Sommaire

© Istock

L’huile de cannabis est, comme son nom l’indique, une huile extraite de la plante “cannabis”.

Elle est obtenue à partir de graines de cannabis. Les effets du cannabis sur l'organisme sont dus au THC (Tétrahydrocannabinol), la principale molécule active du cannabis. Sa teneur varie entre 4 et 9 % environ dans les herbes de cannabis, tandis que la résine de cannabis en contient entre 8 et 30 %. Plus sa concentration est élevée, plus les effets du cannabis peuvent être importants. Par ailleurs, d’autres cannabinoïdes sont présents dans le cannabis : cannabinol, cannabinol...

En France, la question du cannabis reste sensible puisque, selon les estimations, plus de 4 millions de personnes âgées de 12 à 75 ans en auraient déjà consommé. Ce stupéfiant fait l’objet de nombreuses études aux conclusions contradictoires.

Les différentes huiles : CBD, THC, chanvre...

Huile de cannabis, huile de chanvre, huile de CBD… Comment s’y retrouver ? “En fonction des différentes substances qu’elles contiennent, ces huiles peuvent présenter des propriétés médicales ou non”, explique l’expert.

L’origine de ces huiles détermine leur composition.

Le chanvre par exemple, à destination des secteurs industriels, textiles ou alimentaires, présente peu d'intérêt pour la médecine actuelle car elle est très pauvre en THC. Or, c’est le THC qui joue un rôle dans la régulation des émotions, comme la mémoire, la douleur, la cognition.

Dans le chanvre, c’est uniquement la tige qui intéresse les industriels : elle représente une source très importante de fibres servant à fabriquer des cordages, des voiles, mais aussi des vêtements et du papier.

Selon le Pr Nicolas Authier , les deux composants qui sont utiles d’un point de vue thérapeutique sont le THC et le CBD. En fonction de la quantité de CBD et de THC présents dans les produits, les indications médicales vont varier.

Pour rappel, le CBD, de son vrai nom Cannabidiol, est un cannabinoïde naturellement présent dans la fleur de cannabis. Contrairement au THC, le CBD est légal puisque celui-ci ne délivre pas d’effets dits psychotropes mais agit sur des récepteurs synaptiques qui engendrent une détente musculaire et un sentiment de relaxation.

L’huile de cannabis, produite à partir de graines provenant de plants, suit des normes pharmaceutiques très rigoureuses et se consomme sous plusieurs formes :

  • Gouttes que l’on met sous la langue, dans la bouche ;
  • Médicaments à avaler (pilule, capsule…),
  • Flacon d’huile.

À noter : l’huile de cannabis ne possède pas que des effets positifs. “Il faut se rappeler qu’elle contient tout de même des substances actives. C’est pourquoi certaines personnes doivent arrêter d'en prendre à cause d’effets indésirables : somnolence, manifestations anxieuses, maux de tête, troubles digestifs…”, signale le médecin.

Huile de cannabis : contre l'anxiété et le stress

Huile de cannabis : contre l'anxiété et le stress

Comme d’autres huiles essentielles, l’huile de cannabis soulage l’anxiété et le stress, “à condition qu’elle soit riche en cannabinol”, prévient l’expert. “Cette substance possède en effet un intérêt pour soigner les troubles anxieux et les troubles psychotiques, comme la schizophrénie.

En ce qui concerne les effets de cette huile, elle apporte une sensation d’apaisement, de relâchement qui fait du bien aux malades. Le cannabis impacte le système endocannabinoïde (système de communication du corps, qui réagit à des stimuli) pour arriver à produire ces sensations.

À noter : “les personnes déjà anxieuses ne peuvent pas utiliser d’huile de cannabis”, met en garde l’expert. En effet, à forte dose, le THC contenu dans le cannabis peut provoquer des angoisses, ce qui accentuerait l’état d’anxiété du patient.

Est-ce que l’huile de cannabis peut être contre-indiquée ?

"Chez l’enfant, cette huile est même indiquée pour soigner certaines pathologies graves. Les syndromes épileptiques par exemple (syndrome de Dravet, Lennox–Gastaut) causent plusieurs dizaines, voire centaines de crises par jour et qualité de vie de l’enfant en pâtit énormément. Dans ce cas précis, on administre une huile à base de CBD et non de THC.", souligne l’expert.

Chez la femme enceinte, la prise de THC n’est pas du tout conseillé puisque le bébé à naître y est aussi exposé. En effet, cette molécule traverse aisément la barrière du placenta.

THC : des effets sur l'appétit

“Le THC stimule l’appétit et est utilisé pour aider certains patients à reprendre du poids, comme c’est le cas chez les personnes souffrant de cancer qui ont tendance à perdre l’appétit à cause de la chimiothérapie”, informe le médecin.

