Les médicaments qui augmentent les risques de maladie d’Alzheimer

Anxiolytiques, antiépileptiques, somnifères, anti-acides… Plusieurs études démontrent une association entre la prise de ces médicaments et l’apparition d’une démence de type Alzheimer. Découvrez lesquels en particulier et pourquoi.

Publicité

Attention aux anticholinergiques

Les médicaments qui augmentent les risques de maladie d’AlzheimerLes anticholinergiques sont une classe de médicaments qui regroupe des antiépileptiques, des antihypertenseurs, des anxiolytiques, des antidépresseurs, des diurétiques ou encore des antihistaminiques. Leur principe d’action repose sur l’inhibition de l’activité de l’acétylcholine, un neurotransmetteur qui joue un rôle important au niveau de la mémoire et de la contraction musculaire notamment. Puisqu’ils agissent sur le cerveau et qu’ils comptent parmi leurs effets indésirables des troubles de la mémoire, la question d’une possible association avec le déclin cognitif s’est rapidement posée pour les chercheurs.

Publicité

Et deux études présentent des résultats significatifs. La première, publiée en mars 2015 dans la revue JAMA Internal Medicine, a suivi pendant sept ans 3434 personnes âgées de 65 ans et plus – cette population étant plus exposée aux anticholinergiques – sans diagnostic de démence au début de l’étude. Les chercheurs ont pris en compte le fait que les participants avaient tous été exposés à des anticholinergiques (le plus souvent des antidépresseurs tricycliques, des antihistaminiques de première génération et des antimuscariniques) au cours des dix dernières années, que les traitements soient continus ou non. Ils ont également veillé à exclure de l’analyse les douze derniers mois d’exposition, afin d’éviter tout biais. Au final, 797 participants (soit 23,2%) ont développé une démence, dont 637 la maladie d’Alzheimer. Des résultats qui suggèrent, selon les chercheurs, qu’"une exposition cumulée aux anticholinergiques comme l’oxybutynine (Ditropan®) ou la doxépine (Sinequan®) est associée à un risque accru de démence".

Publicité

La deuxième étude, publiée en avril 2018 dans le British Medical Journal, a porté sur une plus grande cohorte (40 770 personnes) et a montré des résultats similaires. Avec cependant une spécificité : plus les anticholinergiques auxquels les patients étaient exposés étaient forts (ces médicaments étant classés selon leur force d’action sur une échelle allant de 1 à 3), plus le risque de démence était accru.

Si le mécanisme impliqué n’a pas encore été élucidé, les chercheurs penchent pour une plausibilité biologique : les anticholinergiques pourraient augmenter le taux de protéine bêta-amyloïde dans le cerveau, phénomène caractéristique de la maladie d’Alzheimer. Quoi qu’il en soit, les scientifiques suggèrent aux médecins et pharmaciens de "considérer des alternatives à ces médicaments chez les patients âgés, quand cela est possible. Sinon, la dose efficace la plus faible et un traitement discontinu doivent être privilégiés."

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X