Intoxications infantiles : les parents et grands-parents en cause dans la moitié des cas !

Parents et grands-parents, surveillez-vos médicaments ! Les enfants sont trop fréquemment victimes d’intoxications médicamenteuses, selon une nouvelle étude troublante, publiée par un journal américain. D’après les résultats de l’enquête, chaque année 50 000 enfants atterrissent aux Urgences après avoir avalé un médicament laissé malencontreusement trainé par un adulte.
Sommaire

Des chiffres qui font froid dans le dos. D’après une nouvelle enquête partagée au sein du journal américain Pediatrics, les parents et grands-parents sont responsables de 50 % des intoxications médicamenteuses infantiles. En laissant trainer un médicament, vous courrez le risque qu’il tombe entre les mains de vos bambins !

Les experts évoquent notamment les traitements pour le diabète ou les maladies cardiovasculaires. Même à petites doses, ces derniers peuvent faire des ravages chez les tout petits. L’étude américaine a ainsi analysé 4496 appels, portant sur une exposition médicamenteuse par des enfants de moins de 5 ans, vers cinq centres antipoisons situés en Arizona, en Floride et en Géorgie sur une période de 8 mois. Pour 71 % de ces ca s, l’enfant avait seulement 2 ans.

50 000 consultations par an pour une intoxication médicamenteuse chez l’enfant

Aux Urgences aux USA, chaque année, selon l’étude, 50 000 consultations font l’objet d’une intoxication médicamenteuse chez un enfant. En France, 60 000 accidents par an sont dus à une intoxication médicamenteuse, tous âges confondus. Chez les enfants, ces intoxications représentent la deuxième cause d’accidents, selon le pédiatre Arnaud Pfersdorff, auteur de Pédiatre Online.

En sortant vos médicaments de leurs contenants, où en les posant à des endroits faciles d’accès pour plus de commodité, vous contribuez par inadvertance à ces chiffres édifiants.

Plus d’un tiers des intoxications causées par des médicaments vendu sur ordonnance

Parmi les 4496 appels vers les centres antipoisons, 33,8 % d’entre eux concernaient des intoxications à des médicaments vendus uniquement sur ordonnance, 32,8 % des produits en vente libre comprenant un emballage et 29,9 % des intoxications étaient causées par des traitements en vente libre sans emballage.

"Ces données suggèrent qu'il est peut-être temps d’encourager les adultes à conserver les médicaments dans des conteneurs avec des mesures de sécurité pour les enfants", déclare le Dr Daniel Budnitz, auteur de l'étude et directeur du programme de sécurité des médicaments au Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

Les comprimés, le plus souvent ingérés par les enfants

Toujours d’après l’enquête, 70 % des visites aux urgences, pour des expositions non surveillées aux médicaments chez les jeunes enfants, impliquent les comprimés. Le monde médical les appelle "les médicaments sous forme solide".

Après avoir consulté les cinq centres antipoisons contactés par les parents en cas d’intoxication, les experts ont pu conclure que dans un tiers des cas, l’enfant a pu obtenir le médicament parce qu’il a été retiré de son contenant ou de son emballage d’origine.

L’étude révèle aussi que les médicaments fréquemment incriminés dans ces cas de figures constituaient les traitements contre le diabète, les maladies cardiaques ou encore certains anti-douleurs.

"Les médicaments en vente libre étaient le plus souvent accessibles à partir des conteneurs d'origine, mais pour beaucoup de ces traitements, un emballage à l'épreuve des enfants n'est pas requis en raison du faible potentiel de toxicité", commente le CDC.

"Il y a là une opportunité pour innover et développer des contenants de médicaments qui favorisent la commodité, tout en préservant la sécurité des enfants", a ajouté Daniel Budnitz.

> Remportez un chèque cadeau de 500€ et offrez-vous un robot cuiseur en participant au jeu concours de La Banque Postale

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.