Doxorubicine : ce médicament serait toxique pour le cœur

Dans une récente étude, des chercheurs ont découvert que la doxorubicine, médicament de chimiothérapie utilisé pour traiter plusieurs types de cancers, pourrait provoquer une insuffisance cardiaque en perturbant le fonctionnement des cellules immunitaires.
woman having a pain in the heart attact medical and health care conceptIstock

Certains médicaments guérissent d'un côté, mais détruisent de l'autre. La doxorubicine en fait partie : utilisé en chimiothérapie pour traiter notamment les cancers des ovaires, de la vessie, du poumon, de la thyroïde et de l'estomac, ce médicament aurait un effet secondaire particulièrement néfaste puisqu'il serait toxique pour le coeur et la rate et participerait à l'apparition de l'insuffisance cardiaque.

Cette découverte a été faite par une équipe de chercheurs de l'université de l'Alabama aux Etats-Unis menée par Ganesh Halade. L'étude a été publiée le 3 août 2018 dans la revue American Journal of Physiology - Heart and Circulatory Physiology.

La doxorubicine à l'origine d'inflammations

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont étudié les effets de la doxorubicine sur l'immunométabolisme de souris non cancéreuses. L'immunométabolisme est un domaine de recherche assez récent qui étudie la manière dont le métabolisme régule le fonctionnement des cellules immunitaires. Ces cellules contiennent des enzymes appelées lipoxygénases et cyclo-oxygénases. Ces dernières créent des régulateurs de lipides bioactifs, qui contrôlent la réponse immunitaire.

Ils ont remarqué que chez les souris, la doxorubicine provoquait des fibroses(dernière phase d'une inflammation durant laquelle le tissu conjonctif s'acccumule) au niveau du coeur, augmentait la mort programmée des cellules (phénomène appelé apoptose), affectait le pompage du sang par le coeur et déclenchait un syndrome de dépérissement au niveau du coeur et de la rate (diminution de la taille des organes), véritable réservoir de cellules immunitaires qui joue un rôle dans leur renouvellement.

En déréglant la réponse immunitaire au niveau du coeur et de la rate, la doxorubicine empêche la résorption des inflammations, ce qui peut mener à une insuffisance cardiaque avancée. Pour Ganesh Halade, cette découverte pourrait aider les équipes médicales à trouver des moyens de préserver ces deux organes chez les patients traités par la doxorubicine en chimiothérapie.

Qu'est-ce que l'insuffisance cardiaque ?

En France, un million de personnes souffriraient d'insuffisance cardiaque. Cette pathologie désigne l'incapacité pour le coeur à assurer son rôle de pompe, ce qui l'empêche de faire parvenir le sang dans l'ensemble de l'organisme. Les symptômes vont d'un essoufflement à une fatigue intense en passant par le gonflement de certaines parties du corps (comme le foie, les veines du cou ou les jambes) et une prise de poids importante.

Les traitements de l'insuffisance cardiaque peuvent être médicamenteux (bêtabloquants, inhibiteurs, etc.) ou non (activité physique préconisée, régime alimentaire hyposodé, etc.).

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : L'insuffisance cardiaque congestive

Source(s):

"Doxorubicin triggers splenic contraction and irreversible dysregulation of COX and LOX that alters inflammation-resolution program in the myocardium"American Journal of Physiology - Heart and Circulatory Physiology. 3 août 2018.

"L'insuffisance cardiaque". Fédération Française de Cardiologie.

La rédaction vous recommande sur Amazon :