Attention cependant à ne pas considérer l’huile de cannabis comme un “produit miracle”. Elle peut certes aider à soigner certains troubles alimentaires, en stimulant la sensation de faim, mais elle peut aussi les accentuer, en cas de consommation excessive. Plus vous prendrez du cannabis, plus vous aurez faim, et plus vous pourrez potentiellement tomber dans le piège de la boulimie.

À noter : l’huile de cannabis est utilisée après les médicaments conventionnels. C’est un traitement de dernière intention, c’est-à-dire un traitement que l’on prend lorsque d’autres médicaments ne marchent pas.

Peut-il y avoir un risque de surdosage de THC ?

“Le surdosage en cannabis peut provoquer une altération de la vigilance plus ou moins durable. Mais il n’a jamais tué personne”, affirme le médecin. À ce jour en effet, aucun décès n’a été rapporté en étant directement causé par la consommation de cannabis.

CBD : un intérêt contre la Schizophrénie ?

Bien que l’on manque encore de données sur les réels effets du cannabis sur les patients schizophrènes, certains indicateurs s’avèrent positifs. “Quelqu’un qui a un trouble psychotique, comme la schizophrénie, peut prendre de l’huile de cannabis ou un autre substitut à base de CBD, mais pas de THC”, prévient le médecin psychiatre. En effet, le THC pourrait altérer la mémoire, la coordination, la perception du temps, de l’espace et des formes… ce qui serait fortement nuisible pour les malades.

D’après une étude réalisée par une équipe londonienne du King’s College, les résultats montrent que les sujets atteints de schizophrénie ayant reçu du CBD ont à la fin de l’essai statistiquement moins de symptômes positifs et un meilleur score de fonctionnement global qu’au départ. Même si les résultats n’étaient pas significatifs, les auteurs ont constaté de meilleures performances cognitives et un meilleur fonctionnement global dans le groupe CBD.

Peut-on devenir dépendant au THC ?

“Les médicaments riches en THC provoquent un léger effet de dépendance, mais ce ne sont pas des substances à fort potentiel addictif.

Le développement d’une véritable addiction est très lente, et ce sera plutôt la diminution de l’effet du médicament qui engendrera une dépendance physique, et donc une augmentation des doses prises”, précise le professionnel. “Mais ce médicament reste bien moins addictif par exemple que les opioïdes, qui eux sont légaux en France”, ajoute-t-il. Si votre traitement à base de cannabis reste raisonnable, vous ne courrez donc aucun risque.

De l'huile de cannabis contre les contractions musculaires et fourmillements douloureux

De l'huile de cannabis contre les contractions musculaires et fourmillements douloureux © Istock

La consommation d'huile de cannabis engendre un effet de “détente” qui aide les muscles à se décontracter. Les douleurs neuropathiques, qui se traduisent par des spasticités musculaires, des décharges électriques, des fourmillements extrêmement forts, des sensations d’oppression, des lésions des nerfs partiellement irréversibles ou encore des contractions douloureuses, sont fortement réduites. “Ces résultats positifs sont d’ailleurs actuellement étudiés en France et font l’objet d’expérimentations”, avertit le spécialiste en addictologie.

Toutefois, bien que l’huile de cannabis soulage, elle ne guérit pas. “Tous les traitements actuels à base de cannabis sont des traitements symptomatiques. Ils font du bien aux patients, ils améliorent leur qualité de vie, mais ils ne guérissent en rien les patients”, rappelle l’expert.

L’huile de cannabis aurait également un effet positif sur les effets indésirables produits par toutes les maladies du système nerveux central, comme la sclérose en plaques, ou encore les patients qui ont subi un AVC.

L'huile de cannabis pourrait être bénéfique au coeur

Selon le médecin, “Certaines substances actives ont un impact sur la régulation du cœur”.

Les huiles volatiles de l’huile de cannabis peuvent en effet aider à améliorer la santé cardiaque en stimulant les processus antioxydants qui combattent l’excès de cholestérol et en maximisant l’état du système cardio-vasculaire.

Huile de cannabis : à quelles doses le prendre ?

En termes de posologie, le dosage de substances psychoactives peut être déterminé en fonction du produit utilisé, du traitement administré, de l’état de santé du patient et de la pathologie à soigner. “Le but étant évidemment d’avoir le moins d’effets indésirables possibles”, rappelle le médecin. En France, ces traitements ne sont pas légaux, mais s’il vous arrive d’utiliser de l’huile de cannabis à l’étranger, n’oubliez jamais d’aller consulter un médecin en premier lieu. Lui seul pourra déterminer le traitement qui sera adapté.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

"8 bienfaits du cannabis CBD", Drogues Dépendance, 22 mai 2018. 

"Comité scientifique spécialisé temporaire "évaluation de la pertinence et de la faisabilité de la mise à disposition du cannabis thérapeutique en France", ANSM, 10 octobre 2018. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.