Propecia® : des victimes du médicament attaquent en justice le laboratoire

Le Propecia®, un traitement contre la calvitie à base de Finastéride provoquerait de graves effets secondaires irréversibles. Selon les informations d’Europe 1 du 11 mars 2019, une dizaine d’hommes auraient décidé de porter plainte et d’attaquer le laboratoire en justice.

 

Publicité

Propecia : des victimes du médicament attaquent en justice le laboratoireUn médicament contre la calvitie, à base de finastéride : le Propecia® (et ses génériques) aurait de nombreux effets indésirables, parfois graves et irréversibles. D’après des informations de la radio Europe 1, une dizaine d’hommes auraient lancé une procédure judiciaire visant le laboratoire MSD qui commercialise le traitement. Les victimes leur reproche d’avoir trop "tardé à informer les patients et les médecins des effets indésirables et notamment de leur caractère irréversible". Les effets secondaires seraient à l’origine de troubles sexuels (baisse de la libido, dysfonction érectile, troubles de l’éjaculation) mais également psychiatriques (anxiété, troubles de l’humeur, dépression) allant jusqu’aux pensées suicidaires.

Publicité
Publicité

Un médicament prescrit à plus de 30 000 hommes chaque année

Avant d’être un traitement qui limitait la perte des cheveux, le Propecia® est prescrit contre l’hypertrophie de la prostate (augmentation du volume de la prostate pouvant entrainer des troubles urinaires gênants). Malgré une autorisation de mise sur le marché du médicament depuis dix ans, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a mis en garde les patients, notamment en 2012, sur les troubles sexuels qu’il pouvait entrainer. De même en 2017, en ajoutant des risques psychiatriques importants, "avec le conseil de stopper tout traitement en cas de symptômes". Puis, en février 2019, une lettre adressée aux professionnels de santé par l’ANSM avec accord du laboratoire rappelait les effets indésirables du Propecia, invitant donc les patients à prendre connaissances des troubles occasionnés.

Une procédure judiciaire dont la première audience aura lieu au mois d'avril 2019 au tribunal de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, a été lancée par Me Charles Joseph-Oudin, avocat d’une dizaine de victimes. Il confie également au micro d’Europe 1 "en avoir déjà 70 autres dossiers, en cours d'élaboration et d'autres viendront s'ajouter pour dénoncer un médicament encore prescrit à environ 30.000 hommes chaque année en France".

Des traitements naturels moins dangereux

Moins risqués, les compléments alimentaires et les soins à base de plantes peuvent constituer un soin capillaire efficace.

La vitamine B sous forme de comprimés par exemple peut ainsi aider les cheveux à garder leur vigueur et à ne pas tomber.

Sont aussi préconisés : la levure de bière, l’huile essentielle de cèdre, le magnésium, les feuilles d’orties…

Actuellement mis au point, le clonage des cheveux reste la solution la plus prometteuse contre la calvitie. Grâce à cette méthode, il serait possible de réimplanter des cheveux à l’infini.

Cependant, elle n’est pas au point à l’heure actuelle et demande encore quelques années afin d’être perfectionnée.

https://www.medisite.fr/complements-alimentaires-les-complements-alimentaires-dangereux-pour-la-sante.5503927.524226.html

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X