Sommaire

Une mauvaise lubrification

Une mauvaise lubrification© Adobe StockLe manque de lubrification rend la pénétration plus douloureuse et désagréable, tant pour notre partenaire que pour nous-même. On peut être amené à se remettre en question mais on peut se rassurer : il est possible d’avoir du désir et du plaisir avec des difficultés de lubrification.

Que faire : "Pour éviter les irritations, il faut s'attarder sur les préliminaires ou se procurer du gel lubrifiant qui va favoriser la pénétration. Dans tous les cas, ne soyez pas pressés, laissez monter le désir progressivement !" conseille Pascal Anger. Une mauvaise lubrification peut également être due à un changement hormonal ou à une période stressante.

Une allergie au sperme

Une allergie au sperme© Adobe StockBien que rarissime, l'allergie au sperme existe. Elle se manifeste par un gonflement des parties génitales, des brûlures, ou encore des maux de ventre.

Que faire : "Non, la réponse à l’allergie n’est pas l’abstinence, non tout n’est pas psychologique, et oui c’est important de prendre cette allergie au sérieux. Le préservatif peut être un rempart à cette intolérance mais il faut savoir l’apprivoiser" note le spécialiste. Il est également primordial d’en parler avec son partenaire afin qu’il ne le prenne pas personnellement.

Une vestibulite

Une vestibulite© Adobe StockLe vestibule correspond à la partie en forme de U qui entoure le vagin à l'intérieur des grandes lèvres. On parle de vestibulite lorsque cette "porte d'entrée" est inflammée. Elle déclenche des douleurs aigues au niveau du bas ventre, une sensation de brûlure, et peut provoquer de la fatigue et de l’anxiété.

Que faire : Là encore il est important de se faire diagnostiquer dés que l’on sent venir les symptômes, de ne pas hésiter à en parler à son médecin traitant ou à son gynécologue. "Tout n’est pas psychologique mais la réduction du stress et une bonne entente avec son compagnon peuvent être un complément utile à la remise en forme" commente le sexothérapeute.

Une vulvodynie

Une vulvodynie© Adobe StockLorsque la vulve est douloureuse mais que l'examen gynécologique est normal, on parle de vulvodynie. Les rapports sexuels ne font qu'aggraver le phénomène. Beaucoup de femmes entendent dire "va voir un psy" mais la douleur est bien réelle, on n’a pas à culpabiliser.

Que faire : Dans ces cas-là, l’écoute empathique du professionnel nous orientera vers la meilleure façon d’en sortir. "Ne négligeons pas non plus que la vulvodynie s’inscrit parfois dans un contexte de difficulté conjugale. La thérapie de couple peut alors s’avérer utile" explique Pascal Anger.

Une mycose vaginale et autres IST

Une mycose vaginale et autres IST© Adobe StockUne mycose vaginale ou une infection sexuellement transmissible (IST) peuvent engendrer des irritations pendant un rapport sexuel. Démangeaisons et pertes malodorantes se font rapidement sentir, entraînant un manque de confiance en soi et un repli sur soi. "Avant de se poser la question du pourquoi, il est important de se faire traiter le plus tôt possible pour soulager la douleur et ne pas créer un blocage sexuel" conseille le sexothérapeute.

> Un expert santé à votre écoute !

Vidéo : Ce que vous ne savez pas sur le sexe après 50 ans

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.