carafes filtrantes améliorent le goût et l’odeur de l’eau du robinet, elles semblent libérer des éléments qui peuvent être problématiques. Le document publié le 13 mars 2017 par l'ANSES note "l’usage de carafes filtrantes peut conduire au relargage de différents contaminants (ions argent, sodium, potassium, ammonium) dans l’eau de boisson" et "un abaissement du pH". Un duo malheureux. En effet, plusieurs études canadiennes et britanniques ont démontré que le faible pH d’une eau pouvait faciliter la libération de certains métaux, surtout si elle est chauffée au contact d’ustensiles en métal ou en céramique comme les bouilloires ou les casseroles.

Pour l’organisation française, il faut se montrer prudent face à la libération de ces éléments. "Concernant notamment l’argent, même si les concentrations observées dans l’eau filtrée ne dépassent pas la valeur guide dans l’eau de 100 µg/L établie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Agence recommande que cette valeur soit examinée au regard des données toxicologiques récentes et souligne la nécessité de considérer le rapport bénéfice/risque de l’utilisation de l’argent pour ce type d’usage", ajoute-t-elle.

Carafe filtrante : nid à bactérie ?

L’autre ennemi invisible qui arrivent sur notre table grâce aux brocs d’eau sont les microorganismes pathogènes. Le professeur Stéphane Gayet, infectiologue et hygiéniste au CHU Strasbourg explique : "les microorganismes saprophytes de l’eau sont essentiellement les bactéries du genre Pseudomonas et des genres apparentés. Ils se multiplient de façon intense dans l’eau, d’autant plus qu’elle est tiède et stagnante. Les carafes à eau peuvent donc favoriser leur prolifération. Les conditions favorables sont la stagnation, la matière plastique, la température tiède et des produits ajoutés à l’eau (sirop ou autre) qui constituent des nutriments".

Outre les bactéries Pseudomonas, on peut aussi retrouver dans les eaux consommées des Aeromonas et des mycobactéries atypiques. "Les Pseudomonas et les Aeromonas peuvent provoquer une diarrhée fébrile liée à des toxines bactériennes. Les mycobactéries atypiques peuvent donner une infection chez les personnes très immunodéprimées", rappelle l’expert.

Une étude menée par UFC Que Choisir en 2010 avait fait un constat alarmant après avoir testé les eaux des carafes filtrantes de 31 familles françaises. Le nombre de germes était très important. Seuls 4 foyers avaient une eau conforme aux normes recommandées. L’organisation indiquait dans sa revue "Des germes rigoureusement interdits dans l'eau potable sont même suspectées dans l'eau filtrée de quinze logements, c'est inquiétant".

Les eaux filtrées ne sont pas forcément à l’origine de troubles gastriques (maux de ventre, diarrhées, gastro-entérites). Néanmoins, elles fragilisent le microbiote intestinal et ouvrent le terrain aux infections.

Il est important de préciser que la présence des bactéries dans les eaux filtrées est le plus souvent la conséquence d’un mauvais usage de ses brocs tendances . Nous détaillons dans les pages suivantes les mauvais gestes à bannir

Sources

Merci au Professeur Stéphane Gayet, infectiologue et hygiéniste au CHU Strasbourg

Que Choisir, n°481, mai 2010

Carafes filtrantes, Inutiles, voire pire, Que Choisir, 22 mars 2017

Carafes Filtrantes, l'Anses rappelle les règles de bon usage, 13 mars 2017

Vidéo : 3 bonnes raisons de boire du citron

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.