Moustique tigre : les régions françaises les plus envahies

Publié le 09 Juillet 2019 à 17h40 par Emmanuelle Jung, journaliste santé
Validé par : Dr Stéphane Gayet, Infectiologue, hygiéniste au CHU Strasbourg
Le moustique tigre prend ses quartiers dans nos régions françaises. S’il privilégie les zones chaudes, le nord de la France n’est pas toujours épargné pour autant. Vecteur de maladies comme la dengue ou le chikungunya, ce moustique n’a pas fini de nous contaminer. Voici les régions les plus à risque.

Moustique tigre : les régions françaises les plus envahies© Istock

Depuis 2004, cet insecte ravageur a fait son entrée en Europe, et il n’est pas près de faire demi-tour, hélas. "Le moustique tigre, ou Aedes albopictus, a déjà commencé à coloniser les départements du sud de la France (Alpes Maritimes, Corse, Bouches-du-Rhône et les départements du pourtour méditerranéen)", décrit le Pr Stéphane Gayet, infectiologue au CHU de Strasbourg. En effet, ce dernier va se concentrer particulièrement dans les zones chaudes. Le moustique tigre a besoin de chaleur pour vivre.

Il faut se rendre à l’évidence selon le Pr Gayet : l’insecte ne fera plus demi-tour. "Je ne veux pas créer de mouvement de panique, mais il est probable qu’il finisse par coloniser toute la France", estime l’expert. Plus de 50 départements français sont déjà envahis par le moustique tigre. Par sa piqûre, ce dernier est susceptible de vous transmettre des arboviroses, maladies infectieuses regroupant la dengue, le chikungunya et le Zika.

Du 1er mai au 30 novembre, Santé publique France détermine chaque année le nombre de cas survenus en France. Les chiffres sont édifiants : pendant cette période, on recense 187 cas de dengue, 22 cas de chikungunya et 3 cas de zika.

Les régions déjà touchées par les maladies infectieuses

"Chaque année, nous coordonnons la surveillance renforcée du chikungunya, de la dengue, et du zika dans les départements métropolitains colonisés par le moustique vecteur Aedes", partage Santé Publique France.

Et pour cause, entre le 1er mai et le 7 juillet 2019, la dengue sévit particulièrement en Ile-de-France et en Occitanie. Par sa piqûre, le moustique tigre est susceptible de transmettre cette maladie infectieuse. Voici les régions françaises qui sont concernées :

  • Ile-de-France : 58 cas
  • Occitanie : 41 cas
  • Nouvelle Aquitaine : 27 cas
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur : 25 cas
  • Auvergne-Rhône-Alpes : 24 cas
  • Pays de la Loire : 5 cas
  • Grand Est : 1 cas

"Une épidémie de dengue sévit actuellement sur l’Ile de la Réunion avec plus de 15 000 cas de dengue (biologiquement confirmés ou probables) signalés entre le début de l’année 2019 et le 11 juin 2019", alerte Santé Publique France.

Le chikungunya, autre maladie virale transmise par la piqûre du moustique tigre sévit, lui aussi, dans certaines régions. Vingt-deux cas sont déjà recensés.

  • Ile-de-France : 8 cas
  • Occitanie : 5 cas
  • Nouvelle Aquitaine : 4 cas
  • Auvergne-Rhône-Alpes : 3 cas
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur : 2 cas

Enfin, s’il se fait plus rare, le virus Zika fait aussi parler de lui en France. Trois cas sont actuellement recensés par Santé Publique France : un en Occitanie, un en Auvergne-Rhône-Alpes et un en Nouvelle Aquitaine.

Les départements colonisés par le moustique tigre

Les chiffres précédents sont susceptibles d’augmenter d’ici les prochains mois. D’après le dernier rapport de Santé Publique France, une cinquantaine de départements sont déjà colonisés par le moustique tigre :

Ain, Aisne, Alpes de Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Ardèche, Ariège, Aude, Aveyron, Bas-Rhin, Bouches du Rhône, Charente Maritime, Corrèze, Corse du Sud, Côte d'Or, Dordogne, Drôme, Essonne, Gard, Gers, Gironde, Haute-Corse, Haute-Garonne, Hautes-Alpes, Hautes-Pyrénées, Haut-Rhin, Hauts-de-Seine, Hérault, Indre, Isère, Landes, Loire, Lot, Lot-et-Garonne, Lozère, Maine-et-Loire, Nièvre, Paris, Puy-de-Dôme, Pyrénées-Atlantiques, Pyrénées-Orientales, Rhône, Saône-et-Loire, Savoie, Seine-et-Marne, Seine-St-Denis, Tarn, Tarn-et-Garonne, Val-de-Marne, Var, Vaucluse, Vendée.

Comment le moustique tigre a-t-il gagné l’Europe ?

"Les transports internationaux ont permis au moustique tigre de migrer à travers les pays, explique le Dr Gayet. Et tout particulièrement les transports en bateau. Dans l’avion, c’est plus rare, car l’appareil est désinsectisé avant qu’il prenne son envol. Donc le moustique tigre ne peut survivre au vol en principe".

L’expert fait référence aux transports de pneu : "en effet, les pneus retiennent l’eau de pluie". Et une fois qu’ils sont remplis d’eau, les œufs des moustiques tigre pondus à l’intérieur des pneumatiques peuvent éclore. Les transports de plantes comme le bambou jouent aussi leur rôle, puisque ce dernier est particulièrement humide, donc propice à la reproduction du moustique tigre.

Il suffit qu’un moustique pondent des œufs au moment du départ du bateau, pour que la prolifération survienne. "Les larves survivent ainsi au trajet et se retrouvent vivantes dans le pays de destination", explique encore l’infectiologue.

Le plan d’action renforcé en France

Face à cette situation alarmante, il devient urgent de renforcer les actions de surveillance et de prévention. "Le dispositif de surveillance épidémiologique s’inscrit dans les dispositifs de lutte contre les arboviroses (maladies infectieuses), précise Santé Publique France. Ce plan a été élaboré par le ministère de la Santé et prévoit de renforcer la surveillance dans les zones d’implantation d’Aedes albopictus pour prévenir et évaluer les risques de dissémination de ces virus".

En pratique, la surveillance s’appuie sur les médecins et les laboratoires des départements envahis par le moustique. Ces derniers sont invités à effectuer un signalement immédiat de tout cas de dengue, chikungunya ou Zika décelés.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X