La sertraline (Zoloft®), antidépresseur courant, serait inefficace

Connue en France sous le nom de Zoloft®, la sertraline vient d’être remise en question par des chercheurs, pour son manque d’efficacité contre les symptômes dépressifs.

La sertraline, un antidépresseur qui ne combattrait pas la dépression ? C’est ce que suggère une récente étude britannique, publiée dans The Lancet Psychiatry et menée par des chercheurs de l’University College London. Selon eux, ce médicament n’aurait pas vraiment d’effet sur les symptômes dépressifs, au cours des six à douze premières semaines d’utilisation.

Pas assez efficace contre les symptômes dépressifs

Cette étude a été conduite dans des cabinets de médecins généralistes anglais, et implique 653 patients dépressifs, âgés de 18 à 74 ans. Ces derniers ont été divisés en deux groupes. Le premier a reçu un médicament placebo pendant 12 semaines, tandis que le second a reçu de la sertraline - un médicament commercialisé en France sous l’appellation Zoloft®.

Résultat, les symptômes dépressifs étaient 5 % plus faibles après six semaines de traitement pour les patients sous sertraline ce qui n’était, selon les chercheurs, “pas une preuve convaincante” d’un réel effet de la molécule. Après douze semaines, ces symptômes n’étaient réduits que de 13 %, un résultat trop “faible” pour les scientifiques.

Des résultats encourageants dans la réduction de l’anxiété

En revanche, le médicament s’est montré plus efficace dans la réduction de l’anxiété, puisque ces symptômes ont diminué de 21 % au bout de six semaines, et de 23 % après douze semaines. Les personnes sous sertraline étaient aussi deux fois plus susceptibles d’affirmer qu’elles se sentaient mieux, et que leur santé globale s’était améliorée.

Les experts se sont dit surpris par les résultats de l’étude, montrant clairement un effet trop restreint de ce médicament sur les symptômes dépressifs, comme l’abattement ou l’humeur maussade. Ils insistent néanmoins sur le fait que la sertraline est tout de même efficace pour réduire l’anxiété, et devrait donc continuer à être prescrite par les médecins.

“Les antidépresseurs fonctionnent, mais peut-être différemment de ce que nous pensions initialement”, indique le Professeur Glyn Lewis, chef de division à l’UCL Psychiatry, qui a dirigé ces travaux. “Ils semblent d’abord travailler sur les symptômes de l’anxiété, avant d’agir éventuellement, plus tard et plus faiblement, sur la dépression”.

“Nous avons besoin de meilleurs traitements contre la dépression”

D’après les experts, les traitements actuels pour combattre la dépression ne serait pas si efficaces, et nécessitent d’être améliorés. “Nous avons définitivement besoin de meilleurs traitements contre la dépression, il faudrait faire plus de recherches dans ce domaine”, souligne le Pr. Lewis.

Ces résultats suggèrent également que les antidépresseurs pourraient bénéficier à un groupe de personnes plus large que prévu, y compris ceux qui ne répondent pas aux critères de la dépression ou du trouble d’anxiété généralisée, estiment les chercheurs.

En effet, ces travaux ont inclus des personnes présentant des symptômes de dépression légers à modérés, pour lesquelles subsistait une incertitude clinique quant au fait qu’elles ou non réellement besoin d’un traitement.

Cette étude, financée par le National Institute for Health Research, est le plus grand essai contrôlé contre placebo d’un antidépresseur, qui n’ait pas été subventionné par l’industrie pharmaceutique.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.