Mycose vaginale: non classée parmi les IST

La mycose vaginale, classiquement de type candidose (infection par des levures du genre Candida) n’est pas considérée officiellement comme une infection sexuellement transmissible. Fréquente chez la femme, la candidose résulte plutôt d’un déséquilibre de la flore intime ou d’un affaiblissement passager du système immunitaire.

Le candida, naturellement présent dans la flore, se met à se multiplier anormalement et provoque alors les divers symptômes caractéristiques d’une mycose génitale (ex.: démangeaisons intimes). Les mycoses du gland, plus rares, apparaissent généralement pour le même type de raison: elles n’ont aucun lien avec une quelconque transmission sexuelle.

Mycose vaginale : elle ne se transmet vraiment jamais à l’homme?

Très rarement, au contact d’une souche de candida particulièrement «agressive», une contamination peut effectivement s’observer de la femme vers l’homme. Ce phénomène concerne surtout les mycoses vaginales chroniques. Cependant, l’homme contaminé ne développe habituellement pas de véritable «mycose du gland» dans ce genre de cas, car son système immunitaire prend très vite le dessus et élimine le candida.

La légère inflammation du gland apparaissant après le rapport disparaît ainsi spontanément en 3 à 4 jours, sans nécessiter de traitement: on parle de balanite post-coïtale.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.