Provence-Alpes-Côte d’Azur : 18 cas de dengue viennent d’être recensés

Un autre désastre causé par la canicule : la prolifération de moustiques tigres a provoqué 18 contaminations à la dengue en Provence-Alpes-Côte d’Azur. L’Ile de la Réunion est actuellement, elle aussi, touchée par cette épidémie.

Transmise par le moustique Aedes, connu sous le nom du moustique tigre, la dengue est une maladie infectieuse qui provoque, entre autres symptômes, une fièvre élevée. Cette pathologie sévit particulièrement dans les régions intertropicales. "Le virus se transmet à l’homme par la piqûre des femelles moustiques préalablement infectés", décrit l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). La dengue connaît une importante recrudescence ces dernières années. En effet, près de la moitié de la population mondiale serait ainsi exposée directement au risque de contamination.

Pas plus tard qu’hier, l’Agence régionale de santé (ARS) a annoncé 18 cas confirmés de dengue et un cas probable de chikungunya (une autre maladie infectieuse tropicale transmise par le moustique Aedes) en Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), relaye Nice Matin.

"C’est quelque chose qui arrive tous les ans, il ne faut pas dramatiser, rassure l’ARS. Mais ce qui risque d’arriver, c’est que ces moustiques tigres piquent des porteurs du virus, et contaminent d’autres personnes". Il n’y a pas de transmission directe du virus d’une personnes à une autre, mais il faut savoir qu’un moustique contaminé est susceptible de transmettre la dengue toute sa vie. L’ARS incite donc vivement les Français à prendre les mesures nécessaires pour éviter la prolifération de moustiques.

Comment savoir si on est contaminés ?

"Les symptômes sont le plus souvent de type grippal", explique le Ministère de la Santé. Il va donc s’agir de maux de tête, courbatures et surtout, de fièvre. Si ces signes se manifestent dans 3 à 14 jours qui suivent la piqure de moustique, il faut vous poser des questions et consulter. Attention, si elle reste souvent bénigne, la dengue peut toutefois se compliquer et provoquer des hémorragies. Une dengue dite "sévère" peut causer des complications comme une détresse respiratoire, entraînant la mort dans les 24 à 48 heures.

"Il n’existe ni traitement curatif spécifique ni vaccin contre la dengue, alerte le Ministère de la Santé. Le traitement est avant tout symptomatique, notamment de la douleur et de la fièvre". En outre, l’aspirine et les anti-inflammatoires sont contre-indiqués du fait du risque hémorragique.

La lutte contre les moustiques, une affaire qui vous concerne tous

Le seul moyen de se prémunir contre cette maladie infectieuse est de lutter contre les moustiques vecteurs. Les personnes résidentes dans des zones tropicales peuvent contribuer à réduire le risque épidémique en détruisant des gites potentiels qui constituent toute réserve d’eau stagnante à l’extérieur ou à l’intérieur du domicile.

En outre, pour vous protéger individuellement, privilégiez des vêtements longs et amples pour laisser aux moustiques le moins de chances possible de vous attaquer.

Et par-dessus tout, les voyageurs qui se rendent dans les pays où circule le virus de la dengue (Amérique Latine et Asie) doivent absolument prendre les mesures de protections qui s’imposent durant les heures d’activité des moustiques, en l’occurrence durant la journée. "En cas d’apparition des symptômes, et ce, dans les 7 jours suivant le retour d’un séjour, il faut consulter un médecin au plus vite", préconise encore le Ministère de la Santé.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.